AccueilBibliothèqueCollection de textes
Dernière mise à jour :
jeudi 12 octobre 2017
   
Brèves
Mardi 21 mai - La Revue Z à Terra Nova
lundi 20 mai
Mardi 21 mai 2013 à 19h, rencontre à la Librairie Terra Nova de Toulouse avec l’équipe de la revue Z à l’occasion de la parution du dernier numéro Thessalonique & Grèce, aux éditions Agone. Après une enquête collective au nord de la Grèce, la revue Z viendra présenter son dernier numéro : Thessalonique dans la dépression européenne. Bricolages quotidiens et résistances insolvables.
Groupe de Liaison pour l’Action des Travailleurs
lundi 6 février
Le sommaire des articles de la revue Lutte de classe, publiée par le GLAT, a été largement augmenté, notamment sur la période 1971-1975. Pour tous les numéros listé, une version PDF est maintenant accessible en ligne. Bonnes lectures !
Mise à jour du catalogue du fonds documentaire
jeudi 1er septembre
Une nouvelle version mise à jour du Catalogue du Fonds Documentaire Smolny, très largement étendue (une vingtaine d’entrées supplémentaires) est en ligne ce jeudi 1er septembre 2011. Merci aux contributeurs. D’autres titres à suivre...
Ouverture des archives numériques du CERMTRI
lundi 15 août
Le CERMTRI a décidé de créer une bibliothèque numérique avec l’objectif de numériser le maximum de ses archives et de ses collections. Pour démarrer : La revue « Bulletin Communiste » (1920-1933) ; le journal « La Vérité » (1957-1958) ; la revue des « Cahiers du mouvement ouvrier » (2002-2011). Soit déjà 428 documents ce qui représente 6395 pages. Bravo pour cette excellente initiative !
Sur le Web
[infokiosques.net]
Nous nous auto-organisons et nous montons un infokiosque, une sorte de librairie alternative, indépendante. Nous discutons des publications, brochures, zines et autres textes épars qui nous semblent intéressants ou carrément nécessaires de diffuser autour de nous. Nous les rassemblons dans cet infokiosque, constituons ainsi nos ressources d’informations, et les ouvrons au maximum de gens. Nous ne sommes pas les troupes d’un parti politique, ni les citoyen-ne-s réformateurices de nos pseudo-démocraties, nous sommes des individus solidaires, qui construisons des réseaux autonomes, qui mettons nos forces et nos finesses en commun pour changer la vie et le monde.
Premiers pas sur une corde raide Montreuil (93) : concert de soutien au Rémouleur, samedi 11 octobre 2014 qcq Tout mais pas l'indifférence Crise, totalitarisme, luttes sociales et de classe en Grèce Bruxelles : programme de septembre 2014 au local Acrata
Bibliolib
Catalogue de textes d’origine libertaire ou anarchiste, sans habillage particulier (pas de commentaire, d’édition critique, de note). Les textes bruts donc avec une liste d’auteurs qui commence à être significative. Un bon point d’entrée donc pour ceux qui savent à l’avance ce qu’ils cherchent. Attention : ce site s’est fait subtilisé sa précédente adresse par un site pornographique. Notre propre lien a donc été incorrect quelque temps. Nous en sommes désolé.
Pelloutier.net
Sur l’histoire du syndicalisme révolutionnaire et de l’anarcho-syndicalisme, avec des études, documents et synthèses intéressantes sur Pelloutier, Monatte, La Vie Ouvrière (1909-1914) et sur les mouvements syndicalistes en France, Europe, USA...
Balance
Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier international et de la Guerre d’Espagne. Nombreux articles en espagnol. Textes de Bordiga, entre autres.
Classiques des sciences sociales
Une bibliothèque numérique entièrement réalisée par des bénévoles, fondée et dirigée par Jean-Marie Tremblay, sociologue. Comprend de très nombreuses oeuvres du domaine public. La section des "auteurs classiques", en particulier, est une véritable mine, où l’on trouve Bebel, Bordiga, Boukharine, Engels, Fourier, Gramsci, Kautsky, Labriola, Lafargue, Lukacs, Luxemburg, Marx, Trotsky et bien d’autres.
SOVIET DE PETROGRAD (1917) : Prikaz Numéro 1
Soviet des députés ouvriers et soldats de Petrograd — 1er mars 1917
8 octobre 2017 par sam

« Les soldats n’avaient pas la moindre idée de ce qu’étaient le communisme, le prolétariat ou la Constitution. Ils voulaient la paix, la terre, la liberté de vivre sans lois, sans officier ni propriétaires fonciers. Leur « bolchevisme » n’était qu’une formidable aspiration à une liberté sans entraves, à l’anarchie. »
(Général Broussilov, commandant en chef de l’armée russe).

Prikaz n°1 :

« A la garnison de la région de Petrograd. A tous les soldats de la garde, de l’armée, de l’artillerie et de la flotte, aux fins d’exécution immédiate et rigoureuse, et aux ouvriers de Petrograd, à titre d’information.

Le Soviet de députés ouvriers et soldats décide :

1) Dans toutes les compagnies, dans les bataillons, régiments, batteries, escadrons et administrations militaires de toute sorte, et à bord des bâtiments de la flotte de guerre, on choisira immédiatement, par voie d’élection, un comité de représentants parmi les simples soldats des unités militaires ci-dessus indiquées.

2) Dans toutes les unités militaires qui n’ont pas encore choisi leurs représentants au Soviet de députés ouvriers, on élira un représentant par compagnie qui, porteur de certificats écrits, se présentera à la Douma d’État le 2 mars courant, à 10 heures du matin.

3) Dans tous ses actes politiques, l’unité militaire obéit au Soviet de députés ouvriers et sol-dats, et à ses comités.

4) Les ordres de la Commission militaire de la Douma d’État ne doivent être exécutés que dans les cas où ils ne seront pas en contradiction avec les ordres et les décisions du Soviet de députés ouvriers et soldats.

5) Les armes de tout genre telles que : fusils, mitrailleuses, automobiles blindées, etc. doivent se trouver à la disposition et sous le contrôle des comités de compagnie et de bataillon, et ne seront en aucun cas délivrées aux officiers, même s’ils en faisaient sommation.

6) Dans le rang et pendant le service, les soldats doivent observer la plus stricte discipline mili-taire ; mais en dehors du service et du rang, dans leur vie politique, civique et privée, les sol-dats ne sauraient être lésés dans les droits dont jouissent tous les citoyens. Notamment le garde-à-vous au passage d’un supérieur et le salut militaire obligatoire sont abolis, hors service.

7) De même sont supprimées les formules décernées aux officiers : Votre Excellence, Votre Noblesse, etc. ; elles sont remplacées par : monsieur le général, monsieur le colonel, etc.

Les mauvais traitements de gradés de toute sorte à l’égard des soldats, et notamment le tutoiement, sont interdits ; toutes les infractions au présent ordre, ainsi que tous les malentendus dus entre officiers et soldats, ces derniers sont tenus de les porter à la connaissance des comités de compagnie.

Donner lecture de cet ordre dans toutes les compagnies, bataillons, régiments, équipages, batteries et autres services armés et auxiliaires.

LE SOVIET DES DÉPUTÉS OUVRIERS ET SOLDATS DE PETROGRAD. »

(Voir le livre de FERRO Marc, 1917 : les hommes de la révolution - Témoignages et documents, Omnibus 2011, pages 312 et 313)

Extraits :
— « Organes autonomes de « défense ouvrière » dans une conjoncture de crise économique et d’opposition de plus en plus acharnée des patrons, les comités d’usine vont progressivement se rallier à l’idée de « nationalisation » des entreprises, défendue par les bolcheviks. Quant aux unités de gardes rouges », ce sont des milices ouvrières armées (grâce au pillage, à partir du 27 février, des arsenaux et des usines d’armement) prêtes à défendre l’usine contre toute tentative de lock-out, mais aussi à « sauvegarder la Révolution » si celle-ci était menacée. L’été 1917, on comptera plus de 20 000 ouvriers en armes à Petrograd, 12 000 à Moscou, mais aussi 3 000 à Ivanovo-Voznessensk, le « Manchester russe », 1 500 à Tver, 300 dans la petite ville de Toula. Autant de petites et grandes armées ouvrières, fermement décidées à défendre « leur » révolution, de plus en plus perméables à la propagande bolchevique qui exalte la lutte des classes.

Dans une lettre désabusée, mais ô combien perspicace, un jeune capitaine décrivait ainsi à son père, propriétaire foncier dans la province de Toula, la révolution dans son régiment : « Entre nous et les soldats, l’abîme est insondable. Pour eux, nous sommes et nous resterons des barines [maîtres]. Pour eux, ce qui vient de se passer, ce n’est pas une révolution politique, mais bien une révolution sociale, dont ils sont les vainqueurs et nous les vaincus. Ils nous disent, maintenant qu’ils ont leur comité : « Avant, vous étiez les barines, maintenant c’est à notre tour de l’être ! Ils ont l’impression de tenir enfin leur revanche après des siècles de servitude ... » Dans le cours de la révolution de 1917, le rôle des soldats-paysans - une masse de 10 millions d’hommes mobilisés - est décisif. La décomposition progressive de l’armée russe, gagnée par les désertions et le pacifisme joue un rôle d’entraînement dans la faillite généralisée des institutions. Pour le commandement, c’est le Décret n°1, instituant les comités de soldats, qui est à l’origine du mal. En effet, loin de se borner aux prérogatives réelles mais limitées, que leur donne le texte, les comités de soldats en viennent à s’occuper de stratégie militaire, appellent à la désobéissance, récusent tel ou tel officier, prétendent en élire de nouveaux ... Les unités sont progressivement gagnées par un « pouvoir soldat », qui fait le lit d’un « bolchevisme de tranchée » ... » (WERTH, La Russie en révolution, pages 51/ 53)

— « Dans la capitale, une fois que la révolution l’eut emporté, c’est le Soviet et lui seul qui détenait le pouvoir de fait. L’Ordre n° I lui acquit le soutien de la garnison et donc de la force armée. Ainsi Guékov, le ministre de la Guerre, pouvait-il écrire le 9 mars au généralissime Alekseev : « Le Gouvernement provisoire n’a pas le moindre pouvoir effectif. Vos ordres ne seront exécutés que dans la mesure où le Soviet des députés ouvriers et soldats le permettra. C’est lui qui dispose des éléments de base du pouvoir réel, les troupes, les chemins de fer, les liaisons postales et télégraphiques. Soit dit carrément, le Gouvernement provisoire n’existe que pour autant que le Soviet le tolère ... » (ANWEILER, Soviets en Russie, page 159)

— « Dans l’ardente atmosphère de cette heure-là, dans le chaos d’une séance semblable à un meeting, sous la dictée directe de soldats que les leaders absents n’avaient pu arrêter, naquit le fameux « Prikaz n° 1 » (Ordre n° 1), le seul document estimable de la Révolution de Février, la charte des libertés de l’armée révolutionnaire. » (Trotsky, La révolution de février, page 321)

— « Il était près de six heures du soir. Stéklov [1] était parti faire un rapport au Soviet sur le problème du pouvoir. Derrière la porte de la salle 13 où venait de se tenir la séance du Comité exécutif, je trouvai le tableau suivant : Sokolov [2] était penché sur le bureau en train d’écrire ; des soldats le serraient de tous côtés, assis, debout ou appuyés au bureau. Ces soldats lui dictaient ou lui soufflaient ce qu’il écrivait. Je me souvins de la description de Tolstoï : comment, à l’école de Yasnaia Poliana, il inventait des contes avec les enfants. Mais il ne s’agissait pas d’infantillages, c’était la Commission élue par le Soviet pour travailler à la rédaction de « L’Ordre du jour à l’armée ». Ils travaillaient sans aucun plan et sans débat, tout le monde parlait et tous étaient entièrement absorbés par leur tâche. Ils n’avaient pas besoin de votes, eux, pour donner une forme à leur opinion collective. Je restai debout à écouter, intéressé au plus haut point. Lorsque le travail fut terminé, on mit sur la feuille un titre : « Ordre du jour numéro I. »

Telle est l’histoire du document qui devint si fameux. Il était devenu nécessaire par les conditions générales de la révolution et en particulier, par le manque de tact et la politique provocatrice des représentants du Comité de la Douma à l’égard des soldats. » (SOUKHANOV, Révolution russe, page 85)

— « Le processus révolutionnaire de 1917 est extrêmement rapide : tout va se jouer en huit mois seulement. [...] Les libéraux ont naïvement cru, comme Kerensky un peu plus tard, que le fait que la Russie soit maintenant démocratique allait galvaniser les troupes russes, comme les armées révolutionnaires françaises le furent par la république de 1793. Ils ont cru que l’on pouvait refouler les Allemands, mettre fin à la guerre, assurer une victoire alliée et donc une paix qui renforcerait la position nationale de la Russie.

Mais tout est faussé dans le gouvernement provisoire parce que les structures de l’armée sont minées par l’« Ordre n°1 » et tout ce qu’il représente. Nous ne savons pas qui a rédigé cet « ordre », mais il sort du soviet. L’important, c’est qu’il reflète l’état d’esprit anarchisant de la masse de l’armée russe. [...] Mais la situation d’anarchie n’a pas été créée par l’Ordre n°1, elle est le résultat spontané de l’effondrement de l’autorité antérieure. [...] A partir de février, il n’y avait déjà plus d’armée russe capable de fonctionner parce qu’une armée régie par le principe de l’élection démocratique est une contradiction dans les termes. [...] Elle va se désagréger dès qu’on essaiera de l’utiliser, c’est-à-dire dès l’offensive de Broussilov au cours de l’été. Entre février et juillet, on n’a pas osé l’utiliser et c’est pour cela que les choses restent en place. [...] Et quand Kornilov a essayé de reprendre en main la machine après l’échec, le mois suivant, cet essai a déclenché la désagrégation totale et définitive. Il s’agissait d’une machine qu’on ne pouvait plus réparer ... » (Malia, Comprendre la Révolution russe, pages 99/ 100) ;


Bibliographie indicative :

— ANWEILER Oskar, Les Soviets en Russie (1905-1921), Gallimard, 1972 ;

— MALIA Martin, Comprendre la Révolution russe, Seuil, 1980 ;

— SOUKHANOV Nicolas, La Révolution russe, Stock, 1965 ;

— TROTSKY Léon, Histoire de la révolution russe - 1. La révolution de février, Points Seuil, 1995 [Voir les chapitres « L’armée et la guerre » et « Les dirigeants et la guerre ».] ;

— WERTH Nicolas, 1917 - La Russie en révolution, Gallimard, 1997 [Voir aussi page 140 une lettre collective de soldats au soviet de Petrograd, et page 143 des extraits du rapport du renseignement militaire sur l’état de l’armée début octobre 1917] ;


Sur la toile :

L’excellent site Matière et Révolution propose une suite, dans « Trotsky, chef militaire révolutionnaire » :

« [...] L’ancienne armée se dispersait encore à travers le pays en propageant la haine de la guerre qu’il nous fallait déjà mettre sur pied de nouveaux régiments. On chassait de l’armée les officiers du tsar en leur appliquant ici et là une justice sommaire. Cependant il nous fallait obtenir des anciens officiers qu’ils instruisent l’armée nouvelle. Dans les régiments tsaristes, les comités étaient l’incarnation même de la révolution, du moins de sa première étape. Dans les nouveaux régiments, on ne pouvait pas admettre que le comité puisse favoriser la décomposition. On entendait encore maudire l’ancienne discipline que déjà il fallait en introduire une nouvelle. Ensuite, il fallut passer du volontariat au recrutement forcé, des détachements de partisans à une organisation militaire régulière. La lutte contre le « partisanisme » se poursuivit jour après jour, sans relâche, et exigea une énorme persévérance, de l’intransigeance, et parfois de la rigueur. Le partisanisme était l’expression militaire des dessous paysans de la révolution, pour autant que cette dernière n’avait pas encore accédé à la conscience politique. La lutte contre le partisanisme fut par là même une lutte pour l’étatisme prolétarien contre l’élément anarchique petit-bourgeois qui le rongeait. Les méthodes des partisans et leurs pratiques trouvaient cependant un écho jusque dans les rangs du Parti ; il fallut donc mener contre elles au sein même du Parti une lutte idéologique, complément indispensable des mesures d’organisation éducatives et punitives dans l’armée. C’est seulement contraint par une énorme pression que le partisanisme anarchique se plia aux cadres de la centralisation et de la discipline. Une pression extérieure : l’offensive allemande puis le soulèvement tchécoslovaque. Une pression intérieure par le moyen de l’organisation communiste au sein de l’armée ... » (Trotsky, Comment la Révolution s’est armée ?, février 1923) ;

« [...] Pour les socialistes-révolutionnaires de gauche, le plan de Trotsky ne valait même pas la peine d’être discuté. Mais l’opposition la plus persistante et la plus puissante vint du sein du parti bolchevik lui-même. Cette opposition invoquait les motifs les plus divers. La plupart des communistes de gauche qui s’étaient opposés à la paix de Brest repoussèrent la politique de Trotsky au nom de l’esprit libertaire de la Révolution. Ils se refusèrent à cautionner la création d’une armée permanente et centralisée, sans parler bien entendu d’une armée confiée aux généraux et aux colonels du tsa-risme. (...) L’autre tendance de l’opposition se composait d’hommes qui appartenaient à la hiérarchie interne du parti bolchevik. Ces hommes étaient en général partisans de la centralisation des pouvoirs et d’une discipline stricte, et ils considéraient les communistes de gauche comme de bruyants irresponsables. Ils n’étaient pas fondamentalement opposés aux plans militaires de Trotsky, mais ils ne le voyaient pas sans crainte solliciter le corps des anciens officiers. (...) Certains étaient jaloux des hautes positions qu’ils venaient d’acquérir et qu’on leur demandait maintenant de partager dans l’armée avec leurs ennemis de naguère ... » (Léon Trotsky, chef de l’armée rouge, d’après Isaac Deutscher) ;


Sur notre site :

— OCTOBRE 1917 ;

[1] STEKLOV Yuri Mikhailovich, né Ovshey Moiseyevich Nakhamkis (1873-1941) : révolutionnaire actif à Odessa dès les années 1890, il rejoint le parti bolchevik en 1903. Il reste pendant de longues années, rédacteur en chef du journal officiel Izvestia. Historien, il écrit des biographies sur Bakounine, Herzen. Arrêté en 1938, il meurt en prison.

[2] Membre du Parti Socialiste-révolutionnaire.

Autres articles de cette rubrique
  1. ABENSOUR Miguel (1974) : Manifeste de la collection « Critique de la politique »
  2. ANONYME : Protestation devant les libertaires du présent et du futur sur les capitulations de 1937
  3. APPEL Jan (1966) : Autobiographie
  4. APPEL Jan (1966) : Autobiography [english version]
  5. BENBOW William (1832) : Grand National Holiday, and Congress of the Productive Classes
  6. BORDIGA Amadeo (1922) : Le principe démocratique
  7. BORDIGA Amadeo (1922) : Thèses de Rome
  8. BORDIGA Amadeo (1951) : Crue et rupture de la civilisation bourgeoise
  9. BORDIGA Amadeo (1951) : Filling and bursting of bourgeois civilisation

  10. BORDIGA Amadeo (1951) : Piena e rotta della civiltà borghese
  11. BOUKHARINE Nicolas (1917) : La guerre et le socialisme révolutionnaire
  12. BOUKHARINE Nicolas (1937) : À la future génération des dirigeants du Parti
  13. BRENDEL Cajo (1953) : L’insurrection ouvrière en Allemagne de l’Est - juin 1953
  14. BRENDEL Cajo (1999) : « Garde-toi de tout mythe ! »
  15. BRETON André & COLLECTIF (1934) : Planète sans visa
  16. BRETON André (1936) : La vérité sur le procès de Moscou
  17. BRETON André (1956) : Hongrie, Soleil levant
  18. CAMUS Albert (1953) : Moscou sous Lénine
  19. CHIRIK Marc (1976) : Présentation de textes de « Bilan »
  20. COLLECTIF (1973) : Garde-fous arrêtez de vous serrer les coudes — Documents
  21. CONTRE-ATTAQUE (1935) : Union de lutte des intellectuels révolutionnaires
  22. DARWIN Charles & WALLACE Alfred (1858) : On the Tendency of Species to form Varieties ; and on the Perpetuation of Varieties and Species by Natural Means of Selection
  23. EISNER Kurt (1918) : An die Bevölkerung Münchens !
  24. ENGELS Friedrich (1842) : Die innern Krisen
  25. ENGELS Friedrich (1842) : Englische Ansicht über die innern Krisen
  26. ENGELS Friedrich (1842) : Stellung der politischen Parteien
  27. FISR (1943) : À tous les travailleurs de la pensée et des bras
  28. GAPONE George & VASSIMOV Ivan (1905) : Pétition des ouvriers au Tsar
  29. GLAT (1969) : Luttes et organisations de classe
  30. GLAT (1969) : Pour un regroupement révolutionnaire
  31. GRANDJONC Jacques (1989) : Introduction à « Communisme / Kommunismus / Communism »
  32. GTM (1937) : Le massacre de Barcelone, une leçon pour les ouvriers du Mexique !
  33. GUILLAMON Augustin (2002) : Chronologie d’Amadeo Bordiga
  34. HAASE Hugo (1919) : Reichstagsreden gegen die deutsche Kriegspolitik
  35. HOBSBAWM Eric (1961) : « La situation de la classe laborieuse en Angleterre »
  36. HOWARD Roy (1936) : Interview with J. Stalin
  37. ISTRATI Panaït (1929) : Conclusion pour combattants
  38. JANOVER Louis (1977) : Les nouveaux convertis
  39. JANOVER Louis (1981) : Actualité de Panaït Istrati
  40. JANOVER Louis (1985) : Lire Spartacus
  41. JANOVER Louis (1989) : Daniel Guérin, le trouble-fête
  42. JANOVER Louis (1991) : Les vraies leçons de Marx
  43. JANOVER Louis (1996) : Maximilien Rubel, une œuvre à découvrir
  44. JANOVER Louis (2007) : Les habits neufs de la feinte-dissidence
  45. JANOVER Louis (2008) : À propos de la réédition des « Pages choisies » de Karl Marx
  46. JANOVER Louis (2009) : De la rétrocritique considérée comme le dernier des arts
  47. JANOVER Louis (2009) : Vous avez dit minuit dans le siècle ?
  48. JAURÈS Jean (1914) : Discours de Vaise
  49. JOUHAUX Léon (1914) : Discours sur la tombe de Jean Jaurès
  50. KAUTSKY Karl (1922) : Socialisation ou nationalisation des banques ?
  51. LAFARGUE Paul (1885) : Une visite à Louise Michel
  52. LÉNINE & SVERDLOV Iakov (1918) : Position du Comité Central du P.O.S.D.R.(b) dans la question de la paix séparée et annexionniste
  53. LÉNINE (1914) : Der Krieg und die russische Sozialdemokratie
  54. LÉNINE (1918) : Additif au décret du Conseil des Commissaires du Peuple « La Patrie socialiste est en danger ! »
  55. LÉNINE (1918) : Chose étrange et monstrueuse
  56. LÉNINE (1918) : De la gale
  57. LÉNINE (1918) : Discours à la réunion commune des fractions bolchevique et socialiste-révolutionnaire de gauche du Comité Exécutif Central de Russie du 23 février 1918
  58. LÉNINE (1918) : Interventions sur la question de la paix de Brest-Litovsk
  59. LÉNINE (1918) : Leçon sérieuse et sérieuse responsabilité
  60. LÉNINE (1918) : Note sur la nécessité de signer la paix
  61. LÉNINE (1918) : Paix ou guerre ?
  62. LÉNINE (1918) : Projet d’ordre du jour à tous les soviets de députés
  63. LÉNINE (1918) : Projet de résolution du Conseil des commissaires du peuple sur l’évacuation du gouvernement
  64. LÉNINE (1918) : Rapport sur la question de la paix
  65. LÉNINE (1918) : Sur le terrain pratique
  66. LÉNINE (1918) : Une leçon dure, mais nécessaire
  67. LÉNINE (1918) : Une paix malheureuse
  68. LÉNINE (1919) : Discours d’ouverture au Premier Congrès de l’Internationale Communiste
  69. LÉNINE (1919) : Discours prononcé le 19 janvier après l’assassinat de Rosa Luxemburg et de Karl Liebknecht
  70. LERMONTOV Michel (1840) : Un fataliste
  71. LEVI Paul (1924) : Einleitung zu Rosa Luxemburg: «Einführung in die Nationalökonomie»
  72. LIEBKNECHT Karl & MEYER Ernst (1918) : Die nächsten Ziele eures Kampfes
  73. LIEBKNECHT Karl (1914) : Déclaration au Reichstag
  74. LIEBKNECHT Karl (1915) : Lettre à la Conférence de Zimmerwald
  75. LIEBKNECHT Karl (1918) : Für die freie sozialistische Republik Deutschland
  76. LIEBKNECHT Karl (1918) : To the Workers and Soldiers of the Allied Countries
  77. LIEBKNECHT Karl (1918) : Trotz alledem !
  78. LIEBKNECHT Karl (1918) : Was will der Spartakusbund ?
  79. LIEBKNECHT Karl (1919) : Kamaraden ! Arbeiter !
  80. LIEBKNECHT Karl (1919) : Malgré tout !
  81. LIEBKNECHT Karl, USPD & SPD (1918) : Bedingungen zum Eintritt in die Regierung
  82. LUXEMBURG Rosa & SPARTAKUSBUND (1918) : Was will der Spartakusbund ?
  83. LUXEMBURG Rosa (1893) : L’année 1793 !
  84. LUXEMBURG Rosa (1898) : À quoi sert la politique coloniale ?
  85. LUXEMBURG Rosa (1902) : Martinique
  86. LUXEMBURG Rosa (1904) : Social-démocratie et parlementarisme
  87. LUXEMBURG Rosa (1906) : Blanquisme et social-démocratie
  88. LUXEMBURG Rosa (1908) : Tolstoï, comme penseur social
  89. LUXEMBURG Rosa (1912) : Dans l’asile de nuit
  90. LUXEMBURG Rosa (1912) : Im Asyl
  91. LUXEMBURG Rosa (1914) : Discours devant le Tribunal de Francfort
  92. LUXEMBURG Rosa (1914) : Le revers de la médaille
  93. LUXEMBURG Rosa (1918) : Assemblée nationale ou gouvernement des Conseils ?
  94. LUXEMBURG Rosa (1918) : Das alte Spiel
  95. LUXEMBURG Rosa (1918) : Der Anfang
  96. LUXEMBURG Rosa (1918) : Die kleinen Lafayette
  97. LUXEMBURG Rosa (1918) : Die Nationalversammlung
  98. LUXEMBURG Rosa (1918) : Eine Ehrenpflicht
  99. LUXEMBURG Rosa (1918) : L’Achéron s’est mis en mouvement
  100. LUXEMBURG Rosa (1918) : L’Assemblée nationale
  101. LUXEMBURG Rosa (1918) : Les petits Lafayette
  102. LUXEMBURG Rosa (1918) : Nationalversammlung oder Räteregierung ?
  103. LUXEMBURG Rosa (1918) : Parteitag der Unabhängigen SP
  104. LUXEMBURG Rosa (1918) : Protestresolution gegen das Vorgehen der deutschen Regierung im Osten
  105. LUXEMBURG Rosa (1918) : Schlussrede
  106. LUXEMBURG Rosa (1918) : Un devoir d’honneur
  107. LUXEMBURG Rosa (1918) : Unser Programm und die politische Situation
  108. LUXEMBURG Rosa (1918) : Korreferat zur Politik der USPD
  109. LUXEMBURG Rosa (1918) : Les masses « immatures »
  110. LUXEMBURG Rosa (1919) : Der erste Parteitag
  111. LUXEMBURG Rosa (1919) : Das Versagen der Führer
  112. LUXEMBURG Rosa (1919) : Die Ordnung herrscht in Berlin
  113. LUXEMBURG Rosa (1919) : Kartenhäuser
  114. LUXEMBURG Rosa (1919) : L’ordre règne à Berlin
  115. LUXEMBURG Rosa (1919) : Versäumte Pflichten
  116. LUXEMBURG Rosa (1919) : Was machen die Führer ?
  117. LÖWY Michael (1969) : Le marxisme révolutionnaire de Rosa Luxemburg
  118. MALATESTA Errico & COLLECTIF (1915) : L’Internationale anarchiste et la guerre
  119. MARAT Jean-Paul (1791) : Sur la loi Le Chapelier
  120. MARTOV Julius (1907) : La leçon des événements russes
  121. MARTOV Julius (1908) : Le Marxisme en Russie
  122. MARTOV Julius (1918) : À bas la peine de mort !
  123. MARTOV Julius : La Troisième Douma et les socialistes
  124. MARX Karl & ENGELS Friedrich (1848) : Le Manifeste du Parti Communiste
  125. MARX Karl (1852) : Pauperism and Free Trade. - The approaching commercial crisis
  126. MARX Karl (1856) : Appel au prolétariat anglais
  127. MARX Karl (1865) : Salaire, Prix et Plus-value
  128. MATTICK Paul (1960) : Anton Pannekoek, une biographie politique
  129. MATTICK Paul (1977) : Interview à Lotta Continua
  130. MEHRING Franz (1914) : Ein Protest
  131. MÜHSAM Erich (1918) : Revolutionäre, internationalistisch gesinnte kommunistische Arbeiter und Soldaten !
  132. O’CASEY Sean : The Story of the Irish Citizen Army
  133. PANNEKOEK Anton (1933) : L’acte personnel
  134. PANNEKOEK Anton (1933) : La destruction comme moyen de lutte
  135. PÉRET Benjamin (1945) : Le déshonneur des poètes
  136. PIATAKOV, BOSCH, BOUKHARINE (1915) : Thèses sur le droit des nations à l’autodétermination
  137. PIECK Wilhelm ( 1918) : Arbeiter, Soldaten, Genossen !
  138. POSPOLOV Pavel (1938) : Aperçu historique - La lutte de Boukharine contre Lénine et le Parti
  139. PROUVOST Léon (1921) : Le code bolchevik du mariage
  140. PYATAKOV, BOSCH, BUKHARIN (1915) : Theses on the right of nations to self-determination
  141. RADEK Karl (1919) : Nachruf auf Karl Liebknecht
  142. RUBEL Maximilien (1947) : Karl Marx et le socialisme populiste russe
  143. RUBEL Maximilien (1980) : Le socialisme réellement inexistant
  144. SCHEIDEMANN Philipp (1924) : Bericht über den 9. November 1918
  145. SCHMIDT Véra (1923) : Éducation psychanalytique en Russie soviétique
  146. SOREL Georges (1899) : L’éthique du socialisme
  147. SOREL Georges (1906) : Le caractère religieux du Socialisme
  148. SOVIET DE PETROGRAD (1917) : Prikaz Numéro 1
  149. SOVNARKOM (1918) : La patrie socialiste est en danger !
  150. SPD (1914) : Aufruf zum Massenprotest gegen die Kriegsgefahr
  151. SPD (1914) : Resolution der Berliner Arbeiterschaft gegen das Ultimatum Österreich-Ungarns an Serbien
  152. SPD Württembergs (1914) : Bericht über eine öffentliche Versammlung mit Karl Liebknecht
  153. TROELSTRA (1914) : Kautsky und der Zusammenbruch der II. Internationale
  154. TROTSKI Léon (1910) : Les intellectuels et le socialisme
  155. TROTSKI Léon (1916) : Salut à Franz Mehring et Rosa Luxemburg
  156. TROTSKI Léon (1919) : Karl Liebknecht, Rosa Luxemburg
  157. TROTSKI Léon (1929) : Paris et Zimmerwald
  158. TROTSKI Léon (1939) : Un nouveau grand écrivain, Jean Malaquais
  159. TROTSKI Léon et al. (1915) : Manifeste de Zimmerwald
  160. TROTZKI Leo et al. (1915) : Das Zimmerwalder Manifest
  161. VOLINE (1939) : La naissance des « Soviets » ( janvier - février 1905 )
  162. VOLINE (1939) : Souvenirs sur Gapone et Janvier 1905
  163. WEIL Simone (1933) : Déclaration à la conférence d’unification des groupes de la gauche communiste
  164. ZETKIN Clara (1914) : Resolution für den Kampf gegen den Krieg