AccueilBibliothèquePoésies et chansons
Dernière mise à jour :
mardi 6 juin 2017
   
Brèves
Mardi 21 mai - La Revue Z à Terra Nova
lundi 20 mai
Mardi 21 mai 2013 à 19h, rencontre à la Librairie Terra Nova de Toulouse avec l’équipe de la revue Z à l’occasion de la parution du dernier numéro Thessalonique & Grèce, aux éditions Agone. Après une enquête collective au nord de la Grèce, la revue Z viendra présenter son dernier numéro : Thessalonique dans la dépression européenne. Bricolages quotidiens et résistances insolvables.
Groupe de Liaison pour l’Action des Travailleurs
lundi 6 février
Le sommaire des articles de la revue Lutte de classe, publiée par le GLAT, a été largement augmenté, notamment sur la période 1971-1975. Pour tous les numéros listé, une version PDF est maintenant accessible en ligne. Bonnes lectures !
Mise à jour du catalogue du fonds documentaire
jeudi 1er septembre
Une nouvelle version mise à jour du Catalogue du Fonds Documentaire Smolny, très largement étendue (une vingtaine d’entrées supplémentaires) est en ligne ce jeudi 1er septembre 2011. Merci aux contributeurs. D’autres titres à suivre...
Ouverture des archives numériques du CERMTRI
lundi 15 août
Le CERMTRI a décidé de créer une bibliothèque numérique avec l’objectif de numériser le maximum de ses archives et de ses collections. Pour démarrer : La revue « Bulletin Communiste » (1920-1933) ; le journal « La Vérité » (1957-1958) ; la revue des « Cahiers du mouvement ouvrier » (2002-2011). Soit déjà 428 documents ce qui représente 6395 pages. Bravo pour cette excellente initiative !
Sur le Web
[infokiosques.net]
Nous nous auto-organisons et nous montons un infokiosque, une sorte de librairie alternative, indépendante. Nous discutons des publications, brochures, zines et autres textes épars qui nous semblent intéressants ou carrément nécessaires de diffuser autour de nous. Nous les rassemblons dans cet infokiosque, constituons ainsi nos ressources d’informations, et les ouvrons au maximum de gens. Nous ne sommes pas les troupes d’un parti politique, ni les citoyen-ne-s réformateurices de nos pseudo-démocraties, nous sommes des individus solidaires, qui construisons des réseaux autonomes, qui mettons nos forces et nos finesses en commun pour changer la vie et le monde.
Premiers pas sur une corde raide Montreuil (93) : concert de soutien au Rémouleur, samedi 11 octobre 2014 qcq Tout mais pas l'indifférence Crise, totalitarisme, luttes sociales et de classe en Grèce Bruxelles : programme de septembre 2014 au local Acrata
Bibliolib
Catalogue de textes d’origine libertaire ou anarchiste, sans habillage particulier (pas de commentaire, d’édition critique, de note). Les textes bruts donc avec une liste d’auteurs qui commence à être significative. Un bon point d’entrée donc pour ceux qui savent à l’avance ce qu’ils cherchent. Attention : ce site s’est fait subtilisé sa précédente adresse par un site pornographique. Notre propre lien a donc été incorrect quelque temps. Nous en sommes désolé.
Pelloutier.net
Sur l’histoire du syndicalisme révolutionnaire et de l’anarcho-syndicalisme, avec des études, documents et synthèses intéressantes sur Pelloutier, Monatte, La Vie Ouvrière (1909-1914) et sur les mouvements syndicalistes en France, Europe, USA...
Balance
Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier international et de la Guerre d’Espagne. Nombreux articles en espagnol. Textes de Bordiga, entre autres.
Classiques des sciences sociales
Une bibliothèque numérique entièrement réalisée par des bénévoles, fondée et dirigée par Jean-Marie Tremblay, sociologue. Comprend de très nombreuses oeuvres du domaine public. La section des "auteurs classiques", en particulier, est une véritable mine, où l’on trouve Bebel, Bordiga, Boukharine, Engels, Fourier, Gramsci, Kautsky, Labriola, Lafargue, Lukacs, Luxemburg, Marx, Trotsky et bien d’autres.
1917 : La Chanson de Craonne
Paroles anonymes recueillies par Paul Vaillant-Couturier
1er juin 2007 par jo

Présentation :

Le 16 avril, en une matinée, 35 000 morts et 90 000 blessés jonchent le sol du Chemin des Dames (berges de l’Aisne où se promenaient autrefois les dames de la Cour de Louis XVI). Le lendemain a lieu le premier refus d’obéissance collectif en France.

Du 20 mai au 10 juin vont se dérouler les mutineries de l’armée française pour tenter de mettre fin au massacre. 68 divisions, plus de 500 000 hommes furent touchés par cette grève. C’est une période délicate pour l’Etat français car au même moment ont lieu des grèves aussi à l’arrière (celle des midinettes du textile et des métallos des usines de guerre parisiennes). Le général Humbert (chef du Service de Sûreté de l’Armée) proteste ainsi contre la publication journalière (du 20 au 31 mai) dans le « Petit Parisien » d’une série d’articles sur la Révolution russe de février. Certains « points concernant l’armée sont décrits et commentés d’une façon dangereusement suggestive. » (Pédroncini, Les mutineries de 17, p. 139).

La Chanson de Craonne, « interdite comme portant atteinte au moral des troupes est restée anonyme. Une somme fabuleuse fut même offerte à qui en dénoncerait le ou les auteurs : un million de francs-or et la démobilisation immédiate. Le fait que personne n’ait cédé à une telle tentation montre à quel point la détresse de ces hommes avait pu les rendre solidaires, et donne la mesure du sentiment de révolte qui les animait. » (Anthologie de la Chanson française, pp. 142 et 159).

Chantée notamment par Marc Ogeret et Maxime Le Forestier, elle est également présente dans plusieurs films dont Un long dimanche de fiançailles (J.-P. Jeunet, 2004). Mais son histoire reste souvent mal connue, malgré la mise au point importante que lui a consacrée Guy Marival dans l’ouvrage dirigé par Nicolas Offenstadt, Le Chemin des Dames, de l’événement à la mémoire, Stock, 2004 (p. 350-359).

Ce texte se chante sur un air qui vient de la transformation progressive par des soldats d’une valse à succès de 1911, Bonsoir m’amour. Cette dernière avait été écrite par René Le Peltier sur une musique de Charles Sablon.

Paul Vaillant-Couturier (1892-1937) a été rédacteur en chef de l’Humanité de 1928 à 1937.


Paroles :

Couplet 1

Quand au bout d’huit jours, le r’pos terminé,
On va r’prendre les tranchées,
Notre place est si utile
Que sans nous on prend la pile.
Mais c’est bien fini, on en a assez,
Personn’ ne veut plus marcher,
Et le cœur bien gros, comm’ dans un sanglot
On dit adieu aux civ’lots.
Même sans tambour, même sans trompette,
On s’en va là haut en baissant la tête.

Refrain

Adieu la vie, adieu l’amour,
Adieu toutes les femmes.
C’est bien fini, c’est pour toujours,
De cette guerre infâme.
C’est à Craonne, sur le plateau,
Qu’on doit laisser sa peau
Car nous sommes tous condamnés
C’est nous les sacrifiés !

Couplet 2

Huit jours de tranchées, huit jours de souffrance,
Pourtant on a l’espérance
Que ce soir viendra la r’lève
Que nous attendons sans trêve.
Soudain, dans la nuit et dans le silence,
On voit quelqu’un qui s’avance,
C’est un officier de chasseurs à pied,
Qui vient pour nous remplacer.
Doucement dans l’ombre, sous la pluie qui tombe
Les petits chasseurs vont chercher leurs tombes.

Couplet 3

C’est malheureux d’voir sur les grands boul’vards
Tous ces gros qui font leur foire ;
Si pour eux la vie est rose,
Pour nous c’est pas la mêm’ chose.
Au lieu de s’cacher, tous ces embusqués,
F’raient mieux d’monter aux tranchées
Pour défendr’ leurs biens, car nous n’avons rien,
Nous autr’s, les pauvr’s purotins.
Tous les camarades sont enterrés là,
Pour défendr’ les biens de ces messieurs-là.

Refrain

Ceux qu’ont l’pognon, ceux-là r’viendront,
Car c’est pour eux qu’on crève.
Mais c’est fini, car les trouffions
Vont tous se mettre en grève.
Ce s’ra votre tour, messieurs les gros,
De monter sur l’plateau,
Car si vous voulez la guerre,
Payez-la de votre peau !


Bibliographie indicative :

— BARTHAS Louis, Les carnets de guerre, Maspéro, 1978 ;

— ISNENGHI Mario, La première guerre mondiale, Casterman, 1993 ;

— PEDRONCINI Guy, Les mutineries de 17, PUF, 1967.

— ROBINE Marc, Anthologie de la chanson française, Albin Michel, 1994 ;

— ROLLAND Denis, La grève des tranchées (les mutineries de 1917), Imago, 2005 ;

— TARDI, C’était la guerre des tranchées, Casterman, 1993 ;

— WINTER Jay, 14-18, le grand bouleversement, Presses de la Cité, 1997 ;


Sur la toile :

— drapeau rouge : un site qui propose des « chants témoignant des années de misère, d’exploitation et de dictature auxquelles le capitalisme condamne ses esclaves [...] de la férocité avec laquelle la bourgeoisie défend son système, mais aussi de l’espoir dans un monde meilleur, débarrassé des injustices, de la guerre et des frontières. »


Sur petit ou grand écran :

— KUBRICK Stanley, Les sentiers de la gloire, 1957 (film tourné en pleine guerre d’Algérie qui ne sera projeté en France qu’en 1975, visa de censure 1972).

— ROSI Francesco, Les hommes contre, 1970 ;

— TRUMBO Dalton, Johnny got his gun, 1971 ;