AccueilPublicationsLutte de Classe (1964-1978)
Dernière mise à jour :
mardi 21 octobre 2014
   
Brèves
« Lutte de Classe » (GLAT) - Série complète !
samedi 27 octobre
La couverture chronologique de la revue du GLAT, Lutte de Classe, a été considérablement étendue (premier numéro de mars 1964) et comprend maintenant un renvoi sur une version numérisée des 128 numéros !
Cahiers du Communisme de Conseils - Série complète !
vendredi 26 octobre
Les trois numéros manquant (1, 2 & 5) sont maintenant disponibles dans les sommaires de la revue des Cahiers du Communisme de Conseils. Que les volontaires pour les transcriptions n’hésitent pas à se signaler... En attendant, bonne lecture !
Premiers scans des Cahiers du Communisme de Conseil
dimanche 5 août
Neuf des douze numéros de la revue des Cahiers du Communisme de Conseil (1968-1972) sont maintenant accessible en version numérique au travers du sommaire général.
Derniers numéros de la revue Communisme
dimanche 5 août
Les numéros 6, 8, 9 et 15 qui manquaient jusque là ont été ajoutés au sommaire général de la revue « Communisme » (1937-1939). Bonnes lectures !
Mise à jour sommaires GLAT
samedi 11 février
Le sommaire général de la revue du GLAT, Lutte de Classe vient d’être encore étendu. Merci de signaler manques ou corrections.
Sur le Web
Controverses
Revue publiée par le Forum de la Gauche Communiste Internationaliste : C’est pour contribuer à déblayer la voie vers la clarification et le regroupement sur des bases théoriques, politiques et organisationnelles saines que Controverses a vu le jour. En d’autres termes, tout en tenant compte du changement de période qui n’est plus au reflux mais à la reprise historique des combats de classes, notre objectif essentiel est de reprendre ce qui était le souci de Bilan mais qu’il n’a pu mener complètement à bien compte-tenu des conditions d’alors : « ...une critique intense qui visait à rétablir les notions du marxisme dans tous les domaines de la connaissance, de l’économie, de la tactique, de l’organisation », et ce sans « aucun dogme », sans « aucun interdit non plus qu’aucun ostracisme », et « par le souci de déterminer une saine polémique politique ». Ceci est plus que jamais indispensable afin de réussir un nouvel « Octobre 17 » sous peine de se retrouver comme ces « vieux bolcheviks ... qui répètent stupidement une formule apprise par cœur, au lieu d’étudier ce qu’il y avait d’original dans la réalité nouvelle. (extrait de l’éditorial du n°1)
Gavroche - La revue
Le premier numéro de la revue trimestrielle Gavroche est sorti en décembre 1981. Il prenait la suite du Peuple français, belle aventure éditoriale des années soixante-dix. Depuis plus de 20 ans, la revue s’attache à la retranscription des fêtes, des travaux, des luttes et des joies du principal acteur de l’histoire : le peuple. Gavroche fait aussi resurgir des événements jusque-là ignorés ou passés volontairement sous silence.
L’Echo de la Fabrique
Le journal des chefs d’ateliers et ouvriers de la soie à Lyon, hebdomadaire phare de la presse ouvrière, paraît d’octobre 1831 à mai 1834. Ce site en donne à lire l’intégrale des articles, suite à un remarquable travail empreint d’une grande rigueur scientifique. Indispensable pour l’étude des insurrections des canuts de 1831 et 1834.
La Révolution prolétarienne
Revue fondée par Pierre Monatte en 1925. Le site publie un grand nombre d’articles de la période "historique". La publication se poursuit...
La Bataille socialiste
Site de ressources documentaires sur le patrimoine socialiste. Suit l’actualité des parutions, publie certains articles en ligne et propose des documents concernant le mouvement ouvrier de la première moitié du XXe siècle principalement.
GLAT 1972-03c : La sécurisation
Lutte de Classe - Mars 1972 / p. 19 - 21
21 mars 2012 par eric
Tract lycéen reproduit en annexe de l’article sur « La crise de l’enseignement » dans le même numéro du journal.

Le besoin absolu de se sentir sécurisé, c’est-à-dire la peur d’être isolé et de n’avoir pas une « masse » et des dirigeants avec soi est un trait fondamental de l’idéologie du mouvement lycéen.

Le lycéen qui « milite » contre la répression au lycée est caractéristique de cette peur de se retrouver seul, tant physiquement que politiquement, c’est-à-dire que dans un premier temps la peur de l’isolement conduit le lycéen à séparer la « tactique » de l’estimation politique des faits. Il ne saurait en être autrement vu que théoriquement le mouvement devrait se polariser dans la contestation du système capitaliste, contestation qui nécessite une méthode d’analyse. Le lycéen ne possédant généralement pas de méthode d’analyse dialectique, ses positions « politiques » et « tactiques » sont toujours relatives, nécessité étant de faire un conglomérat de ce « qu’il y a de bon » chez l’un et chez l’autre. L’ultra-incohérence qui en résulte explique la reproduction de schémas bourgeois au sein même de la « lutte » et pour une part la peur de l’isolement et les concessions.

Les représentations du mouvement lycéen-comités de lutte (étroitement inspirées de la Sainte Famille gauchiste) sont issues de ce besoin de sécurisation. De même les concepts de respectabilité et de responsabilité du mouvement et des revendications, sont significatifs de l’état d’esprit lycéen « sérieux ».

Voici la fin d’un tract du Comité de Lutte Interlycées (Circulaire Guichard, décembre 1971) :

Les adultes comprennent mal le mouvement lycéen. Ils n’y voient qu’un immense chahut. Ils se trompent : les lycéens prennent leurs responsabilités, de nombreux professeurs nous soutiennent. Le soutien de toute la population nous est indispensable pour gagner.

Ce chef-d’œuvre constitue l’orgasme des lycéens. Avec le soutien des bonnes gens sensées ON GAGNE. Rappelez-vous l’affaire Guiot : on avait les parents, les profs, les syndicats, la presse et même l’UNCAL... ON A GAGNÉ ! ON A CRIÉ « VICTOIRE » EN PREMIERE PAGE DU CANARD !!

L’union a fait la force : peu importe avec qui, bourgeois, staliniens, DUCON son cousin, Y’AVAIT DU MONDE. REMISE EN QUESTION DU CAPITAL ? PAS FOU, NON ????

La séparation entre les critères tactiques et les analyses politiques, stimule le concept de « force » affirme le mouvement sur la base petite-bourgeoise et réformiste qui est la sienne.

Négation des bases virtuelles du mouvement : en effet, la contestation est refoulée au profit du « mouvement de masse » pour « Libérez Dupont ! » ou pour « Guichard Salaud ! ». Ce refoulement bénéficie des nécessaires alliances des réactionnaires tels que les stals, réformistes, parents, syndicats.

Refuge derrière les leaderillons : l’analyse relative du mouvement pousse celui-ci à se réfugier sous la cape protectrice des chefaillons qui s’imposent à lui ou qu’il se donne. Les groupes « d’avant-garde » sont généralement présents pour cette besogne conforme à leurs objectifs de recrutement. Le point de référence du lycéen est le SAVOIR ou la TACTIQUE d’un tel comité de lutte, devenant comité MACHIN.

La monotonie et la similitude (« La Responsabilité ») des mots d’ordre et des formes de lutte qui s’expliquent par la profonde pénétration en milieu lycéen des schémas idéologiques bourgeois. La SÉCURISATION dont il est question n’est que le logique résultat des bases mêmes du mouvement.

L’incapacité à se donner des formes de lutte non aliénantes et à se détacher de l’idéologie bourgeoise et de toute forme d’idéologie, est le résultat de la nature du mouvement :

La lutte contre la discipline, contre la répression, entraîne le rejet des objectifs prolétariens et la lycéanisation du conflit.

La MASSE lycéenne ne lutte pas contre le Capital-la-cause mais contre la répression, la discipline-les-effets.

D’ailleurs, comment les lycéens pourront-ils effacer leur réformisme s’ils s’en tiennent à ce que le groupe « Révolution » dit dans un bulletin spécial :

« IL S’AGIT DE SE FAIRE DES AMIS »

c’est-à-dire d’obtenir du « peuple » ( ????) un « soutien à la lutte des lycéens » ALORS QUE C’EST PRÉCISEMENT L’INVERSE - soutien et participation à la lutte du prolétariat - QUI CONSTITUE LA SEULE PERSPECTIVE DU MOUVEMENT ET SURTOUT SON DÉPASSEMENT.

Certes on peut être très sceptique lorsqu’on lit dans la même brochure :

LES GROUPES QUI SUBSISTENT DANS LES LYCÉES APPELLENT CARRÉMENT À « SORTIR DU LYCÉE » ET MOBILISENT EN PRIORITÉ LES MILITANTS SUR DES PROBLÈMES LOINTAINS.

Achevé déprimé janvier 1972

Autres articles de cette rubrique
  1. GLAT 00 : Présentation et sommaires de la revue « Lutte de Classe »
  2. GLAT 1965-01c : À quoi servent les ministres socialistes ?
  3. GLAT 1970-04a : Classe ouvrière et démocratie
  4. GLAT 1972-01a : Le dirigisme contre la révolution
  5. GLAT 1972-03a : L’enseignement en crise
  6. GLAT 1972-03b : Crise du capitalisme américain et réformisme des mouvements marginaux
  7. GLAT 1972-03c : La sécurisation
  8. GLAT 1972-06a : Capitalistes et travailleurs face à la crise
  9. GLAT 1972-06c : Pirelli - Répression capitaliste et riposte ouvrière
  10. GLAT 1972-07a : Classe ouvrière et communisme
  11. GLAT 1972-07b : Italie - situation de classe et agitation politique
  12. GLAT 1973-11a : Notes marginales sur la marginalité
  13. GLAT 1973-11b : Taylor aux abois - ou : les arbres ne poussent pas jusqu’au ciel
  14. GLAT 1974-05a : Combativité ouvrière et tactique syndicale
  15. GLAT 1974-05b : Notes sur les luttes de quartier
  16. GLAT 1974-06a : Luttes de classe et luttes de quartier
  17. GLAT 1974-07b : Enseignement : économies, licenciements... et luttes
  18. GLAT 1974-09a : Les rapports sociaux communistes
  19. GLAT 1974-12b : Luttes d’usines et luttes de quartier
  20. GLAT 1975-01b : Profits et marchés (I-IV)
  21. GLAT 1975-01c : Profits et marchés - Appendice I : Symboles et rapports
  22. GLAT 1975-02a : Profits et marchés (V-VI)
  23. GLAT 1975-02b : Le Luxemburgisme, fausse solution d’un faux problème
  24. GLAT 1975-07b : Sexisme ou lutte des classes
  25. GLAT 1975-11a : Documents pour un débat
  26. GLAT 1976-03b : 35 X 40
  27. GLAT 1976-11a : Technologie et domination du capital
  28. GLAT 1978-03a : Réflexions sur le travail théorique