AccueilLe CollectifManifestations
Dernière mise à jour :
samedi 25 mars 2017
   
Brèves
Calendrier
jeudi 26 février
Mise en place d’un calendrier perpétuel qui annonce quelques manifestations à venir, auxquelles participe ou pas le collectif Smolny.
La traduction en questions
jeudi 29 janvier
Une table ronde est organisée sur ce thème dans le cadre des 10 ans de la libraire Terra Nova. Rendez-vous à 18h ce jeudi 29 janvier 2015...
Travaux en cours !
mardi 21 octobre
La section des Œuvres complètes de Rosa Luxemburg est en cours de refonte pour accueillir l’édition en ligne, complémentaire des volumes parus au format papier. Voir le Journal des parutions.
Table ronde Smolny à Blois
jeudi 9 octobre
Vendredi 10 octobre à 9h30 - INSA de Blois, dans le cadre des Rendez-Vous de l’Histoire à Blois, venez débattre à la table ronde organisée par le collectif Smolny sur le thème : Les internationalistes contre la Grande Guerre : trajectoires croisées de Rosa Luxemburg et de Karl Radek. Lire la présentation.
Conversation sur la naissance des inégalités
vendredi 31 janvier
Pour mémoire, ce soir vendredi 31 janvier à 18h30, Christophe Darmangeat présentera son ouvrage Conversation sur la naissance des inégalités à la Librairie Floury Frères, 36 rue de la Colombette (Toulouse).
Espoir(s) de révolution(s) : La France face à ses révolutions manquées
mercredi 15 janvier
Dernière séance, ce jeudi 16 janvier à 19h, du cycle Espoir(s) de Révolution(s), sur le thème : 1848, 1871, 1936, 1968 : la France face à ses révolutions manquées. Et maintenant ?, avec Emmanuel Barot, enseignant de philosophie à l’université Toulouse Le Mirail. À la librairie Résistances (4, Villa Compoint, Paris 17e).
Lectures des « Principes de la philosophie du droit » de Hegel
Mercredi 25 avril 2012 - 8h30-19h - Université Toulouse Le Mirail
22 avril 2012 par collectif

Journée d’études organisée par E. Barot et M. F. Touati

Département de philosophie, UTM

Introduction :

Les Principes de la philosophie du droit occupent une place singulière dans l’œuvre de Hegel : quatrième et avant-dernier écrit systématique de Hegel, après la Phénoménologie de l’esprit (1807), la Science de la logique (1812-1816) et l’Encyclopédie des sciences philosophiques en abrégé (1817), les Principes (1820) développent pour elle-même la partie de l’Encyclopédie intitulée « L’esprit objectif », qui entend exposer le processus par lequel l’esprit effectue sa liberté dans une seconde nature (pratiques, institutions, histoire des hommes, etc.). La philosophie du droit avait une telle importance pour Hegel que c’est la seule partie de son système dont l’enseignement a été constamment assuré de 1818 à 1831 (année de sa mort), que ce soit par lui-même ou par l’un de ses plus proches élèves, Eduard Gans. Le rôle historique de ce texte est majeur et l’exemple de Marx, qui - dans son écrit de 1843 - en commente une section presque entière (« L’État ») et en dégage quelques-unes de ses thèses majeures, n’est pas le moindre.

Œuvre philosophique de première importance, les Principes sont également une intervention théorique dans un contexte politique agité, marqué notamment par la censure. Suspecté, dès 1821, de complaisance envers le pouvoir par l’un de ses anciens élèves (Nikolaus von Thaden), Hegel se verra attribué, notamment par Rudolf Haym en 1857, la réputation de « philosophe de l’État prussien », Haym considérant qu’avec les Principes « le système de Hegel devint la résidence scientifique de la restauration prussienne ». Et ce que Hegel indique, en octobre 1820, dans l’exemplaire qu’il dédicace au chancelier de Prusse, le prince Hardenberg, n’arrange pas les choses : il présente son étude « comme une tentative faite pour saisir dans ses traits essentiels ce qui se présente à nos yeux avec une telle efficacité et dont nous goûtons les fruits » ; il espère ainsi que la philosophie « justifie la protection et la faveur dont elle jouit de la part de l’État » et qu’elle se montre « une auxiliaire immédiate des intentions bienfaisantes du gouvernement ». On comprend que von Thaden puisse ainsi écrire à Hegel : « vous êtes décrié tantôt comme philosophe royaliste, tantôt comme royaliste philosophe ». Et pourtant, ce texte réputé conservateur, voire réactionnaire, ce prétendu manifeste de la restauration, n’a précisément pas eu les faveurs de la restauration, bien au contraire. C’est que si la situation historique avait été simple, l’intervention de Hegel aurait pu l’être également. Or, la simplicité, ce n’est précisément pas ce qui caractérise le mieux cette période. Et il n’est vraiment pas nécessaire de faire l’hypothèse, improbable, d’un double langage de Hegel pour comprendre que celui-ci, définissant la tâche de la philosophie comme étant celle de penser ce qui est, se trouve confronté à des difficultés et des tensions réelles qui, précisément, rejaillissent sur sa pensée. C’est d’ailleurs bien dans ce texte que l’on a voulu voir à la fois la portée révolutionnaire et le conservatisme de la pensée hégélienne ; on y a vu aussi bien une critique de la réalité politique de son temps qu’une apologie de l’État autoritaire prussien.

Pour autant que cette opposition forgée par Haym, reprise et développée en un autre sens par Engels, de la méthode révolutionnaire et du système conservateur soit pertinente, il importe alors d’interroger les natures de cette révolution et de ce conservatisme et de ressaisir leur articulation. Plus largement, et en prenant acte des tentatives actuelles de relecture des Principes (J.-F. Kervégan, A. Honneth, par exemple), c’est la question de la possibilité d’un héritage de la pensée politique de Hegel qu’il faut reposer. En proposant ainsi une journée consacrée à des lectures des Principes, qu’elles soient opérées « en interne » ou au travers de réceptions déterminées, il s’agira à chaque fois d’en éclaircir les enjeux contemporains, non pas d’actualiser la philosophie politique de Hegel, mais d’en montrer l’actualité en essayant d’en saisir tout à la fois les apports, les limites et les tensions.


Lectures des « Principes de la philosophie du droit » de Hegel

Mercredi 25 avril 2012, 8h30-19h

Bâtiment 18, salle 227
Université Toulouse Le Mirail


Programme :

8H30-8H45 : OUVERTURE

8H45-9H45 : ERIC BORIES (TOULOUSE)

LA SOCIETE HEGELIENNE : LE LIEN ENTRE DEUX INFINIS

Je me propose de montrer en quoi Hegel a pu nous offrir, au moment d’expression la plus mûre de sa pensée, une réflexion sur la société, animée par la volonté de lier de façon immanente et processuelle deux infinis. Dans cette perspective en effet, l’éthicité, et à plus forte raison la vie éthique, apparaissent dans les Principes de la philosophie du droit comme le lien social de l’infini moral et de l’infini logico-spéculatif ou métaphysique. Il ne serait pas alors très étonnant que notre enquête nous conduise à comprendre que notre réflexion sociale contemporaine ne peut que trouver ressource utile à la lecture de la philosophie du droit de 1820.

9H45-10H45 : AURELIEN BERLAN (TOULOUSE)

HEGEL, DIAGNOSTICIEN DU PRESENT ?

Dans cette intervention, il s’agira de déterminer dans quelle mesure Hegel se relie bien au mode de connaissance du présent que l’on peut appeler diagnostic historique, et quelle y est sa place propre. Pour ce faire, je commencerai par esquisser les spécificités de ce mode de réflexion critique sur la modernité afin de montrer ensuite en quoi Hegel s’y rattache bien. Dans un troisième temps, je me baserai plus précisément sur la préface des PPD pour montrer pourquoi le Hegel de la maturité déroge au modèle proposé du diagnostic historique : bien que ce texte défende clairement l’idée que l’objet de la philosophie soit le présent, il semble en même temps saper toute possibilité de critique du présent. Néanmoins, j’essaierai de montrer pour finir que ce texte pose malgré tout les bases d’un diagnostic du présent original.

10H45-11H : PAUSE

11H-12H : JULIEN SERVOIS (PARIS)

LES PRINCIPES DE LA PHILOSOPHIE DU DROIT DE HEGEL ET LE SOCIALISME ETHIQUE DE L’ECOLE DE MARBOURG

Les philosophes de Marbourg, Cohen, Natorp, Vorländer et Cassirer ont certainement contribué à alimenter la mauvaise réputation des Principes de la philosophie du droit : l’idéalisme absolu de Hegel aurait naturellement, selon eux, conduit à une thèse politiquement réactionnaire, justifiant rationnellement l’ordre établi, et l’unique mérite du texte consisterait dans son exposé des contradictions de la société civile - dans la position de « la question sociale ». Dès lors, le retour à Kant - mot d’ordre des Marbourgeois - semble au premier abord consister à aborder cette question sous un angle étroitement moral, à absolutiser le point de vue moral (individuel) dans l’ensemble de la pratique humaine - cette revendication morale devenant l’indispensable supplément d’âme d’un marxisme réduit à exposer la loi d’évolution naturelle des sociétés, d’un marxisme passé au crible de la méthode transcendantale, dédialectisé, déshégélianisé. Les choses ne sont cependant pas aussi simples : les Marbourgeois, et en particulier Natorp, ont en effet relu l’éthique kantienne comme l’annonce d’une véritable « philosophie sociale » pour laquelle l’individu, en dehors des communautés concrètes dans lequel il vit, est une simple abstraction ; et la tâche de cette philosophie sociale est de saisir l’existence de l’homme dans son intégralité, c’est-à-dire non pas dans une juxtaposition de sphères mais dans la corrélation de diverses dimensions : familiales, économiques, juridico-politiques et culturelles. Nous nous proposons de confronter cette approche de l’individu social à l’analyse du concept de Sittichkeit dans la Philosophie du droit.

12H-14H : DEJEUNER

14H-15H : EMMANUEL BAROT (NICE/TOULOUSE)

LA SITTLICHKEIT HEGELIENNE AU SERVICE DU SOCIALISME REVOLUTIONNAIRE ? SARTRE ET LES INSTITUTIONS DE LA LIBERTE DES CAHIERS POUR UNE MORALE A LA CRITIQUE DE LA RAISON DIALECTIQUE

Selon Sartre dans L’être et le néant (1943), Hegel, dans la dialectique du maître et de l’esclave, a eu « l’intuition géniale » contre le solipsisme de ce que toute conscience de soi dépend dans son être même des autres consciences. Mais, contre lui, Sartre affirme que la séparation des pour-soi reste l’indépassable « scandale » et que la collectivité peut exister au mieux comme « totalité détotalisée », jamais comme Sujet. Les Cahiers pour une morale (1947-1948) élargissent l’interrogation, véritable confrontation à la Sittlichkeit hégélienne, aux modalités historiques de la reconnaissance mutuelle des libertés à laquelle il refuse malgré tout de renoncer, en un questionnement sur une « morale concrète » qui « doit être socialiste révolutionnaire ». La Critique de la raison dialectique (1960, 1985) enfin, passe ce noyau vivant de l’Esprit Objectif au crible marxien des processus d’objectivation et d’aliénation de l’action aux prises avec la matière sociale, et atteint son point d’incandescence dans la dialectique de la société et de l’Etat. Rendant raison de ce que toute souveraineté (révolutionnaire y compris) ne saurait être que fantomatique tout en faisant l’objet d’une irrépressible aspiration, Sartre occupe finalement un entre-deux très particulier à la fois entre et par-delà les Principes de la philosophie du droit et la Critique du droit politique hégélien de Marx (1843). Le propos déterminera cet entre-deux, i.e. précisera en quel sens Sartre retrouve Hegel par la façon même dont il prolonge Marx.

15H-16H : FRANCK FISCHBACH (NICE)

HEGEL ET LE SENS DU SOCIAL

La pensée de Hegel est souvent donnée comme l’une des sources majeures de la philosophie sociale. Mais on peut aussi bien penser que Hegel n’a découvert le social que pour aussitôt l’étouffer dans une philosophie politique qui fait de l’Etat à la fois le cœur et le sommet de toute formation sociale. En réalité, la question est de savoir où se situe chez Hegel la pensée du social : contre la tentation immédiate et spontanée de la situer dans la théorie de la « société civile », nous ferons quant à nous l’hypothèse que le social, chez Hegel, se dit « Sittlichkeit » - et nous verrons quels effets cette hypothèse produit.

16H-16H15 : PAUSE

16H15-17H15 : MOHAMED FAYÇAL TOUATI (NICE/TOULOUSE)

REVOLUTION ET TERREUR. ELEMENTS POUR UNE RELECTURE DES PRINCIPES

Si le rapport de Hegel à la Révolution française est bien connu, son rapport à la Terreur l’est moins. Or, loin que la critique hégélienne de la Terreur le conduise à rejeter la Révolution, je montrerai que non seulement cette critique est bien plus nuancée qu’il n’y paraît de prime abord, mais que le problème de Hegel n’est en fait ni la Révolution, ni même la Terreur comme telle : il réside dans la possibilité que la Terreur n’obéisse plus qu’à une nécessité aveugle et c’est bien là le problème de toute situation postrévolutionnaire. Je ferai donc une double hypothèse : c’est non seulement à partir de ce problème qu’il faut lire les Principes, mais c’est également à partir de lui qu’il faut lire la question sociale chez Hegel et l’émergence de ce qu’il pressent dans son dernier texte, la révolution sociale.

À PARTIR DE 17H15 : DISCUSSION GENERALE

Autres articles de cette rubrique
  1. Librairie « Des livres et vous » à Sarrant (32)
  2. Novembre des Canuts 2008 ( Lyon, première édition )
  3. Théâtre : « La louve noire » de Giancarlo Ciarapica
  4. Débat autour de Rosa Luxemburg avec la CNT-AIT de Toulouse
  5. Présentation du livre « Abrégé du Capital de Karl Marx » de Carlo Cafiero
  6. Conférence-débat : Jaurès, un homme engagé dans l’action locale
  7. Mardis de l’INA : Un certain regard - Rosa Luxembourg
  8. O’CASEY Sean : La Charrue et les Étoiles
  9. Débat : La révolution russe vue par Voline - quels apports pour aujourd’hui ?
  10. Réunion publique de Perspective Internationaliste
  11. VIVONS LIVRES ! Salon du livre Midi-Pyrénées
  12. Théâtre : « Karl Marx, le retour » de Howard Zinn
  13. Réunion publique du groupe Tumulto
  14. Rencontre avec Ronald Creagh autour de son livre « Utopies américaines »
  15. Campesinos, histoire(s) d’une résistance
  16. Deux rencontres Agone debut mai sur Toulouse
  17. Deux rencontres avec Bruno Vargas et Didier Debord
  18. Les Arméniens en France - Rencontre avec Anouche Kunth
  19. Ressorts et limites de l’accumulation du capital en Chine
  20. The Life, Letters and Legacy of Rosa Luxemburg
  21. Anthropologie de l’ordinaire - Rencontre avec Éric Chauvier
  22. Deux vision de la Révolution française ( Kautsky - Jaurès ) - Conférence Débat avec Jean-Numa Ducange
  23. Savoir et action historiques chez Hegel - Conférence par Faycal Touati
  24. Une discussion de la Bibliothèque infokiosque autour du « Communisme primitif »
  25. Rencontre « Le Chant du Coq »
  26. Vivons Livres !
  27. Cahors : 140e anniversaire de la Commune de Paris
  28. Anarphabète, le salon du livre et de l’expression libre
  29. Table ronde : Des révoltes à la révolution ? Quelles sont les perspectives de la lutte de classes ?
  30. Conférences-débats Smolny 2011 : « État et Capital »
  31. La Boutique à réAction et les Impairs à réAction de décembre 2011
  32. Love me tender... encore une fois - 24h de lettres d’amour
  33. Rencontre autour de la trilogie « De mémoire » de Jann-Marc Rouillan
  34. Deux rencontres avec Thierry Discepolo sur l’édition contemporaine
  35. United Red Army (1968-1973) : Du mouvement social à la guerre révolutionnaire
  36. Sous les rotatives, la plage
  37. La Palabra del agua
  38. La domination masculine est-elle née avec les classes sociales ?
  39. Rencontre autour de la revue « Kommunist » (Moscou, 1918)
  40. Dédicace de Patrick Tort du livre d’Anton Pannekoek : « Darwinisme et marxisme »
  41. Lectures des « Principes de la philosophie du droit » de Hegel
  42. Hegel 1805 : la nécessité de la Terreur et sa possible dérive
  43. Salon du livre libertaire 2012
  44. Rencontre avec Frédéric Régent, co-auteur de « Pour quoi faire la Révolution »
  45. Hegel : Révolution et Terreur
  46. Quantité et qualité chez Hegel et Lénine
  47. Vie et œuvre de Jean Malaquais - Rencontre avec Geneviève Nakach
  48. Révolution et contre-révolution en Russie à la lumière du combat des communistes de gauche
  49. Conférence-débat sur la Bio entre business et projet de société
  50. Conférences-débats : Les oppositions communistes en URSS de 1918 à 1927
  51. Rencontre avec Léon de Mattis, autour de son livre « Crises »
  52. Marxisme et Révolution française : perspectives dans le siècle 1889-1989
  53. Rencontre avec Xavier Montanyà autour de « L’or noir du Nigéria »
  54. Pourquoi le marxisme au XXIe siècle ?
  55. Smolny aux Rendez-Vous de l’Histoire 2012 à Blois
  56. La bulle immobilière, une conséquence des difficultés rencontrées par l’appareil productif chinois ?
  57. La transition révolutionnaire : un problème hégélien
  58. Conférence de Loren Goldner : Comprendre la crise et son système... pour mieux en sortir !
  59. VIVONS LIVRES ! Salon du livre Midi-Pyrénées
  60. L’AUTRE LIVRE - 10e Salon des éditeurs indépendants
  61. Hegel et la Terreur. Une lecture marxiste
  62. Monde et esprit chez Hegel
  63. Anarphabète 2012
  64. Les dangers de la sur-accumulation en Chine
  65. Lecture et discussion autour de Rosa Luxemburg
  66. Penser la biographie de François Furet
  67. Rosa Luxemburg à l’école du socialisme
  68. De l’atelier au marché : circulation et reproduction du capital (autour du Livre II du « Capital »)
  69. Les peuples et leurs révoltes selon Machiavel
  70. Révolution et contre-révolution : la Revue Kommunist et l’opposition de gauche en Russie - 1918
  71. Smolny à l’Escale du livre de Bordeaux
  72. À l’ombre de la République
  73. L’impossible procès
  74. Un jeudi soir avec Rosa Luxemburg - Livres et film
  75. Un futur sans avenir - Rencontre avec le Groupe Oblomoff
  76. La Chapelle a 20 ans !
  77. Quelle révolution pour quel socialisme ? — Conférence & Débat
  78. Rencontre - Débat : La Révolution russe et l’opposition de gauche au printemps 1918
  79. Colloque international sur les Sonderkommandos
  80. Les Imams en France - Rencontre avec Solenne Jouanneau
  81. Marathon Anaïs Nin
  82. Conférence Internationale sur Rosa Luxemburg
  83. Le socialisme en France - Le regard critique de Rosa Luxemburg
  84. Rencontre avec Nada, Noir et Rouge et les Éditions libertaires
  85. Cycle de conférences : Espoir(s) de Révolution(s)
  86. Conférence - Débat : Capitalisme, souffrance et harcèlement au travail
  87. Uluslararası Rosa Luxemburg Konferansı
  88. Anarphabète 2013
  89. Jean-Pierre Paraggio : Projections autotéliques
  90. Baratin n°02 : Le sexisme dans la langue
  91. Rencontre avec Marc Sastre autour de Jeffrey Lee Pierce
  92. Rencontre et projection du film « The Molly McGuires »
  93. Débat : « Le communisme primitif a-t-il eu lieu ? »
  94. Projection du film : France-Rwanda 1994, complicité de génocide
  95. Réunion-Débat : De l’Argentine a la France... les potentialités d’un front des anticapitalistes et révolutionnaires
  96. Tous unis dans la tranchée ? 1914-1918, les intellectuels rencontrent le peuple
  97. Somalie : Pirates ou garde-côtes ? Rencontre au Kiosk de Toulouse
  98. Les Libertaires du Yiddishland - Conférence de Jean-Marc Izrine
  99. Conférence-débat : L’oppression des femmes - Un aperçu historique... et préhistorique !
  100. Rencontre-débat autour d’une « Conversation sur la naissance des inégalités »
  101. Révolution et contre-révolution en Espagne : rencontre avec les Giménologues
  102. Rencontre : Rosa Luxemburg et la crise du socialisme en France
  103. Du braquage au violon : Rencontre avec le réalisateur Juan Guzmán et le CMDE
  104. Smolny à l’Escale du livre de Bordeaux
  105. Quinzaine Rosa Luxemburg : programme de la semaine du 19 au 25 mai
  106. Quinzaine Rosa Luxemburg : programme de la semaine du 26 au 31 mai
  107. Rencontres internationales : les révoltes du Maghreb et Moyen-Orient 3 ans après
  108. « Paris sans le peuple » - Rencontre avec Anne Clerval
  109. Débat public avec Mylène Gaulard sur la crise économique en Chine
  110. La Nuit de Tlatelolco - Mexique, 1968 : Rencontre avec le CMDE
  111. Smolny aux Rendez-Vous de l’Histoire 2014 à Blois
  112. Débat : Rosa Luxemburg contre la guerre
  113. Conférence : Les révolutions industrielles... pour une critique de la technologie
  114. Les 10 ans de la librairie Terra Nova !
  115. Débat sur la situation en Irak et au Kurdistan d’Irak et de Syrie
  116. Militants contre la guerre — Rencontre avec Julien Chuzeville
  117. Conférence : Les gauches radicales des années 20 — Internationalisme et autonomie prolétarienne
  118. Conférence-débat du CERMTRI : La Catalogne révolutionnaire de 1936
  119. Rencontre - débat avec le collectif « Exploités Énervés »
  120. Anarphabète 2014
  121. Rencontre autour des écrits politiques de Bertrand Russell (1914-1918)
  122. Les rugissants - Février / Juin 2015
  123. Premier Forum Autonome de Discussion de Toulouse : États, Terreur et Terrorisme
  124. Les Sanglots de l’aigle pêcheur / Nouvelle-Calédonie : la Guerre kanak de 1917
  125. Les travailleurs indochinois en région toulousaine pendant les deux guerres mondiales (1914-1918 et 1939-1945)
  126. La Brochure de Junius / Rosa Luxemburg
  127. Histoire et préhistoire de la domination masculine
  128. Conférence-Débat : Hypothèses d’Avril — 1917 / 1937 / 2017
  129. Liber’Tarn : Librairie champêtre libertaire - Stands d’éditeurs
  130. 1915, la conférence de Zimmerwald... et aujourd’hui ?