AccueilPublicationsLa Critique Sociale (1931-1934)
Dernière mise à jour :
dimanche 1er septembre 2019
   
Brèves
« Lutte de Classe » (GLAT) - Série complète !
samedi 27 octobre
La couverture chronologique de la revue du GLAT, Lutte de Classe, a été considérablement étendue (premier numéro de mars 1964) et comprend maintenant un renvoi sur une version numérisée des 128 numéros !
Cahiers du Communisme de Conseils - Série complète !
vendredi 26 octobre
Les trois numéros manquant (1, 2 & 5) sont maintenant disponibles dans les sommaires de la revue des Cahiers du Communisme de Conseils. Que les volontaires pour les transcriptions n’hésitent pas à se signaler... En attendant, bonne lecture !
Premiers scans des Cahiers du Communisme de Conseil
dimanche 5 août
Neuf des douze numéros de la revue des Cahiers du Communisme de Conseil (1968-1972) sont maintenant accessible en version numérique au travers du sommaire général.
Derniers numéros de la revue Communisme
dimanche 5 août
Les numéros 6, 8, 9 et 15 qui manquaient jusque là ont été ajoutés au sommaire général de la revue « Communisme » (1937-1939). Bonnes lectures !
Mise à jour sommaires GLAT
samedi 11 février
Le sommaire général de la revue du GLAT, Lutte de Classe vient d’être encore étendu. Merci de signaler manques ou corrections.
Sur le Web
Controverses
Revue publiée par le Forum de la Gauche Communiste Internationaliste : C’est pour contribuer à déblayer la voie vers la clarification et le regroupement sur des bases théoriques, politiques et organisationnelles saines que Controverses a vu le jour. En d’autres termes, tout en tenant compte du changement de période qui n’est plus au reflux mais à la reprise historique des combats de classes, notre objectif essentiel est de reprendre ce qui était le souci de Bilan mais qu’il n’a pu mener complètement à bien compte-tenu des conditions d’alors : « ...une critique intense qui visait à rétablir les notions du marxisme dans tous les domaines de la connaissance, de l’économie, de la tactique, de l’organisation », et ce sans « aucun dogme », sans « aucun interdit non plus qu’aucun ostracisme », et « par le souci de déterminer une saine polémique politique ». Ceci est plus que jamais indispensable afin de réussir un nouvel « Octobre 17 » sous peine de se retrouver comme ces « vieux bolcheviks ... qui répètent stupidement une formule apprise par cœur, au lieu d’étudier ce qu’il y avait d’original dans la réalité nouvelle. (extrait de l’éditorial du n°1)
Gavroche - La revue
Le premier numéro de la revue trimestrielle Gavroche est sorti en décembre 1981. Il prenait la suite du Peuple français, belle aventure éditoriale des années soixante-dix. Depuis plus de 20 ans, la revue s’attache à la retranscription des fêtes, des travaux, des luttes et des joies du principal acteur de l’histoire : le peuple. Gavroche fait aussi resurgir des événements jusque-là ignorés ou passés volontairement sous silence.
L’Echo de la Fabrique
Le journal des chefs d’ateliers et ouvriers de la soie à Lyon, hebdomadaire phare de la presse ouvrière, paraît d’octobre 1831 à mai 1834. Ce site en donne à lire l’intégrale des articles, suite à un remarquable travail empreint d’une grande rigueur scientifique. Indispensable pour l’étude des insurrections des canuts de 1831 et 1834.
La Révolution prolétarienne
Revue fondée par Pierre Monatte en 1925. Le site publie un grand nombre d’articles de la période "historique". La publication se poursuit...
La Bataille socialiste
Site de ressources documentaires sur le patrimoine socialiste. Suit l’actualité des parutions, publie certains articles en ligne et propose des documents concernant le mouvement ouvrier de la première moitié du XXe siècle principalement.
LCS 06a : Sombres jours
Boris SOUVARINE - N° 6 Septembre 1932 / pp. 241 - 242
11 février 2011 par julien

Il n’est plus question dans la presse mondiale que de catastrophes, de désastres et de cataclysmes. La crise économique déjoue tous les calculs, ses répercussions politiques et sociales ne confirment aucun récent pronostic. On ne peut désormais compter les krachs ni évaluer l’ampleur des banqueroutes accumulées. Le marasme atteint son comble dans la production et les échanges, en dépit des efforts du capital des monopoles pour le maîtriser. La statistique du chômage se traduit en chiffres astronomiques, à multiplier par dix pour avoir une idée approximative de la réalité. Les professionnels de l’optimisme sont à court de latin. Il devient de bon ton d’annoncer chaque jour la perdition du régime capitaliste, sans d’ailleurs rien voir au delà. Parler seulement de déclin passe déjà pour de l’opportunisme. Réserve faite de certains fossoyeurs attitrés de la bourgeoisie qui ne creusent que leur propre tombeau et dont le verbiage n’intéresse personne, les plus acharnés à prophétiser aujourd’hui la ruine finale se recrutent parmi les zélateurs d’hier du salariat américain considéré comme panacée universelle. Les derniers tenants intellectuels du capitalisme semblent réduits à la force d’inertie, laquelle n’est pas négligeable ; toute leur sagesse consiste à espérer un remède de l’excès du mal et à soutenir que la crise ayant eu un commencement, elle doit aussi avoir une fin. En attendant, nul n’est capable d’avancer une prévision sérieuse sur le plus proche avenir.

Ainsi, la civilisation bourgeoise survit à sa nécessité historique et à son rôle civilisateur. Elle tend à durer exclusivement pour l’exploitation et par l’oppression, au prix d’indicibles souffrances humaines et aux dépens d’une masse innombrable de victimes. S’il est vrai qu’« une société ne disparaît jamais avant que soient développées toutes les forces productives qu’elle est assez large pour contenir », selon le saisissant raccourci de Marx, il est non moins certain dans la relativité des certitudes que la transition d’une société caduque à un monde nouveau exige l’intervention consciente et volontaire des classes directement intéressées au changement de régime. Or, cette conscience et cette volonté conjuguées n’existent nulle part au degré nécessaire. La multitude des exploités et des opprimés dont les intérêts s’incarnent dans des groupements politiques antagonistes et des associations corporatives rivales reste passive, désorientée, résignée. Et malgré des conditions objectives les plus favorables à la révolution socialiste, jamais le programme révolutionnaire n’a paru plus abstrait, de par la carence des partis de révolution.

L’impuissance du capitalisme à assurer un minimum de bien-être et de sécurité à l’ensemble des travailleurs n’a d’égale que l’impuissance respective des mouvements nommés par habitude socialiste et communiste à démontrer leur mouvement en marchant et à faire un de ces pas en avant qui valent mieux qu’une douzaine de programmes. L’Internationale réformiste est stérile en réformes, l’Internationale révolutionnaire incapable de révolution, et rien ne permet d’espérer leur régénération future. Au contraire, les signes se multiplient d’une dégénérescence incurable.

Il ne s’agit pas là de phénomènes fortuits ou épisodiques : toute une époque s’en trouve profondément caractérisée. La division du prolétariat en deux Internationales concurrentes n’est pas la cause de cet état de choses mais une conséquence, d’origine bien connue. L’unité politique ne sera jamais possible entre organisations inspirées d’intérêts incompatibles, alors que l’une et l’autre Internationales sont aux mains d’une bureaucratie professionnelle ayant des intérêts distincts de ceux de la classe ouvrière. Entre meneurs et suiveurs, la solidarité s’avère assez forte pour résister aux manœuvres réciproques visant à les dissocier : il faudrait l’équivalent d’un 4 août 1914 ou d’un 7 novembre 1917 pour l’ébranler. Rien ne sert donc de se payer de mots et d’attendre de mouvements corrompus et abâtardis le salut.

L’honnête constatation des faits n’implique pas nécessairement de s’y soumettre. Elle est par contre indispensable à qui ne désespère pas de les changer. À certaine échelle historique, il n’y a pas d’issue fatale, mais dans les limites d’une perspective restreinte, il est des solutions prédéterminées. L’avenir imminent ne peut réserver que des défaites à un prolétariat assez inconscient pour servir aveuglément de matière première électorale à l’Internationale ci-devant socialiste ou de chair à mitrailleuses à l’Internationale ci-devant communiste. Cependant, les générations se succèdent et ne se ressemblent pas. L’adversité instruira l’élite des survivants et la descendance des vaincus. L’évolution organique du monde capitaliste s’accomplit au grand jour dans le sens inéluctable du socialisme. Et à moins d’une irrémédiable décadence de l’humanité dans la misère et sous le poids des guerres futures, analogue au déclin des civilisations antiques, l’heure viendra d’un nouveau parti révolutionnaire, d’une nouvelle Internationale socialiste ou communiste.

Mais un parti ne saurait être une création artificielle, le pur produit de l’esprit. La démonstration en a été faite une fois de plus par la prompte déchéance de la IIIe Internationale, née avant terme sous l’influence de Lénine. L’initiative des précurseurs ne vivra que dans la mesure où s’y refléterait un mouvement réel spontanément élaboré dans la masse. Cela ne commande pas de rester sur l’expectative dans l’attente d’une renaissance naturelle de la pensée et de l’action révolutionnaires. Toute grande œuvre collective a ses pionniers qui n’ont pas besoin d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer. Il importe de travailler sans trêve à préparer des jours meilleurs au prolétariat en détresse : c’est ce que font plus ou moins consciemment les cercles et groupes constitués hors des deux Internationales et qui le feront avec plus d’efficacité s’ils renoncent à se griser de paroles et savent regarder la réalité en face.

Cette réalité d’aujourd’hui n’offre aux marxistes conséquents que de sombres perspectives immédiates de labeur ingrat et d’isolement pénible. Rien ne servirait de se tromper soi-même, ni d’idéaliser les obstacles. Pas plus que les classes dominantes, les peuples subjugués n’ont pu se libérer en quinze ans des effets de la dernière guerre. Mais les Internationales périmées connaîtront des secousses ouvrant brusquement des perspectives nouvelles. Ni l’une, ni l’autre ne sont aptes à assumer les responsabilités que l’histoire leur assigne et chacune à sa manière se voue à la faillite définitive. L’Allemagne, où se résument au mieux les insolubles contradictions de la société contemporaine, montre comment leurs voies différentes conduisent à la même paralysie devant la pire réaction à l’heure décisive. Partout ailleurs, sous les aspects originaux des particularités nationales, la tournure des événements se dessine dans un sens identique. L’ère n’est donc pas révolue des ruptures, des scissions et des regroupements.

L’Internationale socialiste, peu à peu adaptée et parfois incorporée aux États bourgeois, perdra toute attraction sur la jeune génération révoltée. L’Internationale communiste, instrument de l’État soviétique, devra disparaître avec la fin de l’actuelle dictature bureaucratico-terroriste ou se réformer en toute indépendance. Les leçons de l’expérience ne seront pas perdues pour tous. Après les années de stagnation apparente viendra l’étape du rassemblement des forces dispersées et du retour offensif de la révolution en marche. Pour l’instant, l’essentiel est de dire la vérité, quoi qu’il en coûte, et de prendre conscience des défaites du présent pour préparer les revanches de l’avenir.

Boris Souvarine.

Autres articles de cette rubrique
  1. LCS 00 : Sommaire des numéros de la revue « La Critique Sociale »
  2. LCS 01a : Perspectives de travail
  3. LCS 01b : Le mouvement cyclique de la production moderne
  4. LCS 02a : D. B. Riazanov
  5. LCS 02b : L’Institut Marx-Engels
  6. LCS 03a : L’économie dirigée
  7. LCS 03b : Les œuvres économiques de Karl Marx
  8. LCS 03g : Biographie de Lénine
  9. LCS 04a : Chaos mondial
  10. LCS 05a : Le socialisme et la guerre
  11. LCS 05b : V. Polonsky
  12. LCS 05d : La philosophie de Hegel
  13. LCS 05f : Thèses sur Hegel et la Révolution
  14. LCS 06a : Sombres jours
  15. LCS 06d : Curzio MALAPARTE, Technique du Coup d’État
  16. LCS 06d : Julius DICKMANN, Das Grundgesetz der sozialen Entwicklung
  17. LCS 06f : Albert Mathiez
  18. LCS 06f : Charles Gide
  19. LCS 06f : David Riazanov
  20. LCS 06i : Correspondance - Sur Hegel - Sur le « Capital »
  21. LCS 07a : Quinze ans après
  22. LCS 07c : La loi fondamentale de l’évolution des sociétés
  23. LCS 07d : À nos lecteurs
  24. LCS 07f : Cdt. LEFEBVRE DES NOËTTES, L’Attelage
  25. LCS 07f : Ernst POSSE, Le Marxisme en France de 1871 à 1905
  26. LCS 07f : MALAPARTE & OSSENDOWSKI, Lénine
  27. LCS 07f : S. HOOK, The contemporary significance of Hegel’s philosophy
  28. LCS 07g : Nécrologie de Fernand Loriot
  29. LCS 07i : Nécrologie - M. N. Pokrovsky - O. Minor - K. Moor - E. Bernstein
  30. LCS 08a : Anniversaire et Actualité
  31. LCS 08k : L’affaire Victor Serge
  32. LCS 08l : Un appel
  33. LCS 09b : La véritable limite de la production capitaliste
  34. LCS 09e : Clara Zetkin
  35. LCS 10g : À propos d’une théorie de l’esclavage
  36. LCS 11a : Les Journées de Février