AccueilNoticesOrganisations
Dernière mise à jour :
lundi 20 novembre 2017
   
Brèves
Index chronologique des notices de parutions
dimanche 15 mars
Enfin ! Mise à jour de notre index chronologiques des notices de parution... histoire de faciliter les recherches dans ce qui est paru ces quelques dernières années !
La Première Guerre mondiale sur le site Smolny
jeudi 20 novembre
Une notice thématique regroupe par ordre chronologique de parution tous les documents sources qui sont publiés sur le site du collectif Smolny en rapport avec la Première Guerre mondiale et le mouvement ouvrier international : « Documents : La Première Guerre mondiale ( Juillet 1914 - Novembre 1918 ) ». Cette notice est mise à jour à chaque nouvel ajout. À consulter régulièrement donc.
Mise à jour de la bibliographie de Nicolas Boukharine
mardi 27 mai
Il manquait à la bibliographie des œuvres de Boukharine en langue française les articles publiés par Smolny dans l’ouvrage La revue Kommunist (Moscou, 1918). Oubli réparé.
Rosa Luxemburg : bibliographie française
mardi 15 avril
Mise à jour et toilettage complet de la notice bibliographique des œuvres de Rosa Luxemburg en langue française.
Capital, valeur, plus-value et exploitation du travail
jeudi 15 novembre
La deuxième séance du cycle de formation « Pourquoi le marxisme au XXIe siècle ? » se tient ce jeudi soir 15 novembre 2012 à 20h30 au local FSU , 52 rue Jacques Babinet, immeuble Peri-ouest, 2° étage (Métro Mirail Université à Toulouse).
Mise à jour de la bibliographie...
dimanche 9 septembre
... de la série Historical Materialism Books, depuis le numéro 26 jusqu’au numéro 40.
Sur le Web
Parti communiste international (Le Prolétaire)
Publie en France Le Prolétaire et Programme communiste. Description extraite de ce site flambant neuf - CE QUI NOUS DISTINGUE : La ligne qui va de Marx-Engels à Lénine, à la fondation de l’Internationale Communiste et du Parti Communiste d’Italie ; la lutte de classe de la Gauche Communiste contre la dégénérescence de l’Internationale, contre la théorie du « socialisme dans un seul pays » et la contre-révolution stalinienne ; le refus des Fronts populaires et des fronts nationaux de la résistance ; la lutte contre le principe et la praxis démocratiques, contre l’interclassisme et le collaborationnisme politique et syndical, contre toute forme d’opportunisme et de nationalisme ; la tâche difficile de restauration de la doctrine marxiste et de l’organe révolutionnaire par excellence - le parti de classe -, en liaison avec la classe ouvrière et sa lutte quotidienne de résistance au capitalisme et à l’oppression bourgeoise ; la lutte contre la politique personnelle et électoraliste, contre toute forme d’indifférentisme, de suivisme, de mouvementisme ou de pratique aventuriste de « lutte armée » ; le soutien à toute lutte prolétarienne qui rompt avec la paix sociale et la discipline du collaborationnisme interclassiste ; le soutien de tous les efforts de réorganisation classiste du prolétariat sur le terrain de l’associationnisme économique, dans la perspective de la reprise à grande échelle de la lutte de classe, de l’internationalisme prolétarien et de la lutte révolutionnaire anticapitaliste.
canutdelacroixrousse
L’histoire de la colline de la Croix-Rousse et des canuts. Ce Blog est une mine d’informations sur les canuts allant de pair avec une connaissance très fine de Lyon / Croix-Rousse. Vivre libre en travaillant ou mourir en combattant !
Les Amis de Daumier
Créée en 1994, l’Association des Amis d’Honoré Daumier se propose par ses statuts de promouvoir, en France et à travers le monde, l’œuvre multiforme - dessins, peintures et sculptures - de cet immense artiste.
Parti Communiste International (Il Programma Communista)
Publie en France les Cahiers internationalistes, consultables en ligne sur le site depuis le numéro 6. Présentation : Ce qui nous distingue : la ligne qui va de Marx à Lénine, à la fondation de l’Internationale Communiste et du Parti Communiste d’Italie (Livourne, 1921), à la lutte de la Gauche Communiste contre la dégénerescence de l’Internationale, contre la théorie du "socialisme dans un seul pays" et la contre-révolution stalinienne, et au refus des fronts populaire et des blocs partisans et nationaux. La dure œuvre de restauration de la doctrine et de l’organe révolutionnaires au contact de la classe ouvrière, dehors de la politique personelle et électoraliste.
Démocratie Communiste
Site luxemburgiste, dont voici le manifeste minimal : Démocratie communiste s’inscrit dans la lignée du mouvement ouvrier démocratique, et lutte : pour l’abolition du capitalisme, du travail salarié, et de la division des êtres humains en classes sociales ; pour mettre fin à la dictature de la classe capitaliste, et mettre en place la démocratie directe ; pour une société socialiste-communiste ; pour en finir avec le sexisme et le patriarcat ; contre toutes les formes de racisme, de nationalisme et de patriotisme ; pour l’abolition de toutes les frontières. Textes d’actualité et thématiques (peu nombreux).
Les Amis de Spartacus
Edition fondée par René Lefeuvre en 1934. A publié Rosa Luxemburg, Anton Pannekoek, Boris Souvarine... Un fond exceptionnel et incontournable.
Deuxième Internationale
Internationale Ouvrière ( 1889 - 1914 )
6 septembre 2006 par eric , jo

Expression du socialisme de masse enfin réalisée et de l’affirmation de la solidarité et de l’internationalisme prolétariens face aux tendances impérialistes et aux manifestations guerrières du capitaliste, notamment coloniales.

Ses congrès se réunissaient tous les 2 ou 4 ans. Ils étaient utiles comme lieux de rencontre, d’échanges d’idées ; chaque parti national pouvait y rendre compte de sa situation. Mais, organisme purement fédératif (en deçà du fonctionnement et des statuts de la première internationale de ce point de vue), les résolutions du Congrès étaient des déclarations parfois ronflantes ou théoriques qui n’engageaient pas les membres de l’Internationale.

Jaurès veut qu’elle soit autre chose qu’une fédération assez lâche de partis nationaux, qui ne coordonnent leur action que par des Congrès sans obligation. Il appuie de toutes ses forces (1901) la constitution du BSI, saluée avec enthousiasme par Kautsky (l’Internationale est enfin « devenue un corps vivant ») et stigmatise le SPD : « En ce moment, ce qui pèse sur l’Europe et sur le monde (...) c’est l’impuissance politique de la social-démocratie allemande (...) Vous avez, devant votre prolétariat international, masqué votre impuissance d’action en vous réfugiant dans l’intransigeance des formules théoriques que votre éminent camarade Kautsky vous fournira jusqu’à épuisement final » (congrès d’Amsterdam).

« En 1912, l’Internationale ouvrière enregistrait 3 372 000 adhérents ; en outre son influence s’exerçait sur 7 315 000 coopérateurs, 10 830 000 syndiqués, 11 à 12 millions d’électeurs et les lecteurs de 200 grands quotidiens » ( Les Marxistes , Kostas Papaioannou, J’ai lu 1965).

Ces chiffres montrent les progrès et la force potentielle du mouvement ouvrier à la veille de 1914. Cependant, cette masse organisée dans les entreprises, les coopératives, les municipalités, les doumas n’était-elle pas en voie de “domestication”, gagnée par l’opportunisme ? Les raisons de se révolter contre le capital ne manquent pas : sauf exception, pas d’assurances sociales, de retraites, de congés payés.

Pourtant, on assiste à une montée du réformisme. Car, à la fin du XIX° siècle, dans toutes les sociétés modernes d’Europe, sous des formes qui varient suivant les pays, se met lentement, sournoisement en place un dispositif d’intégration du prolétariat aux valeurs bourgeoises.

Ainsi, l’ouvrier va être instruit par l’école laïque et obligatoire ; va être dressé par le non moins obligatoire service militaire pour défendre, le cas échéant, la patrie, l’empire, bref l’Etat dont il va devenir un citoyen à part entière par le bulletin de vote. Cette emprise démocratique sera vraiment parachevée dans la période 1930-50, avec le développement sans précédent du capitalisme d’Etat et de l’Etat-Providence !