AccueilPublicationsLa Critique Sociale (1931-1934)
Dernière mise à jour :
lundi 5 novembre 2018
   
Brèves
« Lutte de Classe » (GLAT) - Série complète !
samedi 27 octobre
La couverture chronologique de la revue du GLAT, Lutte de Classe, a été considérablement étendue (premier numéro de mars 1964) et comprend maintenant un renvoi sur une version numérisée des 128 numéros !
Cahiers du Communisme de Conseils - Série complète !
vendredi 26 octobre
Les trois numéros manquant (1, 2 & 5) sont maintenant disponibles dans les sommaires de la revue des Cahiers du Communisme de Conseils. Que les volontaires pour les transcriptions n’hésitent pas à se signaler... En attendant, bonne lecture !
Premiers scans des Cahiers du Communisme de Conseil
dimanche 5 août
Neuf des douze numéros de la revue des Cahiers du Communisme de Conseil (1968-1972) sont maintenant accessible en version numérique au travers du sommaire général.
Derniers numéros de la revue Communisme
dimanche 5 août
Les numéros 6, 8, 9 et 15 qui manquaient jusque là ont été ajoutés au sommaire général de la revue « Communisme » (1937-1939). Bonnes lectures !
Mise à jour sommaires GLAT
samedi 11 février
Le sommaire général de la revue du GLAT, Lutte de Classe vient d’être encore étendu. Merci de signaler manques ou corrections.
Sur le Web
Controverses
Revue publiée par le Forum de la Gauche Communiste Internationaliste : C’est pour contribuer à déblayer la voie vers la clarification et le regroupement sur des bases théoriques, politiques et organisationnelles saines que Controverses a vu le jour. En d’autres termes, tout en tenant compte du changement de période qui n’est plus au reflux mais à la reprise historique des combats de classes, notre objectif essentiel est de reprendre ce qui était le souci de Bilan mais qu’il n’a pu mener complètement à bien compte-tenu des conditions d’alors : « ...une critique intense qui visait à rétablir les notions du marxisme dans tous les domaines de la connaissance, de l’économie, de la tactique, de l’organisation », et ce sans « aucun dogme », sans « aucun interdit non plus qu’aucun ostracisme », et « par le souci de déterminer une saine polémique politique ». Ceci est plus que jamais indispensable afin de réussir un nouvel « Octobre 17 » sous peine de se retrouver comme ces « vieux bolcheviks ... qui répètent stupidement une formule apprise par cœur, au lieu d’étudier ce qu’il y avait d’original dans la réalité nouvelle. (extrait de l’éditorial du n°1)
Gavroche - La revue
Le premier numéro de la revue trimestrielle Gavroche est sorti en décembre 1981. Il prenait la suite du Peuple français, belle aventure éditoriale des années soixante-dix. Depuis plus de 20 ans, la revue s’attache à la retranscription des fêtes, des travaux, des luttes et des joies du principal acteur de l’histoire : le peuple. Gavroche fait aussi resurgir des événements jusque-là ignorés ou passés volontairement sous silence.
L’Echo de la Fabrique
Le journal des chefs d’ateliers et ouvriers de la soie à Lyon, hebdomadaire phare de la presse ouvrière, paraît d’octobre 1831 à mai 1834. Ce site en donne à lire l’intégrale des articles, suite à un remarquable travail empreint d’une grande rigueur scientifique. Indispensable pour l’étude des insurrections des canuts de 1831 et 1834.
La Révolution prolétarienne
Revue fondée par Pierre Monatte en 1925. Le site publie un grand nombre d’articles de la période "historique". La publication se poursuit...
La Bataille socialiste
Site de ressources documentaires sur le patrimoine socialiste. Suit l’actualité des parutions, publie certains articles en ligne et propose des documents concernant le mouvement ouvrier de la première moitié du XXe siècle principalement.
LCS 06d : Julius DICKMANN, Das Grundgesetz der sozialen Entwicklung
Lucien LAURAT - n° 6 Septembre 1932 / pp. 256 - 257
17 juillet 2011 par raum

Revue des livres

Contribution à une autocritique du marxisme, Vienne, 1 fasc., 60 p.

L’auteur, théoricien de premier plan, s’est signalé voici quinze ans par des études parues dans le Kampf de Vienne et l’Arbeiterpolitik de Brême, où il aborda les problèmes du mouvement ouvrier de l’époque avec une rare compétence et une grande sûreté de méthode.

Son présent opuscule, consacré à « la loi fondamentale du développement social » (et dont nous publierons bientôt des extraits), constitue un apport précieux au développement critique de la doctrine marxiste. On peut dire sans exagérer que c’est, depuis près de vingt ans, depuis la critique des schémas du IIe livre du Capital par Rosa Luxembourg, la première critique féconde de l’œuvre de Marx, faite en connaissance de cause (la plupart de ceux qui critiquent Marx ne le connaissent que par ouï-dire), apportant du neuf (la plupart des critiques ne font que rabâcher des arguments réfutés depuis près d’un siècle) et se distinguant par une incontestable originalité de vues et par l’application scrupuleuse de la méthode marxiste à la doctrine même de Marx.

Une telle critique ouvre des horizons même là où l’on pourrait la juger par trop téméraire et où elle suscite des objections. Elle oblige à remettre en question des vérités apparemment acquises et à tirer des conclusions sinon nouvelles, du moins inattendues.

Le premier mérite de Julius Dickmann est d’envisager les problèmes sociaux sous un angle qui apparaît nouveau à notre époque et qui fut pourtant celui de Marx, mais que le marxisme post-marxien a de plus en plus négligé et délaissé, probablement parce que Marx n’en parle d’une façon explicite qu’incidemment. Dickmann ramène le développement de la société humaine, et partant des classes, à la lutte du genre humain contre la nature. Ce point de départ, celui de Marx (cf. le chap. 48 du IIIe livre du Capital), lui permettra de critiquer le marxisme tout autrement que ne le font les marxophobes professionnels.

D’après Marx, toute transformation sociale procède de la rébellion des forces productives accrues contre la carapace sociale, juridique, etc., correspondant à un niveau antérieur, inférieur, de ces forces. Dickmann oppose à cette conception une série d’arguments troublants, puisés aux sources mêmes de l’histoire : les transformations successives des sociétés primitives, la grandeur et la décadence des empires de Mésopotamie, le développement social en Grèce, l’expansion et la perte de l’ancienne Rome, la transition de l’antiquité au moyen âge, et enfin la dissociation de la société médiévale, cédant la place au capitalisme naissant. Et loin de trouver à l’origine de toutes ces transformations sociales un accroissement des forces productives qui finit par briser les institutions politiques, sociales, juridiques (propriété !), il constate, à la lumière de tous les exemples historiques, que la cause première de ces bouleversements sociaux est l’épuisement des ressources naturelles, nécessitant à la fois la transformation des institutions existantes en organes protecteurs des ressources limitées et l’apparition d’un nouveau mode de production. Ce n’est que lorsque ce dernier, en se développant, multiplie des forces productives nouvelles, que les anciennes institutions, dont la fonction limitative devient de plus en plus superflue, sont refoulées, mais non brisées.

En insistant sur le conflit entre le développement des forces productives et l’obstacle constitué par des institutions sociales figées, Marx aurait donc abusivement généralisé un phénomène partiel de l’époque du capitalisme naissant : la révolte de la bourgeoisie contre les survivances politiques et juridiques de l’ordre féodal.

En ce qui concerne le passé, le raisonnement de Dickmann paraît convaincant. Reste à savoir si l’on peut accepter les conclusions qu’il en tire pour l’avenir.

Si la « loi fondamentale du développement social », telle que l’énonce l’auteur, est exacte, peut-on, comme Marx, prévoir que le capitalisme succombera parce que ses institutions juridiques, la propriété privée, le mode d’appropriation, ne peuvent plus contenir les forces productives en rébellion contre la carapace sociale trop étroite ? Conséquent jusqu’au bout, Dickmann affirme que le socialisme sera le résultat, non point du développement ultérieur des forces productives, mais du rétrécissement du réservoir de ressources naturelles : le capitalisme les gaspille, et la transformation sociale résultera, comme dans le passé, de la nécessité de les exploiter avec parcimonie.

Cette conclusion nous semble pour le moins précipitée et prématurée. On peut accepter sa « loi fondamentale » en général, tout en ne lui attribuant qu’une efficacité relative pour la société capitaliste. S’il n’est pas douteux que le capitalisme (et même le socialisme) peut se heurter un jour à l’insuffisance des ressources naturelles et s’engager de ce fait dans une période de profondes transformations, il ne faut pas oublier qu’à la loi générale énoncée par Dickmann, se superposent, dans la société actuelle, une série de lois spécifiquement capitalistes, dont la loi de l’accumulation. Dès que l’on admet cette loi - et la crise présente l’illustre mieux que les pages les plus poignantes du Capital - on est obligé de constater, du moins pour la société capitaliste, un conflit effectif entre le développement des forces productives et l’institution de la propriété privée. Cela ne contredit pas la loi fondamentale de Dickmann. Cela signifie simplement que ses lois spécifiques condamnent le capitalisme avant qu’il arrive jusqu’à la limite fondamentale et générale de l’épuisement des ressources naturelles.

On pourrait d’ailleurs supposer que la conception de Marx critiquée par l’auteur procède bien moins d’une généralisation de certains phénomènes historiques accompagnant la naissance du capitalisme, que de la généralisation des lois spécifiques de l’économie capitaliste, découvertes par Marx.

À moins que Dickmann ne puisse, un jour, apporter contre ces lois des arguments tangibles. Dans le dernier chapitre de son étude, l’auteur pose un autre problème et d’une importance essentielle. En citant les fameux passages du Capital où Marx parle de la conversion de la propriété individuelle en propriété capitaliste, des lois de propriété de la production marchande simple en lois d’appropriation capitaliste, Dickmann se demande comment et pourquoi Marx a pu envisager des interventions juridiques (l’expropriation) comme conditions du passage du capitalisme au socialisme, alors que la naissance de la propriété capitaliste, de l’aveu de Marx lui-même, s’est accomplie sans aucune modification juridique préalable, en vertu d’une conversion dialectique de la fonction de la propriété. Cette idée n’est pas nouvelle : ce n’est pas la première fois qu’on reproche à Marx d’avoir, contrairement à sa doctrine, selon laquelle l’ordre juridique est le reflet et la conséquence des changements économiques, envisagé des mesures juridiques précédant et inaugurant la transformation de l’économie. Ces reproches n’étaient point fondés. Mais on ne saurait en dire autant de ceux de Dickmann, qui apporte des arguments à lui tout autrement sérieux (cf. le chapitre en question, que nous reproduirons intégralement).

L’affirmation de Dickmann que le passage du capitalisme au socialisme s’accomplira également par une conversion de la fonction de la propriété, et non par un acte juridique initial, nous semble justifiée. Pourtant, cette formule peut autoriser différentes interprétations. À notre avis, la conversion de la fonction de la propriété est en train de s’accomplir, et s’accomplit depuis longtemps déjà, au sein de l’économie capitaliste ; Marx lui-même en a tracé une ébauche au chapitre 27 du livre III-1 du Capital. Mais s’il en est ainsi, l’intervention juridique dans l’ordre de propriété ne serait plus, à l’heure actuelle, que la consécration d’une conversion de fonction déjà accomplie. Cependant, notre interprétation n’est peut-être pas celle de Julius Dickmann.

Lucien Laurat

Autres articles de cette rubrique
  1. LCS 00 : Sommaire des numéros de la revue « La Critique Sociale »
  2. LCS 01a : Perspectives de travail
  3. LCS 01b : Le mouvement cyclique de la production moderne
  4. LCS 02a : D. B. Riazanov
  5. LCS 02b : L’Institut Marx-Engels
  6. LCS 03a : L’économie dirigée
  7. LCS 03b : Les œuvres économiques de Karl Marx
  8. LCS 03g : Biographie de Lénine
  9. LCS 04a : Chaos mondial
  10. LCS 05a : Le socialisme et la guerre
  11. LCS 05b : V. Polonsky
  12. LCS 05d : La philosophie de Hegel
  13. LCS 05f : Thèses sur Hegel et la Révolution
  14. LCS 06a : Sombres jours
  15. LCS 06d : Curzio MALAPARTE, Technique du Coup d’État
  16. LCS 06d : Julius DICKMANN, Das Grundgesetz der sozialen Entwicklung
  17. LCS 06f : Albert Mathiez
  18. LCS 06f : Charles Gide
  19. LCS 06f : David Riazanov
  20. LCS 06i : Correspondance - Sur Hegel - Sur le « Capital »
  21. LCS 07a : Quinze ans après
  22. LCS 07c : La loi fondamentale de l’évolution des sociétés
  23. LCS 07d : À nos lecteurs
  24. LCS 07f : Cdt. LEFEBVRE DES NOËTTES, L’Attelage
  25. LCS 07f : Ernst POSSE, Le Marxisme en France de 1871 à 1905
  26. LCS 07f : MALAPARTE & OSSENDOWSKI, Lénine
  27. LCS 07f : S. HOOK, The contemporary significance of Hegel’s philosophy
  28. LCS 07g : Nécrologie de Fernand Loriot
  29. LCS 07i : Nécrologie - M. N. Pokrovsky - O. Minor - K. Moor - E. Bernstein
  30. LCS 08a : Anniversaire et Actualité
  31. LCS 08k : L’affaire Victor Serge
  32. LCS 08l : Un appel
  33. LCS 09b : La véritable limite de la production capitaliste
  34. LCS 09e : Clara Zetkin
  35. LCS 10g : À propos d’une théorie de l’esclavage
  36. LCS 11a : Les Journées de Février