AccueilBibliothèqueCollection de textes
Dernière mise à jour :
mardi 6 juin 2017
   
Brèves
Mardi 21 mai - La Revue Z à Terra Nova
lundi 20 mai
Mardi 21 mai 2013 à 19h, rencontre à la Librairie Terra Nova de Toulouse avec l’équipe de la revue Z à l’occasion de la parution du dernier numéro Thessalonique & Grèce, aux éditions Agone. Après une enquête collective au nord de la Grèce, la revue Z viendra présenter son dernier numéro : Thessalonique dans la dépression européenne. Bricolages quotidiens et résistances insolvables.
Groupe de Liaison pour l’Action des Travailleurs
lundi 6 février
Le sommaire des articles de la revue Lutte de classe, publiée par le GLAT, a été largement augmenté, notamment sur la période 1971-1975. Pour tous les numéros listé, une version PDF est maintenant accessible en ligne. Bonnes lectures !
Mise à jour du catalogue du fonds documentaire
jeudi 1er septembre
Une nouvelle version mise à jour du Catalogue du Fonds Documentaire Smolny, très largement étendue (une vingtaine d’entrées supplémentaires) est en ligne ce jeudi 1er septembre 2011. Merci aux contributeurs. D’autres titres à suivre...
Ouverture des archives numériques du CERMTRI
lundi 15 août
Le CERMTRI a décidé de créer une bibliothèque numérique avec l’objectif de numériser le maximum de ses archives et de ses collections. Pour démarrer : La revue « Bulletin Communiste » (1920-1933) ; le journal « La Vérité » (1957-1958) ; la revue des « Cahiers du mouvement ouvrier » (2002-2011). Soit déjà 428 documents ce qui représente 6395 pages. Bravo pour cette excellente initiative !
Sur le Web
[infokiosques.net]
Nous nous auto-organisons et nous montons un infokiosque, une sorte de librairie alternative, indépendante. Nous discutons des publications, brochures, zines et autres textes épars qui nous semblent intéressants ou carrément nécessaires de diffuser autour de nous. Nous les rassemblons dans cet infokiosque, constituons ainsi nos ressources d’informations, et les ouvrons au maximum de gens. Nous ne sommes pas les troupes d’un parti politique, ni les citoyen-ne-s réformateurices de nos pseudo-démocraties, nous sommes des individus solidaires, qui construisons des réseaux autonomes, qui mettons nos forces et nos finesses en commun pour changer la vie et le monde.
Premiers pas sur une corde raide Montreuil (93) : concert de soutien au Rémouleur, samedi 11 octobre 2014 qcq Tout mais pas l'indifférence Crise, totalitarisme, luttes sociales et de classe en Grèce Bruxelles : programme de septembre 2014 au local Acrata
Bibliolib
Catalogue de textes d’origine libertaire ou anarchiste, sans habillage particulier (pas de commentaire, d’édition critique, de note). Les textes bruts donc avec une liste d’auteurs qui commence à être significative. Un bon point d’entrée donc pour ceux qui savent à l’avance ce qu’ils cherchent. Attention : ce site s’est fait subtilisé sa précédente adresse par un site pornographique. Notre propre lien a donc été incorrect quelque temps. Nous en sommes désolé.
Pelloutier.net
Sur l’histoire du syndicalisme révolutionnaire et de l’anarcho-syndicalisme, avec des études, documents et synthèses intéressantes sur Pelloutier, Monatte, La Vie Ouvrière (1909-1914) et sur les mouvements syndicalistes en France, Europe, USA...
Balance
Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier international et de la Guerre d’Espagne. Nombreux articles en espagnol. Textes de Bordiga, entre autres.
Classiques des sciences sociales
Une bibliothèque numérique entièrement réalisée par des bénévoles, fondée et dirigée par Jean-Marie Tremblay, sociologue. Comprend de très nombreuses oeuvres du domaine public. La section des "auteurs classiques", en particulier, est une véritable mine, où l’on trouve Bebel, Bordiga, Boukharine, Engels, Fourier, Gramsci, Kautsky, Labriola, Lafargue, Lukacs, Luxemburg, Marx, Trotsky et bien d’autres.
LUXEMBURG Rosa (1904) : Social-démocratie et parlementarisme
Article du journal « Sächsische Arbeiterzeitung », 5/6 décembre 1904
13 février 2007 par eric
Article de Rosa Luxemburg (1871-1919) paru dans le journal Sächsische Arbeiterzeitung, 5 et 6 décembre 1904. Traduit de l’allemand par Stanislas Ache dans L’État bourgeois et la Révolution, éditions La Brèche, 1978, pp. 23-36.

Une nouvelle fois, la session du Reichstag qui vient de s’ouvrir s’accompagne de phénomènes très révélateurs. D’un côté, on assiste aux attaques insolentes renouvelées contre le suffrage universel de la part de la presse réactionnaire - du genre de celle du Post ; de l’autre côté, à des signes évidents de « fatigue parlementaire » dans les milieux bourgeois mêmes. Il faut y ajouter la volonté de plus en plus marquée du gouvernement de repousser la date de convocation du Reichstag pour la fixer enfin tout juste avant les vacances de Noël. Tout cela nous donne un éclatant tableau de la désagrégation rapide du parlement allemand le plus important et de son poids politique. Désormais, il est clair que le Reichstag ne se réunit essentiellement que pour adopter le budget, pour voter un nouveau projet de loi sur l’armée, de nouveaux crédits destinés à la guerre coloniale en Afrique, ou encore pour approuver les inévitables nouvelles prétentions maritimes qui se dessinent en arrière-plan ainsi que les contrats commerciaux. C’est la politique du fait accompli, résultant de l’action extra-parlementaire des forces politiques, devant laquelle on place le Reichstag, dès lors réduit à une machine à acquiescer, destinée à couvrir les frais de cette politique extra-parlementaire. A quel point la bourgeoisie participe à ce rôle déplorable de son parlement en pleine conscience et dans une soumission complète, cela nous est montré de façon très typique par les propos d’un journal libéral de gauche berlinois : face aux nouvelles exigences exorbitantes de l’armée, représentant une augmentation des forces de 10 000 hommes et entraînant une hausse des dépenses de 74 millions durant la période quinquennale à venir, exigences qui mettent en quelque sorte le couteau sur la gorge du Reichstag et agitent l’habituelle menace d’une réintroduction du service militaire de trois ans en cas de désaveu, notre journal libéral de gauche se contente de soupirer et de prédire : comme les députés ne pourront souhaiter le retour du service militaire de trois ans, il convient de considérer le projet de loi « comme d’ores et déjà adopté ». Évidemment, cette héroïque prophétie du libéralisme s’avérera tout aussi juste que n’importe quel calcul dont la prémisse est la honteuse abdication de la majorité bourgeoise au Reichstag.

Nous sommes ainsi en présence, à travers le sort du Reichstag allemand, d’une pièce importante de l’histoire du parlementarisme bourgeois en tant que tel, et il est de l’intérêt de la classe ouvrière d’en saisir complètement les tendances et les rapports internes.

L’illusion selon laquelle le parlement est l’axe central de la vie sociale, la force motrice de l’histoire universelle, est une illusion que l’on peut non seulement expliquer historiquement, mais qui est nécessaire pour la bourgeoisie luttant pour le pouvoir, et encore plus pour celle qui le détient. Le fruit naturel d’une telle conception est le fameux « crétinisme parlementaire » qui, devant le bavardage satisfait de quelques centaines de députés dans une chambre législative bourgeoise, est aveugle aux forces gigantesques de l’histoire mondiale qui agissent hors d’elle, dans le flux de l’évolution sociale, et qui font fi des faiseurs de loi parlementaires. Or, c’est précisément ce jeu des forces élémentaires brutes de l’évolution sociale, auquel les classes bourgeoises participent elles-mêmes sans le savoir ni le vouloir, qui aboutit à réduire sans cesse, non seulement la signification imaginaire, mais toute signification du parlementarisme bourgeois.

Le sort du Reichstag allemand nous permet de vérifier, d’une manière plus frappante encore que dans n’importe quel autre pays, que ce sont les répercussions de l’évolution autant internationale que nationale qui produisent la désagrégation des parlements bourgeois. D’un côté, l’activité politique internationale, qui a connu un puissant essor au cours des dix dernières années, entraîne toute la vie économique et sociale des pays capitalistes dans un tourbillon de répercussions internationales incalculables et incontrôlables, de conflits et de bouleversements, ballottant les parlements bourgeois, impuissants, comme des poutres sur une mer agitée.

D’un autre côté, le développement interne des classes et des partis de la société capitaliste prépare et porte à son comble la docilité et l’impuissance du parlement bourgeois devant le choc destructeur des flots agités de la politique mondiale, du militarisme et des intérêts maritimes et coloniaux.

Le parlementarisme, loin d’être un produit absolu du développement démocratique, du progrès de l’humanité et d’autres belles choses de ce genre, est au contraire une forme historique déterminée de la domination de classe de la bourgeoisie et - ceci n’est que le revers de cette domination - de sa lutte contre le féodalisme. Le parlementarisme bourgeois n’est une forme vivante qu’aussi longtemps que dure le conflit entre la bourgeoisie et le féodalisme. Dès lors que le feu vivifiant de cette lutte s’éteint, le parlementarisme perd son but historique du point de vue de la bourgeoisie. Cependant, depuis un quart de siècle, l’évolution politique dans les pays capitalistes se caractérise en général par un compromis entre la bourgeoisie et le féodalisme. L’effacement de la différence entre les whigs et les tories en Angleterre, entre les républicains et la noblesse monarcho-cléricale en France est le produit et l’expression de ce compromis. En Allemagne, le compromis était au berceau même de l’émancipation de classe bourgeoise, il étouffait déjà son point de départ - la révolution de Mars - en donnant par avance au parlementarisme la forme infirme d’un avorton suspendu entre la vie et la mort. Le conflit constitutionnel en Prusse constituait les dernières flammes de la lutte de classe de la bourgeoisie allemande contre la monarchie féodale. Depuis lors, le fondement même du parlementarisme (accord politique entre représentation parlementaire du peuple et pouvoir gouvernemental) ne joue pas de la même manière qu’en Angleterre, en France, en Italie ou aux États-Unis où les gouvernements son issus de la majorité parlementaire du moment, il joue au contraire d’une manière inverse, et qui correspond à la misère proprement germano-prussienne : en effet, tout parti bourgeois, une fois arrivé au pouvoir dans le Reichstag, devient ipso facto le parti du gouvernement, c’est-à-dire l’instrument de la réaction féodale. Il n’y a qu’à voir le sort des libéraux nationaux et du centre.

Le compromis féodalo-bourgeois ainsi parachevé a réduit le parlementarisme, du point de vue historique même, à un simple rudiment, à un organe privé de toute fonction ; du même coup, il a produit, avec une logique implacable, toutes les caractéristiques actuelles si frappantes de la désagrégation du parlement. Tant que persiste le conflit de classes entre la bourgeoisie et la monarchie féodale, le combat ouvert entre les partis au sein du parlement est son expression naturelle. Au contraire, une fois le compromis parachevé, les combats parlementaires des partis bourgeois sont sans objet. Les conflits d’intérêts existant entre les différents groupes de la réaction féodale-bourgeoise dominante ne sont dès lors plus tranchés par des épreuves de force au parlement, mais sous la forme de marchandages dans les coulisses du parlement. Les résidus des combats parlementaires ouverts de la bourgeoisie ne sont plus des conflits de classe et de partis, mais tout au plus, dans des pays retardataires comme l’Autriche, des querelles de nationalités, c’est-à-dire de cliques dont la forme parlementaire adéquate est la chamaillerie, le scandale.

Avec la fin des combats entre partis bourgeois disparaissent également leurs formes d’expression naturelles : les personnalités parlementaires marquantes, les grands orateurs et les grands discours. La joute oratoire comme moyen parlementaire n’a de toute façon un sens que pour un parti de combat cherchant un appui parmi le peuple. Le discours au parlement est par essence toujours un discours « par la fenêtre ». Du point de vue des marchandages en coulisse qui sont le moyen normal de régler les conflits d’intérêts dans le cadre du compromis féodalo-bourgeois, les joutes oratoires sont dépourvues de sens, voire inopportunes. Cela explique l’indignation des partis bourgeois, suscitée par les « bavardages » au Reichstag, le sentiment de paralysie et d’abattement devant leur propre inutilité qui pèse comme une chape de plomb sur les campagnes oratoires des partis bourgeois et qui transforme le Reichstag en un lieu de désert spirituel des plus mortels.

Enfin, le compromis féodalo-bourgeois finit par mettre en question la pierre de touche du parlementarisme - le suffrage universel lui-même. Aux yeux de la bourgeoisie, celui-ci avait un sens historique tant qu’il était une arme dans la lutte entre les deux grandes fractions des classes possédantes. Il était indispensable pour la bourgeoisie afin de pouvoir mener « le peuple » en campagne contre le féodalisme. Il était indispensable pour le féodalisme afin de mobiliser la campagne contre la ville industrielle. Mais le conflit déboucha sur un compromis et les deux éléments, la ville et la campagne, engendrèrent à la place de troupes libérales ou agraires, une troisième force - la social-démocratie ; dès lors le suffrage universel devint une aberration du point de vue des intérêts de domination féodalo-bourgeoise.

Le parlementarisme bourgeois acheva ainsi le cycle de son évolution historique et aboutit à sa propre négation. Cependant la social-démocratie, à la fois cause et conséquence de ce sort de la bourgeoisie, s’installa dans le pays et au parlement. Alors que le parlementarisme perdait tout contenu pour la société capitaliste, il devint un des instruments les plus puissants et les plus indispensables de la lutte de classes pour la classe ouvrière montante. Sauver le parlementarisme bourgeois devant la bourgeoisie et contre la bourgeoisie, voilà une des tâches politiques urgentes de la social-démocratie.

Formuler la tâche ainsi peut paraître une contradiction en soi. Cependant, comme dit Hegel, « la contradiction est le mouvement ». La tâche contradictoire de la social-démocratie face au parlementarisme bourgeois implique l’obligation de défendre et de soutenir cet édifice chancelant de la magnificence démocratique bourgeoise de telle sort que cela accélère la disparition définitive de l’ordre bourgeois dans son ensemble et hâte la prise du pouvoir par le prolétariat socialiste.

* * *

L’idée suivant laquelle une analyse claire et nette de la désagrégation interne du parlementarisme et une critique sévère et ouverte de celui-ci est une entreprise politique dangereuse est assez répandue dans nos rangs. Ne risquons-nous pas, en effet, de détruire les espérances du peuple en la valeur du parlementarisme et de faire ainsi le jeu de la réaction qui cherche justement à miner le suffrage universel ?

Quiconque est familier de la pensée de la social-démocratie comprend aisément le caractère erroné de tels arguments. Jamais nous ne pourrons servir les véritables intérêts de la social-démocratie, comme de la démocratie en général, en cachant aux larges masses les choses telles qu’elles sont. Des ruses diplomatiques peuvent bien de temps en temps convenir aux minables coups parlementaires de quelques cliques bourgeoises. Le grand mouvement de la social-démocratie, se situant à l’échelle de l’histoire universelle, ne connaît en revanche que la franchise et la sincérité absolues vis-à-vis des masses laborieuses. Car n’est-ce pas précisément sa nature la plus profonde, sa vocation historique que d’élever le prolétariat à la claire conscience des mécanismes sociaux et politiques de l’évolution bourgeoise, dans son ensemble et dans le moindre de détail !

En particulier, en ce qui concerne le parlementarisme, la connaissance la plus précise des raisons de sa désagrégation, telles qu’elles résultent avec une logique de fer de l’évolution de la bourgeoisie, est absolument indispensable pour prévenir la classe ouvrière consciente contre cette illusion pernicieuse selon laquelle il est possible de ranimer artificiellement la démocratie et l’opposition bourgeoise au parlement en modérant et en émoussant la lutte de classe social-démocrate.

La tactique ministérielle actuelle de Jaurès illustre les conséquences extrêmes de cette méthode-là pour sauver le parlementarisme. Elle repose sur une double astuce. D’un côté, sur la propagation parmi les ouvriers d’espoirs et d’illusions démesurés quant aux conquêtes positives auxquelles ils pourront s’attendre de la part du parlement. Le parlement n’est pas seulement l’objet d’éloges en tant qu’instrument adéquat du progrès social, de la justice, de l’ascension de la classe ouvrière, de la paix mondiale et d’autres choses miraculeuses, bien plus, ce parlement est présenté comme l’instrument adéquat pour la réalisation des objectifs finaux mêmes du socialisme. Ainsi, tous les espoirs, toutes les aspirations, toute l’attention de la classe ouvrière sont concentrés sur le parlement.

D’un autre côté, au parlement lui-même, l’attitude des socialistes ministériels est exclusivement commandée par la volonté d’amener au pouvoir et de maintenir en vie les tristes dépouilles de la démocratie bourgeoise. Pour ce faire, ils passent complètement sous silence l’antagonisme de classe existant entre la politique prolétarienne et la politique démocratique bourgeoise, ils renoncent à l’opposition socialiste. Ainsi, les socialistes jauressiens finissent par se conduire dans leur tactique parlementaire comme de simples démocrates bourgeois. Ces démocrates déguisés ne se distinguent plus des vrais que par l’étiquette socialiste et par... une plus grande modération.

Il est impossible d’aller plus loin dans l’abnégation de soi-même, dans le sacrifice du socialisme sur l’autel du parlementarisme bourgeois. Et quels en sont les résultats ?

Les conséquences fatales de la tactique jauressienne sur le mouvement de classe du prolétariat français sont largement connues : l’éclatement des organisations ouvrières, la confusion des idées, la démoralisation des députés socialistes. Mais ce ne sont pas tant ces conséquences-là, mais les conséquences de cette tactique sur le parlementarisme qui nous intéressent ici. Et celles-ci sont particulièrement désastreuses. Les démocrates bourgeois, les républicains, les « radicaux », loin de voir leur politique se renforcer et se rajeunir, ont perdu au contraire tout respect et toute peur devant le socialisme qui, auparavant, leur avait encore donné un semblant de tenue. Cependant, un symptôme encore bien plus dangereux est apparu ces derniers jours : la déception croissante des travailleurs français eux-mêmes face au parlementarisme. Les illusions exagérées du prolétariat, nourries par la politique verbeuse de Jaurès, devaient inévitablement accuser un contre-coup violent et, effectivement, une bonne partie des travailleurs français ne veut plus rien savoir aujourd’hui, non seulement du jauressisme, mais du parlement et de la politique en général.

L’organe, d’habitude si intelligent et utile, des jeunes marxistes français, le Mouvement socialiste, vient de publier une surprenante série d’articles dans lesquels il prêche l’abandon du parlementarisme et le retour pur et simple au syndicalisme ; en outre, il considère que le « véritable esprit révolutionnaire » réside dans le seul combat économique des travailleurs. En même temps, une autre feuille socialiste, publiée en province, le Travailleur de l’Yonne propose une idée encore plus originale : du fait que l’action parlementaire n’a apporté aucun fruit au prolétariat et n’a mené qu’à la corruption, il vaut mieux dorénavant renoncer complètement à l’élection de députés socialistes et n’envoyer au parlement que, par exemple, des radicaux bourgeois. Voilà donc les beaux fruits de l’action de sauvetage du parlementarisme entreprise par Jaurès : un dégoût croissant dans le peuple face à toute action parlementaire, un refuge dans l’anarchisme ; bref, voilà en réalité le danger le plus important qui menace l’existence du parlement et de la république en général !

En Allemagne, de telles déviations de la pratique socialiste hors du terrain de la lutte de classe sont, il est vrai, impensables dans les conditions actuelles. Mais les conséquences extrêmes auxquelles cette tactique a abouti sont un clair avertissement pour l’ensemble du mouvement ouvrier international : ce n’est pas cette voie-là que le prolétariat doit suivre pour assumer sa tâche de défense du parlementarisme bourgeois décadent. La vraie voie passe, non pas par la dissimulation et l’abandon de la lutte de classe prolétarienne mais, au contraire, par son accentuation et son extension des plus résolues, et ceci autant à l’intérieur qu’à l’extérieur du parlement. Il en découle la nécessité aussi bien de renforcer l’action extra-parlementaire du prolétariat que d’organiser l’action parlementaire de nos députés.

Nous pensons, contrairement à la conception erronée de la tactique jauressienne, que les bases du parlementarisme sont d’autant mieux et plus sûrement assurées que notre tactique ne repose pas sur le seul parlement, mais s’appuie sur l’action directe des masses prolétariennes. Les menaces qui pèsent sur le suffrage universel diminueront au fur et à mesure que nous ferons comprendre aux classes dominantes que la véritable force de la social-démocratie ne repose nullement sur l’influence de ses députés au Reichstag, mais qu’elle est au dehors, dans le peuple, « dans la rue », que la social-démocratie est capable de mobiliser directement le peuple pour défendre ses droits politiques et prête à le faire si nécessaire. Cela ne veut pas dire que la grève générale est une panacée qu’il suffit de tenir prête à tout moment pour le prémunir contre tous les aléas de la politique. La grève générale politique est sans aucun doute une des manifestations les plus importantes de l’action de masse du prolétariat, en conséquence il est tout à fait impérieux que la classe ouvrière allemande commence à considérer, en dehors de toute suffisance et de tout dogmatisme, comme une des formes de lutte possibles en Allemagne ce moyen mis à l’épreuve jusqu’à nos jours dans les seuls pays latins. Cela dit, ce qui compte avant tout, c’est l’organisation générale de notre agitation et de notre presse afin d’amener les masses laborieuses à compter de plus en plus sur leurs propres forces et sur leur action autonome et à ne plus considérer les luttes parlementaires comme l’axe central de la vie politique.

Notre tactique au Reichstag en dépend étroitement. Il est évident - et nous devons en être tout à fait conscient - que l’absence de toute démocratie et opposition bourgeoises dignes de ce nom au Reichstag allemand favorise largement les brillantes campagnes et le rôle éminent de nos députés. La social-démocratie a beau jeu vis-à-vis de la majorité réactionnaire, elle seule représente en effet de manière conséquente et sûre les intérêts du peuple, la lutte pour son bien-être et le progrès dans tous les domaines de la vie publique.

Cependant, cette situation singulière impose à la fraction social-démocrate la tâche difficile d’apparaître non seulement comme un parti oppositionnel, mais en même temps comme la représentante d’une classe révolutionnaire. En d’autres termes, sa tâche n’est pas de se contenter de critiquer la politique des classes dominantes du seul point de vue des intérêts immédiats du peuple, c’est-à-dire de la société existante, mais de lui opposer, pied à pied, le projet d’une société socialiste qui dépassera la politique bourgeoise la plus avancée. Si, à l’occasion de chaque débat au Reichstag, le peuple doit pouvoir se convaincre clairement que les conditions de vie dans l’État d’aujourd’hui seraient organisées d’une manière plus rationnelle, plus progressiste et plus avantageuse économiquement une fois les exigences et les projets de loi formulés par la social-démocratie mis en œuvre, il doit, en même temps, se convaincre, et cela encore plus souvent que jusqu’à présent, que pour construire le socialisme, c’est tout cet ordre qu’il faut renverser.

Dans le numéro le plus récent des Sozialistische Monatshefte, un des dirigeants des opportunistes italiens, Bissolati, avance, dans un article sur les élections italiennes, entre autres la chose suivante : « A mon avis, c’est une preuve du retard de la vie politique lorsque le combat des différents partis tourne encore autour de leurs seules orientations générales et qu’il ne s’attaque pas aux questions particulières qui découlent de la réalité de la vie quotidienne et qui permettent de concrétiser ces orientations. » A l’évidence, ce raisonnement, typique de l’opportunisme, met la vérité sens dessus dessous. Le développement et le renforcement de la social-démocratie exigent d’elle, justement, une attention particulière : il s’agit, notamment au parlement, de ne pas se noyer dans les diverses questions de la vie quotidienne et de ne pas faire uniquement de l’opposition politique, mais, au contraire, de faire connaître avec force son « orientation générale » : l’aspiration à la prise du pouvoir politique par le prolétariat dans le but de la révolution socialiste.

Plus la fraîche et généreuse agitation de la social-démocratie tranchera avec le ton sec et trivial, avec l’affairisme plat des partis bourgeois, plus elle défendra non seulement son programme minimum, mais ses projets socialistes, plus le Reichstag verra grandir son estime aux yeux des larges masses. Et d’autant plus sûre sera également la garantie que la réaction ne pourra déposséder tranquillement les masses populaires de cette tribune et du suffrage universel.

Documents joints à cet article :
Autres articles de cette rubrique
  1. ABENSOUR Miguel (1974) : Manifeste de la collection « Critique de la politique »
  2. ANONYME : Protestation devant les libertaires du présent et du futur sur les capitulations de 1937
  3. APPEL Jan (1966) : Autobiographie
  4. APPEL Jan (1966) : Autobiography [english version]
  5. BENBOW William (1832) : Grand National Holiday, and Congress of the Productive Classes
  6. BORDIGA Amadeo (1922) : Le principe démocratique
  7. BORDIGA Amadeo (1922) : Thèses de Rome
  8. BORDIGA Amadeo (1951) : Crue et rupture de la civilisation bourgeoise
  9. BORDIGA Amadeo (1951) : Filling and bursting of bourgeois civilisation

  10. BORDIGA Amadeo (1951) : Piena e rotta della civiltà borghese
  11. BOUKHARINE Nicolas (1917) : La guerre et le socialisme révolutionnaire
  12. BOUKHARINE Nicolas (1937) : À la future génération des dirigeants du Parti
  13. BRENDEL Cajo (1953) : L’insurrection ouvrière en Allemagne de l’Est - juin 1953
  14. BRENDEL Cajo (1999) : « Garde-toi de tout mythe ! »
  15. BRETON André & COLLECTIF (1934) : Planète sans visa
  16. BRETON André (1936) : La vérité sur le procès de Moscou
  17. BRETON André (1956) : Hongrie, Soleil levant
  18. CAMUS Albert (1953) : Moscou sous Lénine
  19. CHIRIK Marc (1976) : Présentation de textes de « Bilan »
  20. COLLECTIF (1973) : Garde-fous arrêtez de vous serrer les coudes — Documents
  21. CONTRE-ATTAQUE (1935) : Union de lutte des intellectuels révolutionnaires
  22. DARWIN Charles & WALLACE Alfred (1858) : On the Tendency of Species to form Varieties ; and on the Perpetuation of Varieties and Species by Natural Means of Selection
  23. EISNER Kurt (1918) : An die Bevölkerung Münchens !
  24. ENGELS Friedrich (1842) : Die innern Krisen
  25. ENGELS Friedrich (1842) : Englische Ansicht über die innern Krisen
  26. ENGELS Friedrich (1842) : Stellung der politischen Parteien
  27. FISR (1943) : À tous les travailleurs de la pensée et des bras
  28. GAPONE George & VASSIMOV Ivan (1905) : Pétition des ouvriers au Tsar
  29. GLAT (1969) : Luttes et organisations de classe
  30. GLAT (1969) : Pour un regroupement révolutionnaire
  31. GRANDJONC Jacques (1989) : Introduction à « Communisme / Kommunismus / Communism »
  32. GTM (1937) : Le massacre de Barcelone, une leçon pour les ouvriers du Mexique !
  33. GUILLAMON Augustin (2002) : Chronologie d’Amadeo Bordiga
  34. HAASE Hugo (1919) : Reichstagsreden gegen die deutsche Kriegspolitik
  35. HOBSBAWM Eric (1961) : « La situation de la classe laborieuse en Angleterre »
  36. HOWARD Roy (1936) : Interview with J. Stalin
  37. ISTRATI Panaït (1929) : Conclusion pour combattants
  38. JANOVER Louis (1977) : Les nouveaux convertis
  39. JANOVER Louis (1981) : Actualité de Panaït Istrati
  40. JANOVER Louis (1985) : Lire Spartacus
  41. JANOVER Louis (1989) : Daniel Guérin, le trouble-fête
  42. JANOVER Louis (1991) : Les vraies leçons de Marx
  43. JANOVER Louis (1996) : Maximilien Rubel, une œuvre à découvrir
  44. JANOVER Louis (2007) : Les habits neufs de la feinte-dissidence
  45. JANOVER Louis (2008) : À propos de la réédition des « Pages choisies » de Karl Marx
  46. JANOVER Louis (2009) : De la rétrocritique considérée comme le dernier des arts
  47. JANOVER Louis (2009) : Vous avez dit minuit dans le siècle ?
  48. JAURÈS Jean (1914) : Discours de Vaise
  49. JOUHAUX Léon (1914) : Discours sur la tombe de Jean Jaurès
  50. KAUTSKY Karl (1922) : Socialisation ou nationalisation des banques ?
  51. LAFARGUE Paul (1885) : Une visite à Louise Michel
  52. LÉNINE & SVERDLOV Iakov (1918) : Position du Comité Central du P.O.S.D.R.(b) dans la question de la paix séparée et annexionniste
  53. LÉNINE (1914) : Der Krieg und die russische Sozialdemokratie
  54. LÉNINE (1918) : Additif au décret du Conseil des Commissaires du Peuple « La Patrie socialiste est en danger ! »
  55. LÉNINE (1918) : Chose étrange et monstrueuse
  56. LÉNINE (1918) : De la gale
  57. LÉNINE (1918) : Discours à la réunion commune des fractions bolchevique et socialiste-révolutionnaire de gauche du Comité Exécutif Central de Russie du 23 février 1918
  58. LÉNINE (1918) : Interventions sur la question de la paix de Brest-Litovsk
  59. LÉNINE (1918) : Leçon sérieuse et sérieuse responsabilité
  60. LÉNINE (1918) : Note sur la nécessité de signer la paix
  61. LÉNINE (1918) : Paix ou guerre ?
  62. LÉNINE (1918) : Projet d’ordre du jour à tous les soviets de députés
  63. LÉNINE (1918) : Projet de résolution du Conseil des commissaires du peuple sur l’évacuation du gouvernement
  64. LÉNINE (1918) : Rapport sur la question de la paix
  65. LÉNINE (1918) : Sur le terrain pratique
  66. LÉNINE (1918) : Une leçon dure, mais nécessaire
  67. LÉNINE (1918) : Une paix malheureuse
  68. LÉNINE (1919) : Discours d’ouverture au Premier Congrès de l’Internationale Communiste
  69. LÉNINE (1919) : Discours prononcé le 19 janvier après l’assassinat de Rosa Luxemburg et de Karl Liebknecht
  70. LERMONTOV Michel (1840) : Un fataliste
  71. LEVI Paul (1924) : Einleitung zu Rosa Luxemburg: «Einführung in die Nationalökonomie»
  72. LIEBKNECHT Karl & MEYER Ernst (1918) : Die nächsten Ziele eures Kampfes
  73. LIEBKNECHT Karl (1914) : Déclaration au Reichstag
  74. LIEBKNECHT Karl (1915) : Lettre à la Conférence de Zimmerwald
  75. LIEBKNECHT Karl (1918) : Für die freie sozialistische Republik Deutschland
  76. LIEBKNECHT Karl (1918) : To the Workers and Soldiers of the Allied Countries
  77. LIEBKNECHT Karl (1918) : Trotz alledem !
  78. LIEBKNECHT Karl (1918) : Was will der Spartakusbund ?
  79. LIEBKNECHT Karl (1919) : Kamaraden ! Arbeiter !
  80. LIEBKNECHT Karl (1919) : Malgré tout !
  81. LIEBKNECHT Karl, USPD & SPD (1918) : Bedingungen zum Eintritt in die Regierung
  82. LUXEMBURG Rosa & SPARTAKUSBUND (1918) : Was will der Spartakusbund ?
  83. LUXEMBURG Rosa (1893) : L’année 1793 !
  84. LUXEMBURG Rosa (1898) : À quoi sert la politique coloniale ?
  85. LUXEMBURG Rosa (1902) : Martinique
  86. LUXEMBURG Rosa (1904) : Social-démocratie et parlementarisme
  87. LUXEMBURG Rosa (1906) : Blanquisme et social-démocratie
  88. LUXEMBURG Rosa (1908) : Tolstoï, comme penseur social
  89. LUXEMBURG Rosa (1912) : Dans l’asile de nuit
  90. LUXEMBURG Rosa (1912) : Im Asyl
  91. LUXEMBURG Rosa (1914) : Discours devant le Tribunal de Francfort
  92. LUXEMBURG Rosa (1914) : Le revers de la médaille
  93. LUXEMBURG Rosa (1918) : Assemblée nationale ou gouvernement des Conseils ?
  94. LUXEMBURG Rosa (1918) : Das alte Spiel
  95. LUXEMBURG Rosa (1918) : Der Anfang
  96. LUXEMBURG Rosa (1918) : Die kleinen Lafayette
  97. LUXEMBURG Rosa (1918) : Die Nationalversammlung
  98. LUXEMBURG Rosa (1918) : Eine Ehrenpflicht
  99. LUXEMBURG Rosa (1918) : L’Achéron s’est mis en mouvement
  100. LUXEMBURG Rosa (1918) : L’Assemblée nationale
  101. LUXEMBURG Rosa (1918) : Les petits Lafayette
  102. LUXEMBURG Rosa (1918) : Nationalversammlung oder Räteregierung ?
  103. LUXEMBURG Rosa (1918) : Parteitag der Unabhängigen SP
  104. LUXEMBURG Rosa (1918) : Protestresolution gegen das Vorgehen der deutschen Regierung im Osten
  105. LUXEMBURG Rosa (1918) : Schlussrede
  106. LUXEMBURG Rosa (1918) : Un devoir d’honneur
  107. LUXEMBURG Rosa (1918) : Unser Programm und die politische Situation
  108. LUXEMBURG Rosa (1918) : Korreferat zur Politik der USPD
  109. LUXEMBURG Rosa (1918) : Les masses « immatures »
  110. LUXEMBURG Rosa (1919) : Der erste Parteitag
  111. LUXEMBURG Rosa (1919) : Das Versagen der Führer
  112. LUXEMBURG Rosa (1919) : Die Ordnung herrscht in Berlin
  113. LUXEMBURG Rosa (1919) : Kartenhäuser
  114. LUXEMBURG Rosa (1919) : L’ordre règne à Berlin
  115. LUXEMBURG Rosa (1919) : Versäumte Pflichten
  116. LUXEMBURG Rosa (1919) : Was machen die Führer ?
  117. LÖWY Michael (1969) : Le marxisme révolutionnaire de Rosa Luxemburg
  118. MALATESTA Errico & COLLECTIF (1915) : L’Internationale anarchiste et la guerre
  119. MARAT Jean-Paul (1791) : Sur la loi Le Chapelier
  120. MARTOV Julius (1907) : La leçon des événements russes
  121. MARTOV Julius (1908) : Le Marxisme en Russie
  122. MARTOV Julius (1918) : À bas la peine de mort !
  123. MARTOV Julius : La Troisième Douma et les socialistes
  124. MARX Karl & ENGELS Friedrich (1848) : Le Manifeste du Parti Communiste
  125. MARX Karl (1852) : Pauperism and Free Trade. - The approaching commercial crisis
  126. MARX Karl (1856) : Appel au prolétariat anglais
  127. MARX Karl (1865) : Salaire, Prix et Plus-value
  128. MATTICK Paul (1960) : Anton Pannekoek, une biographie politique
  129. MATTICK Paul (1977) : Interview à Lotta Continua
  130. MEHRING Franz (1914) : Ein Protest
  131. MÜHSAM Erich (1918) : Revolutionäre, internationalistisch gesinnte kommunistische Arbeiter und Soldaten !
  132. O’CASEY Sean : The Story of the Irish Citizen Army
  133. PANNEKOEK Anton (1933) : L’acte personnel
  134. PANNEKOEK Anton (1933) : La destruction comme moyen de lutte
  135. PÉRET Benjamin (1945) : Le déshonneur des poètes
  136. PIATAKOV, BOSCH, BOUKHARINE (1915) : Thèses sur le droit des nations à l’autodétermination
  137. PIECK Wilhelm ( 1918) : Arbeiter, Soldaten, Genossen !
  138. POSPOLOV Pavel (1938) : Aperçu historique - La lutte de Boukharine contre Lénine et le Parti
  139. PROUVOST Léon (1921) : Le code bolchevik du mariage
  140. PYATAKOV, BOSCH, BUKHARIN (1915) : Theses on the right of nations to self-determination
  141. RADEK Karl (1919) : Nachruf auf Karl Liebknecht
  142. RUBEL Maximilien (1947) : Karl Marx et le socialisme populiste russe
  143. RUBEL Maximilien (1980) : Le socialisme réellement inexistant
  144. SCHEIDEMANN Philipp (1924) : Bericht über den 9. November 1918
  145. SCHMIDT Véra (1923) : Éducation psychanalytique en Russie soviétique
  146. SOREL Georges (1899) : L’éthique du socialisme
  147. SOREL Georges (1906) : Le caractère religieux du Socialisme
  148. SOVNARKOM (1918) : La patrie socialiste est en danger !
  149. SPD (1914) : Aufruf zum Massenprotest gegen die Kriegsgefahr
  150. SPD (1914) : Resolution der Berliner Arbeiterschaft gegen das Ultimatum Österreich-Ungarns an Serbien
  151. SPD Württembergs (1914) : Bericht über eine öffentliche Versammlung mit Karl Liebknecht
  152. TROELSTRA (1914) : Kautsky und der Zusammenbruch der II. Internationale
  153. TROTSKI Léon (1910) : Les intellectuels et le socialisme
  154. TROTSKI Léon (1916) : Salut à Franz Mehring et Rosa Luxemburg
  155. TROTSKI Léon (1919) : Karl Liebknecht, Rosa Luxemburg
  156. TROTSKI Léon (1929) : Paris et Zimmerwald
  157. TROTSKI Léon (1939) : Un nouveau grand écrivain, Jean Malaquais
  158. TROTSKI Léon et al. (1915) : Manifeste de Zimmerwald
  159. TROTZKI Leo et al. (1915) : Das Zimmerwalder Manifest
  160. VOLINE (1939) : La naissance des « Soviets » ( janvier - février 1905 )
  161. VOLINE (1939) : Souvenirs sur Gapone et Janvier 1905
  162. WEIL Simone (1933) : Déclaration à la conférence d’unification des groupes de la gauche communiste
  163. ZETKIN Clara (1914) : Resolution für den Kampf gegen den Krieg