AccueilNoticesBiographies
Dernière mise à jour :
mercredi 3 mai 2017
   
Brèves
Index chronologique des notices de parutions
dimanche 15 mars
Enfin ! Mise à jour de notre index chronologiques des notices de parution... histoire de faciliter les recherches dans ce qui est paru ces quelques dernières années !
La Première Guerre mondiale sur le site Smolny
jeudi 20 novembre
Une notice thématique regroupe par ordre chronologique de parution tous les documents sources qui sont publiés sur le site du collectif Smolny en rapport avec la Première Guerre mondiale et le mouvement ouvrier international : « Documents : La Première Guerre mondiale ( Juillet 1914 - Novembre 1918 ) ». Cette notice est mise à jour à chaque nouvel ajout. À consulter régulièrement donc.
Mise à jour de la bibliographie de Nicolas Boukharine
mardi 27 mai
Il manquait à la bibliographie des œuvres de Boukharine en langue française les articles publiés par Smolny dans l’ouvrage La revue Kommunist (Moscou, 1918). Oubli réparé.
Rosa Luxemburg : bibliographie française
mardi 15 avril
Mise à jour et toilettage complet de la notice bibliographique des œuvres de Rosa Luxemburg en langue française.
Capital, valeur, plus-value et exploitation du travail
jeudi 15 novembre
La deuxième séance du cycle de formation « Pourquoi le marxisme au XXIe siècle ? » se tient ce jeudi soir 15 novembre 2012 à 20h30 au local FSU , 52 rue Jacques Babinet, immeuble Peri-ouest, 2° étage (Métro Mirail Université à Toulouse).
Mise à jour de la bibliographie...
dimanche 9 septembre
... de la série Historical Materialism Books, depuis le numéro 26 jusqu’au numéro 40.
Sur le Web
Parti communiste international (Le Prolétaire)
Publie en France Le Prolétaire et Programme communiste. Description extraite de ce site flambant neuf - CE QUI NOUS DISTINGUE : La ligne qui va de Marx-Engels à Lénine, à la fondation de l’Internationale Communiste et du Parti Communiste d’Italie ; la lutte de classe de la Gauche Communiste contre la dégénérescence de l’Internationale, contre la théorie du « socialisme dans un seul pays » et la contre-révolution stalinienne ; le refus des Fronts populaires et des fronts nationaux de la résistance ; la lutte contre le principe et la praxis démocratiques, contre l’interclassisme et le collaborationnisme politique et syndical, contre toute forme d’opportunisme et de nationalisme ; la tâche difficile de restauration de la doctrine marxiste et de l’organe révolutionnaire par excellence - le parti de classe -, en liaison avec la classe ouvrière et sa lutte quotidienne de résistance au capitalisme et à l’oppression bourgeoise ; la lutte contre la politique personnelle et électoraliste, contre toute forme d’indifférentisme, de suivisme, de mouvementisme ou de pratique aventuriste de « lutte armée » ; le soutien à toute lutte prolétarienne qui rompt avec la paix sociale et la discipline du collaborationnisme interclassiste ; le soutien de tous les efforts de réorganisation classiste du prolétariat sur le terrain de l’associationnisme économique, dans la perspective de la reprise à grande échelle de la lutte de classe, de l’internationalisme prolétarien et de la lutte révolutionnaire anticapitaliste.
canutdelacroixrousse
L’histoire de la colline de la Croix-Rousse et des canuts. Ce Blog est une mine d’informations sur les canuts allant de pair avec une connaissance très fine de Lyon / Croix-Rousse. Vivre libre en travaillant ou mourir en combattant !
Les Amis de Daumier
Créée en 1994, l’Association des Amis d’Honoré Daumier se propose par ses statuts de promouvoir, en France et à travers le monde, l’œuvre multiforme - dessins, peintures et sculptures - de cet immense artiste.
Parti Communiste International (Il Programma Communista)
Publie en France les Cahiers internationalistes, consultables en ligne sur le site depuis le numéro 6. Présentation : Ce qui nous distingue : la ligne qui va de Marx à Lénine, à la fondation de l’Internationale Communiste et du Parti Communiste d’Italie (Livourne, 1921), à la lutte de la Gauche Communiste contre la dégénerescence de l’Internationale, contre la théorie du "socialisme dans un seul pays" et la contre-révolution stalinienne, et au refus des fronts populaire et des blocs partisans et nationaux. La dure œuvre de restauration de la doctrine et de l’organe révolutionnaires au contact de la classe ouvrière, dehors de la politique personelle et électoraliste.
Démocratie Communiste
Site luxemburgiste, dont voici le manifeste minimal : Démocratie communiste s’inscrit dans la lignée du mouvement ouvrier démocratique, et lutte : pour l’abolition du capitalisme, du travail salarié, et de la division des êtres humains en classes sociales ; pour mettre fin à la dictature de la classe capitaliste, et mettre en place la démocratie directe ; pour une société socialiste-communiste ; pour en finir avec le sexisme et le patriarcat ; contre toutes les formes de racisme, de nationalisme et de patriotisme ; pour l’abolition de toutes les frontières. Textes d’actualité et thématiques (peu nombreux).
Les Amis de Spartacus
Edition fondée par René Lefeuvre en 1934. A publié Rosa Luxemburg, Anton Pannekoek, Boris Souvarine... Un fond exceptionnel et incontournable.
KAÏOUROV Victor ( 1876 - 1936 )
Militant bolchevik
2 mars 2009 par jo

Cet ouvrier serrurier, au POSDR en 1900, bolchevik dès 1903, dirige le rayon de Vyborg en 1917. Pendant que Chlapnikov tente de se hisser au niveau des responsabilités que lui impose la direction du Parti bolchevik, Kaïourov - avec ses camarades Tchougourine, Khakharev, etc. - dirigeait la seconde révolution, celle de Février, dans la rue.

C’était un militant du rang : « Le 23 février, c’était la « Journée internationale des Femmes ». On projetait, dans les cercles de la social-démocratie, de donner à ce jour sa signification par les moyens d’usage courant : réunions, discours, tracts. La veille encore, il ne serait venu à l’idée de personne que cette « Journée des Femmes » pût inaugurer la révolution. [...] Mais le lendemain matin, en dépit de toutes les directives, les ouvrières du textile quittèrent le travail dans plusieurs fabriques et envoyèrent des délégués aux métallos pour leur demander de soutenir la grève. C’est « à contre-cœur », écrit Kaïourov, que les bolcheviks marchèrent, suivis par les ouvriers mencheviks et socialistes révolutionnaires. [...] « L’idée d’un manifestation mûrissait depuis longtemps parmi les ouvriers, mais, à ce moment, personne ne se faisait encore une idée de ce qui en sortirait. » [...]

Le lendemain, le mouvement, loin de s’apaiser, est doublement en recrudescence : environ la moitié des ouvriers industriels de Pétrograd font grève le 24 février. Les travailleurs se présentent le matin dans leurs usines et, au lieu de se mettre au travail, ouvrent des meetings, après quoi ils se dirigent vers le centre de la ville. [...] Les ouvriers de l’usine Erikson, qui compte parmi les plus modernes du rayon de Vyborg, après s’être assemblés le matin, s’avancèrent en masse, au nombre de 2 500 hommes, sur la Perspective Sampsonovsky, et, dans un passage étroit, tombèrent sur des Cosaques.

Poussant leurs chevaux, les officiers fendirent les premiers la foule. Derrière eux, sur toute la largeur de la chaussée, trottaient les Cosaques. Moment décisif ! Mais les cavaliers passèrent prudemment, en longue file, par le couloir que venaient de leur ouvrir leurs officiers. « Certains d’entre eux souriaient, écrit Kaïourov, et l’un d’eux cligna de l’œil, en copain, du côté des ouvriers ». Il signifiait quelque chose, ce clin d’œil ! [...] L’homme qui avait cligné de l’œil eut des imitateurs. [...] Les cosaques se mirent à répondre individuellement aux questions des ouvriers et même eurent avec eux de brefs entretiens. De la discipline, il ne restait plus que les apparences les plus minces, les plus tenues, avec le danger d’un déchirement évident. Les officiers se hâtèrent d’éloigner leurs troupes de la foule et, renonçant à l’idée de disperser les ouvriers, disposèrent leurs troupes en barrage d’une rue pour empêcher les manifestants de gagner le centre. Et ce fut peine perdue : postés et montant la garde en tout bien tout honneur, les Cosaques ne s’opposèrent cependant pas aux « plongeons » que faisaient les ouvriers entre les jambes des chevaux. La révolution ne choisit pas ses voies à son gré : au début de sa marche à la victoire, elle passait sous le ventre d’un cheval cosaque. [...]

Il n’y eut dans la révolution d’inattendu que le moment où elle se déclencha. En somme, les deux pôles contraires, celui des révolutionnaires et celui du gouvernement, s’étaient soigneusement préparés depuis des années , depuis toujours. [...] Mais l’œuvre du gouvernement avait été, elle aussi, en très grande partie, de machiner d’avance l’écrasement de la deuxième révolution qui s’annonçait. [...] La méthode de répression était ordonnée de la façon suivante : on ferait d’abord marcher la police ; ensuite on lancerait les Cosaques avec leurs nagaïkas [1] ; enfin, à toute extrémité, l’on mettrait en ligne les troupes avec leurs fusils et des mitrailleuses. Ce fut précisément ce plan, application élargie de l’expérience de 1905, qui fut mis en œuvre en Février. Le malheur n’était pas dans un défaut de prévoyance, ni dans une conception vicieuse, mais dans le matériel humain. C’est par là que l’arme devait être enrayée. [...]

Un des authentiques meneurs de ces journées, l’ouvrier bolchevik Kaïourov, raconte que les manifestants s’étaient tous enfuis, en certain point sous les coups de nagaïka de la police à cheval ; alors lui, Kaïourov, et quelques autres ouvriers qui n’avaient pas suivi les fuyards se décoiffèrent, s’approchèrent des Cosaques, le bonnet à la main : « Frères Cosaques, venez au secours des ouvriers dans leur lutte pour de pacifiques revendications ! Vous voyez comment nous traitent, nous, ouvriers affamés, ces pharaons. Aidez-nous ! » [...] Toute l’histoire des combats de rues et des victoires révolutionnaires fourmille de pareilles improvisations. Mais elles se perdent d’ordinaire dans le gouffre des grands évènements, et les historiens ne ramassent qu’un tégument de lieux communs. « Les cosaques échangèrent entre eux des coups d’œil singuliers, dit encore Kaïourov, et nous n’avions pas eu le temps de nous éloigner qu’ils se jetaient en plein dans la mêlée. » Quelques minutes plus tard, devant le perron de la gare, la foule portait en triomphe un Cosaque qui venait de sabrer un commissaire de police. [...]

Les fusillades dirigées sur les manifestants augmentent l’incertitude des meneurs. L’ampleur même du mouvement commence à leur sembler périlleuse. Même à la séance du Comité de Vyborg, le soir du 26, c’est-à-dire douze heures avant la victoire, certains en vinrent à demander s’il n’était pas temps de mettre fin à la grève. Le fait peut sembler surprenant. Mais on doit comprendre qu’une victoire se constate plus facilement le lendemain que la veille. [...] Les Kaïourov et les Tchougourine ont du courage en suffisance, mais, par moments, ce qui les pince au cœur, c’est le sentiment de leur responsabilité devant la masse. [...] Dans ses Mémoires, Chlipanikov, principale figure d’alors au centre des bolcheviks de Pétrograd, raconte que, sur la demande des ouvriers qui voulaient des armes, tout au moins des révolvers, il leur opposait un refus, les envoyant en réclamer aux casernes. Il voulait ainsi éviter des collisions sanglantes entre ouvriers et soldats, en misant exclusivement sur l’agitation, c’est-à-dire sur la conquête des soldats par la parole et l’exemple. [...] A la réunion du matin, chez l’infatigable Kaïourov, une quarantaine de délégués d’usine se prononcèrent en majorité pour la continuation du mouvement. [...] D’ailleurs, cette décision retardait sur les faits : la réunion fut interrompue par une enivrante nouvelle ; les soldats s’étaient soulevés et les portes des prisons avaient été forcées. [...]

Informé dans la matinée du soulèvement des régiments, Khabalov [2]tente d’opposer encore quelque résistance, en envoyant contre les insurgés un détachement sélectionné d’environ mille hommes, nanti des plus draconiennes instructions. Mais le sort de ce détachement s’enveloppe de mystère. [...] Où donc avaient filé les détachements destinés à la répression ? Il n’est pas difficile de le deviner : dès qu’ils se trouvèrent dehors, ils se confondirent avec l’insurrection. Ouvriers, femmes, adolescents, soldats mutinés s’accrochaient de tous côtés aux troupes de Khabalov, les prenant pour de nouvelles recrues ou bien s’efforçant de les convertir, et ne leur donnaient pas la possibilité de se mouvoir autrement qu’avec l’incommensurable multitude. Livrer bataille à cette masse agglutinante, qui ne craignait plus rien, qui se pressait inépuisable, qui pénétrait partout, c’eût été comme faire un assaut d’escrime dans un pétrin ! [...]

Subsiste cependant une grosse question : qui donc a mené l’insurrection ? [...] Le même Stankévitch [3]apporte un témoignage de la plus grande valeur : « A la fin de janvier, j’eus l’occasion de rencontrer Kérensky dans un cercle très intime. Au sujet de la possibilité d’un soulèvement populaire, tous se prononcèrent d’une façon nettement négative, de crainte de voir le mouvement des masses, une fois déclenché, tomber dans des courants d’extrême-gauche et créer ainsi de très grandes difficultés dans la conduite de la guerre. » [...] Mais qu’advenait-il des bolcheviks ? [...] Kaïourov, que nous avons déjà cité, un des leaders du district de Vyborg, affirme catégoriquement ceci : « On ne sentait venir aucun principe directeur des centres du parti ... Le Comité de Pétrograd était emprisonné, et le représentant du Comité central, le camarade Chliapnikov, se trouvait dans l’impuissance de donner des directives pour la journée suivante. » (in Trotsky, HRR, pages 143-186.)

« Au début de l’été 1918 il est chargé de mission en Sibérie. A son retour Lénine l’envoie à Pétrograd, avec une lettre aux Ouvriers de Pétrograd dans laquelle il charge son « vieil ami » Kaïourov d’inviter les ouvriers de Pétrograd affamés à partir en masse dans les campagnes pour s’y ravitailler et combattre les koulaks (lettre du 12 juillet 1918). Huit jours plus tard Lénine appelle Kaïourov à d’autres tâches : sur le front de Kazan c’est la déroute. Les régiments de la V° armée s’enfuient devant les légions tchèques. [...] Quelques jours plus tard, Kaïourov et Tchougourine emmènent sur le front de Kazan un détachement de plusieurs milliers de militants communistes de Pétrograd, le premier de ces détachements de militants qui après avoir fait Février, après avoir fait Octobre, périront sur l’un des huit ou neuf fronts de la guerre civile. » [4]

Début 1919, la disette s’aggrave provoquant des troubles de la faim et le mécontentement des paysans ; « A cette époque, écrit un militant ouvrier, on ne voyait guère de chevaux à Pétrograd : ils étaient crevés, mangés, réquisitionnés ou emmenés dans les campagnes. On ne rencontrait plus ni chats ni chiens [...] les gens se nourrissaient de thé et de galettes de pommes de terre à l’huile de lin. Membre de l’Exécutif du Soviet de Vyborg (Pétrograd), je sais qu’il y eut des semaines entières pendant lesquelles les ouvriers ne reçurent ni pain ni pommes de terre : on leur distribuait des graines de tournesol et des noix [...]. » - « Ce rapport de forces étant donné : les villes affamées face à face avec cent millions de paysans hostiles, la situation du pouvoir des Soviets semblait désespéré. » [5]

Membre de l’Opposition unifiée - « il se range du côté de Zinoviev, mais n’occupe pas le devant de la scène. » [JJ Marie, page 116]-, puis du groupe Rioutine, il est exclu en 1932. Il meurt en prison en 1936 ( ?). Pierre Broué, dans son dernier livre « Communistes contre Staline », parle de Vassili Nikolaiévitch Kaïourov, né en 1888 et mort en 1939, comme d’ailleurs dans son « Trotsky »...

« Rien, sans doute, ne peut mieux expliquer les victoires du bolchevisme, et surtout leur conquête, lente puis foudroyante, de ceux que Boukharine appelle le « deuxième cercle concentrique du parti », ses antennes et ses leviers en période révolutionnaire, les ouvriers révolutionnaires, organisateurs de syndicats et de comités du parti, pôles de résistance, centre d’initiatives, animateurs et éducateurs infatigables par qui le parti a pu s’intégrer dans la classe et la diriger. De tous ceux-là, l’histoire a presque oublié les noms dans tous les cas : Lénine, parlant d’eux, dit les cadres « à la Kaiourov », du nom de l’ouvrier qui le cache en 1917 [6]pendant quelques jours et à qui il gardera toujours sa confiance. Sans leur existence, le « miracle » bolchevique ne peut se comprendre. » [7]


Sources :

— AVENEL Jean-David, Interventions Alliées pendant la Guerre civile russe (1918-1920), Paris, Economica, 2001 ;

— BROUÉ Pierre, Le Parti bolchévique, Paris, Les Éditions de Minuit, 1977 ; cf. pp. 63, 113, 336-339 [L’affaire Rioutine], 392 ;

— BROUÉ Pierre, Trotsky, paris, Fayard 2008 ; cf. pp. 707-709 [sur le groupe Rioutine-Slepkov.] ;

— HAUPT Georges et MARIE Jean-Jacques, Les bolcheviks par eux-mêmes, paris, Maspero, Bibliothèque Socialiste n°13, 1969 ; cf. pp. 115-116 ;

— MARABINI Jean, L’Etincelle. Lénine, organisateur de la Révolution russe, Paris, Arthaud, 1962 ; cf. pp. 337, 340, 343-344, 347, 355 ;

— TROTSKY Léon, Histoire de la révolution russe [HRR], tome I, Paris, Seuil, 1995 ; cf. pp. 143-186 et 294-295 ;

— SERGE Victor, Mémoires d’un révolutionnaire et autres écrits politiques, Paris, Robert Laffont Bouquins, 2001 ; cf. pp. 390 [Rioutine et « En prison, le vieil ouvrier bolchevik Kaïourov, estimé de Lénine, et presque toute sa famille. »], 420, 713-714 [Sur le groupe Rioutine.] ;

— WALTER Gérard, Lénine, paris, Marabout, 1950 ; cf. pp. 342-343 ;

[1] Nagaïka : fouet de cuir des Cosaques.

[2] Général tsariste chargé de la répression sur Saint-Pétersbourg ; cf. pages 125-126 HRR, tome I.

[3] « ... demi-libéral, demi-socialiste, Stankévitch, maître de conférences, qui fut un moment commissaire du gouvernement au G.Q.G. (page 186, HRR, tome 1).

[4] in Jean-Jacques Marie, Les bolcheviks par eux-mêmes, pp. 115-116.

[5] Cf. V. Kaiourov, « Mes rencontres avec Lénine », Révolution prolétarienne n° 26 (1924), in SERGE Victor, L’an I de la révolution russe, p. 257.

[6] Après les journées de juillet (3-5) et la campagne de calomnies qui dénonçait les bolcheviks comme des agents allemands, Lénine se cacha le 6 juillet dans l’appartement de Kaiourov.

[7] Broué, Le Parti Bolchévique, p. 63.

Autres articles de cette rubrique
  1. HOFFMANN Adolf ( 1858 - 1930 )
  2. ABAD DE SANTILLAN Diego ( 1897 - 1983 )
  3. ADLER Victor ( 1852 - 1918 )
  4. ALEXANDRE II ( 1818 - 1881 )
  5. ALEXANDRE III ( 1845 - 1894 )
  6. ALEXIEVITCH Svetlana ( 1947 - ... )
  7. AMBROGI Ersilio dit MAXIMO ( 1883 - 1964 )
  8. ANDRADE Rodriguez Juan ( 1897 - 1981 )
  9. ANDRÉ Edgar ou Etkar ( 1894 - 1936 )
  10. ANTONOV-OVSEÏENKO Vladimir Alexandrovitch ( 1883 - 1938 )
  11. APPEL Jan, pseudonyme Hempel ( 1890 - 1985 )
  12. ARCOS PEREZ Pura ( 1919 - 1995 )
  13. ARENILLAS José Luis ( 1904 - 1938 )
  14. ARMAND Inessa - née STEFFIN Elisabeth Fiodorovna ( 1874 - 1920 )
  15. ASCASO Francisco ( 1901 - 1936 )
  16. BABEL Isaac ( 1894 - 1940 )
  17. BABEUF Gracchus ( 1760 - 1797 )
  18. BAIROCH Paul ( 1930 - 1999 )
  19. BAKALOV Georgi Ivanov ( 1873 - 1939 )
  20. BAKOUNINE Michel ( 1814 - 1876 )
  21. BALABANOFF ou BALABANOVA Angelica ( 1878 - 1965 )
  22. BARDIN John Franklin ( 1916 - 1981 )
  23. BARTH Emil ( 1879 - 1941 )
  24. BEBEL August ( 1840 - 1913 )
  25. BERENGUER LAOSA Sara - GUILLEN ( 1919 - 2010 )
  26. BERNSTEIN Eduard ( 1850 - 1932 )
  27. BIELAÏEV Ivan Dimitriévitch ( 1810 - 1873 )
  28. BISMARCK Otto von ( 1815 - 1898 )
  29. BLANQUI Louis Auguste ( 1805 - 1881 )
  30. BLEIKHMAN Iosif Solomonovich ( 1868 - 1921 )
  31. BLOK Alexandre Alexandrovitch ( 1880 - 1921 )
  32. BOGOUSLAVSKI Mikhaïl Solomonovitch ( 1886 - 1937 )
  33. BOKY ou BOKII Gleb Ivanovitch ( 1879 - 1937 )
  34. Bolesław Limanowski ( 1835 - 1935 )
  35. BORCHARDT Julian ( 1868 - 1932 )
  36. BORDIGA Amadeo dit Orso ( 1889 - 1970 )
  37. BOSCH Evguénia ( 1879 - 1924 )
  38. BOUBNOV Andreï Sergueïevitch, « A. Glotov » ( 1884 - 1938 ? )
  39. BOUËT Louis Jean Joseph ( 1880 - 1969 )
  40. BOUKHARINE Nicolas ( 1888 - 1938 )
  41. BOURDERON Albert Henri ( 1858 - 1930 )
  42. BOUVIER Alexis ( 1836 - 1892 )
  43. BRENDEL Carel Johan dit Cajo ( 1915 - 2007 )
  44. BRIAND Aristide (1862-1932)
  45. BRONSKI Mieczyslaw Guenrikkhovitch ( 1882 - 1941 )
  46. BROUÉ Pierre ( 1926 - 2005 )
  47. BRUANT Aristide ( 1851 - 1925 )
  48. CALLIGARIS Luigi ( 1894 - 1937 )
  49. CALWER Richard ( 1868 - 1927 )
  50. CASAMAR PORTALES Suceso ( 1904 - 1999 )
  51. CHIRIK Marc ( 1907 - 1990 )
  52. CHLIAPNIKOV Aleksandr ( 1887 - 1937 )
  53. CHURCHILL Winston ( 1874 - 1965 )
  54. CICCOTTI Ettore ( 1863 - 1939 )
  55. CILIGA Ante ( 1896 - 1992 )
  56. CLAISSE André, dit GOUPIL ( 1918 - 2006 )
  57. CLEMENCEAU Georges ( 1841 - 1929 )
  58. COMPANYS Luis ( 1883 - 1940 )
  59. COPERNIC Nicolas ( 1473 - 1543 )
  60. CUNOW Heinrich Wilhem Carl ( 1862 - 1936 )
  61. DAMEN Onorato ( 1893 - 1979 )
  62. DANGEVILLE Roger ( 1925 - 2006 )
  63. DANIELS Robert Vincent ( né en 1926 )
  64. DARWIN Charles ( 1809 - 1882 )
  65. DAUMIER Honoré ( 1808 - 1879 )
  66. DAVID Eduard ( 1863 - 1930 )
  67. DELSO Anna ( 1922 )
  68. DICKENS Charles ( 1812 - 1870 )
  69. DINGELSTEDT Fedor Niklausévitch ( 1890 - 1937 )
  70. DISRAELI Benjamin ( 1804 - 1881 )
  71. DITTMANN Wilhelm Friedrich Karl ( 1874 - 1954 )
  72. DMITRIEFF Elisabeth ( 1851 - 1910, ou 1918, selon les sources )
  73. DOLLFUSS Engelbert ( 1892 - 1934 )
  74. DRAKE Edwin Laurentine, dit "le Colonel" ( 1819 - 1880 )
  75. DZERJINSKI Feliks ( 1877 - 1926 )
  76. DÄUMIG Ernst ( 1866 - 1922 )
  77. EBERT Friedrich ( 1871 - 1925 )
  78. EDISON Thomas Alva ( 1847 - 1931 )
  79. EICHHORN Emil ( 1863 - 1925 )
  80. EINSTEIN Albert ( 1879 - 1955 )
  81. ENGELS Friedrich ( 1820 - 1895 )
  82. ESTORACH Soledad ( 1915 - 1993 )
  83. FARRELL James Thomas ( 1904 - 1979 )
  84. FERRY Jules ( 1832 - 1893 )
  85. FORTICHIARI Bruno ( 1892 - 1981 )
  86. FREUD Sigmund ( 1856 - 1939 )
  87. FREUND Hans ( 1912 - 1937 ), dit MOULIN
  88. FRUNZE Mikhaïl ( 1885 - 1926 )
  89. GALILEO Galilei ( 1564 - 1642 )
  90. GAPONE Guéorgui ( 1870 - 1906 )
  91. GARCIA OLIVER Juan ( 1901 - 1980 )
  92. GAUVRIT Philippe ( 1948 - 2003 )
  93. GEOFFROY Clara ( 1917 - 2006 )
  94. GOLDSTEIN Arthur ( 1887 - 1941 )
  95. GOMEZ GARCIA Julián dit GORKIN ( 1902 - 1987 )
  96. GONZALES Valentin Gonzales, dit EL CAMPESINO ( 1904 - 1983 )
  97. GORTER Hermann ( 1864 - 1927 )
  98. GROENER Wilhelm ( 1867 - 1939 )
  99. GROSZ George ( 1893 - 1959 )
  100. GUESDE Jules ( 1845 - 1922 )
  101. GUILLAUME Ier ( 1797 - 1888 )
  102. GUILLAUME II ( 1859 - 1941 )
  103. HAASE Hugo ( 1863 - 1919 )
  104. HAENISCH Konrad ( 1876 - 1925 )
  105. HAFFNER Sebastian ( 1907 - 1999 )
  106. HAUSSMANN Georges ( 1809 - 1891 )
  107. HAXTHAUSEN August Franz Ludwig Maria von ( 1792 - 1866 )
  108. HEERBRANT Henri, dit HILDE ou HILDEN ( 1912 - 1982 )
  109. HELPHAND Alexander Israel, né LAZAREVITCH, dit PARVUS ( 1867 - 1924 )
  110. HILFERDING Rudolf ( 1877 - 1941 )
  111. HILL Joe - Hägglund Joe Emmanuel, dit ( 1879 - 1915 )
  112. HINDENBURG Paul ( 1847 - 1934 )
  113. HITLER Adolf ( 1889 - 1945 )
  114. HOBSBAWM Eric John ( né en 1917 )
  115. HORTHY DE NAGYBANYA Miklós ( 1868 - 1957 )
  116. IAROSLAVSKI Emelian, dit Goubelman ( 1878 - 1943 )
  117. ISTRATI Panaït ( 1884 - 1935 )
  118. ITKINE Sylvain ( 1908 - 1944 )
  119. ITURBE Lola ( 1902 - 1990 )
  120. JAURES Jean ( 1859 - 1914 )
  121. JELEZNIAK Anatoli G., dit JELEZNIAKOV ( 1895- 1919 )
  122. JOFFE Adolf Abramovitch ( 1883 - 1927 )
  123. JOGICHES Leo, dit Tyszka ( 1867 - 1919 )
  124. Josef Strasser ( 1870 - 1935 )
  125. JOUHAUX Léon ( 1879 - 1954 )
  126. KAÏOUROV Victor ( 1876 - 1936 )
  127. KAMENEV, Lev Borisovitch Rosenfeld, dit ( 1883 - 1936 )
  128. KAPP Wolfgang ( 1858 - 1922 )
  129. KAUTSKY Benedikt ( 1894 - 1960 )
  130. KAUTSKY Karl ( 1854 - 1938 )
  131. KAUTSKY Luise ( 1864 - 1943 )
  132. KERENSKI Aleksandr ( 1881 - 1970 )
  133. KIBALCHICHE Victor, dit Victor SERGE ( 1890 - 1947 )
  134. KINDLINGER Johannes Nikolaus, frère VENANTIUS ( 1749 - 1819 )
  135. KOESTLER Arthur ( 1905 - 1983 )
  136. KOLLONTAÏ Aleksandra ( 1872 - 1952 )
  137. KOLLWITZ Käthe ( 1867 - 1945 )
  138. KORNILOV Larv Gueorguievitch ( 1870 - 1918 )
  139. KORSCH Karl ( 1886 - 1961 )
  140. KOSSIOR Vladimir Vikentiévitch ( 1891 - 1938 )
  141. KOTZIOUBINSKI Iouri Mikhaïlovitch ( 1897 - 1937 )
  142. KOUÏBYCHEV Valerian Vladimirovitch ( 1888 - 1935 )
  143. KOVALEVSKI Maxime Maximovitch ( 1851 - 1916 )
  144. KRESTINSKI Nicolai Nicolaiévitch ( 1883 - 1938 )
  145. KROPOTKINE Pierre ( 1842 - 1921 )
  146. KÖBIS Alwin ( 1892 - 1917 )
  147. LABOURBE Jeanne ( 1877 - 1919 )
  148. LAFARGUE Paul ( 1842 - 1911 )
  149. LANGE Dorothea ( 1895 - 1965 )
  150. LARGO CABALLERO Francisco ( 1869 - 1946 )
  151. LAUGIER Lucien ( 1915 - 1989 )
  152. LAVELEYE Emile Louis Victor de ( 1822 - 1892 )
  153. LAZIMIR Pavel Evgenevich ( 1891 - 1920 )
  154. LEDEBOUR Georg ( 1850 - 1947 )
  155. LEFEBVRE Raymond ( 1891 - « disparu » en 1920 )
  156. LEFEUVRE René ( 1902 - 1988 )
  157. LEGIEN Carl ( 1861 - 1920 )
  158. LENINE Vladimir Ilitch Oulianov, dit ( 1870 - 1924 )
  159. LENSKY Julian Leszcynski, dit G. Iouline ( 1889 - 1937 ? )
  160. LEO André ( 1824 ? - 1900 )
  161. LEOPOLD II ( 1835 - 1909 )
  162. LEPETIT Jules ( 1889 - 1920 )
  163. LEVI Paul ( 1883 - 1930 )
  164. LEVINÉ Eugen ( 1883 - 1919 )
  165. LIEBKNECHT Karl ( 1871 - 1919 )
  166. LIEBKNECHT Wilhelm ( 1826 - 1900 )
  167. LLOYD GEORGE David ( 1863 - 1945 )
  168. LOMOV A. , Gueorgui Ippolitovitch OPPOKOV, dit ( 1888 - 1938 )
  169. LONDON Jack ( 1876 - 1916 )
  170. LOUTOVINOV Mikhail Ivanovitch ( 1887 - 1924 )
  171. LUDENDORFF Erich ( 1865 - 1937 )
  172. LUXEMBURG Rosa ( 1871 - 1919 )
  173. LÖBE Paul ( 1875 - 1967 )
  174. LÖWY Michael ( né en 1938 )
  175. MADDISON Angus ( né en 1926 )
  176. MALAQUAIS Jean, pseudonyme littéraire de MALACKI Vladimir ( 1908 - 1998 )
  177. MALATESTA Errico ( 1853 - 1932 )
  178. MARCHLEWSKI Julian, dit Karski ou Johannes Kämpfer ( 1866 - 1925 )
  179. MARKINE Guéorguuiévitch Nikolaï ( 1893 - 1918 )
  180. MARTINET Marcel ( 1887 - 1944 )
  181. MARTINEZ Alfredo ( ? - 1937 )
  182. MARTOV Jules ( 1873 - 1923 )
  183. MARTY André ( 1886 - 1956 )
  184. MARX Karl ( 1818 - 1883 )
  185. MATTICK Paul ( 1904 - 1981 )
  186. MAXIMOVSKI Vladimir Nikolaïevitch ( 1887 - 1941 )
  187. MEHRING Franz ( 1846 - 1919 )
  188. MÉLIS Jean, dit MITCHELL ou JEHAN ( 1892 - 1945 )
  189. MERGES August ( 1870 - 1945 )
  190. MERRHEIM Alphonse ( 1871 - 1925 )
  191. METT Ida née Gilman ( 1901 - 1973 )
  192. MEYER Ludwig, dit Bergmann
  193. MIASNIKOV Gavril Illitch ( 1888 - 1946 )
  194. MICHEL Louise ( 1830 - 1905 )
  195. MILIOUKOV Pavel ( 1859 - 1943 )
  196. MINKOV Mark Ilyitch ( 1895 - 1938 )
  197. MONATTE Pierre ( 1881 - 1960 )
  198. MONTSENY Federica ( 1905 - 1994 )
  199. MORGAN Lewis Henry ( 1818 - 1881 )
  200. MORGARI Oddino ( 1865 - 1944 )
  201. MORRIS William ( 1834 - 1896 )
  202. MULLER Hermann ( 1876 - 1931 )
  203. MUNIS Grandizo ( 1912 - 1989 )
  204. MUNZENBERG Willi ( 1889 - 1940 )
  205. MUSSOLINI Benito ( 1883 - 1945 )
  206. MÜLLER Richard ( 1880 - 1943 )
  207. MÖSER Justus ( 1720 - 1794 ) 
  208. NETCHAIEV Sergueï ( 1847 - 1882 )
  209. NETTLAU Max ( 1865 - 1944 )
  210. NGÔ VAN Xuyet ( 1913 - 2005 )
  211. NICOLAS II ( 1868 - 1918 )
  212. NIN Andreu ( 1892 - 1937 )
  213. NOSKE Gustav ( 1868 - 1946 )
  214. OEHLER Hugo ( 1903 - 1983 )
  215. ORWELL George, Eric Blair dit ( 1903 - 1950 )
  216. OSSINSKI Nikolai dit OBOLENSKY Valerian ( 1887 - 1938 )
  217. OURITSKI Moisséi Salomonovitch ( 1873 - 1918 )
  218. PANKHURST Sylvia ( 1882 - 1962 )
  219. PANNEKOEK Anton, dit Horner ou Harper ( 1873 - 1960 )
  220. PASCAL Pierre ( 1890 - 1983 )
  221. PASTEUR Louis ( 1822 - 1895 )
  222. PEIRATS José ( 1908 - 1989 )
  223. PELLICER José ( 1912 - 1942 )
  224. PELLOUTIER Fernand ( 1867 - 1901 )
  225. PEREZ COLLADO Concha ( 1915 )
  226. PERRONE Ottorino, dit VERCESI ( 1897 - 1957 )
  227. PFEMFERT Franz (1879 - 1954)
  228. PIATAKOV Gueorgui Leonidovitch, dit Kievsky ou Arvid ( 1890 - 1937 )
  229. PIECK Wilhelm Reinhold ( 1876 - 1960 )
  230. PILSUDSKI Jozef ( 1867 - 1935 )
  231. PINCUS Gregory Goodwin ( 1903 - 1967 )
  232. PLATTEN Fritz ( 1883 - 1942 )
  233. PLEKHANOV Georges ( 1856 - 1918 )
  234. POINCARE Raymond ( 1860 - 1934 )
  235. POTRESSOV Alexandre NikolaÏevitch ( 1869 - 1934 )
  236. POTTIER Eugène (1816 - 1887 )
  237. PREOBRAJENSKY Evgenii Alekseievitch ( 1886 - 1937 )
  238. RADEK Karl ( 1885 - 1939 )
  239. RAKOVSKI Khristian ( 1873 - 1941 )
  240. RAPPOPORT Charles ( 1865 - 1941 )
  241. RASCH Fritz ( avant 1900 - après 1923 )
  242. RASKOLNIKOV Fedor, dit PETROV ( 1892 - 1939 )
  243. RAVITCH Sarra Naumovna « Olga » ( 1879 - 1957 )
  244. REBULL Daniel, dit REY David ( 1890 - 1959 )
  245. RECLUS Elisée ( 1830 - 1905 )
  246. REICHENBACH Bernard ( 1888 - 1970 )
  247. REICHPIEZTSCH Max ( 1894 - 1917 )
  248. REISNER Larissa Mikhaïlovna ( 1895 - 1926 )
  249. REPOSSI Luigi ( 1882 - 1957 )
  250. RIAZANOV David Borissovitch ( 1870 - 1938 )
  251. RICARDO David ( 1772 - 1823 )
  252. RIOUTINE Martemian Nikititch ( 1890 - 1937 )
  253. ROCHAL Semën Grigoriévitch ( 1896 - 1917 )
  254. ROCKFELLER John Davison ( 1839 - 1937 )
  255. ROLLAND Romain ( 1866 - 1944 )
  256. ROOSEVELT Théodore ( 1858 - 1919 )
  257. ROSENFELD Kurt ( 1877 - 1943 )
  258. ROSMER Alfred ( 1877 - 1964 )
  259. ROVIRA CANALS Josep ( 1902 - 1968 )
  260. RUDE Fernand ( 1910 - 1990 )
  261. RÜHLE Otto ( 1874 - 1943 )
  262. SACHSE Willy ( 1896 - 1944 )
  263. SAPRONOV Timotei Vladimirovitch ( 1887 - 1939 )
  264. SCHEIDEMANN Philipp ( 1865 - 1939 )
  265. SCHIPPEL Max ( 1859 - 1928 )
  266. SCHRÖDER Karl ( 1884 - 1950 )
  267. SCHULZ Heinrich ( 1872 - 1932 )
  268. SCHWAB Alexander ( 1887 - 1943 )
  269. SEDOVA - TROTSKY Natalja ( 1882 - 1962 )
  270. SMIRNOV Ivan Nikititch ( 1881 - 1936 )
  271. SMIRNOV Vladimir ( 1887 - 1937 )
  272. SMITH Adam ( 1723 - 1790 )
  273. SOMBART Werner ( 1863 - 1941 )
  274. SOREL Georges ( 1847 - 1922 )
  275. SORGE Friedrich Adolf ( 1828 - 1906 )
  276. SOSNOVSKI Lev Semenovitch ( 1886 - 1937 )
  277. SOUVARINE Boris ( 1895 - 1984 )
  278. SOUYRI Pierre ( 1925 - 1979 )
  279. STADTHAGEN Arthur ( 1857 - 1917 )
  280. STALINE Joseph ( 1878 - 1953 )
  281. STROUVE Petr Bernardovich ( 1870 - 1944 )
  282. SVERDLOV Iakov Mikhaïlovitch ( 1885 - 1919 )
  283. SZAMUELY Tibor ( 1890 - 1919 )
  284. TARNOW Fritz ( 1880 - 1951 )
  285. TCHAADAÏEV Piotr Iakovlevitch ( 1794 - 1856 )
  286. TCHERNOV Viktor Mikhaïlovitch ( 1873 - 1952 )
  287. TCHITCHÉRINE Boris Nikolaïevitch ( 1828 - 1904 )
  288. Théophile Massart ( 1840 - 1904 )
  289. THIERS Adolphe ( 1797 - 1877 )
  290. THOMAS Albert ( 1878 - 1932 )
  291. THOMPSON Edward Palmer ( 1924 - 1993 )
  292. TREINT Albert ( 1889 - 1972 )
  293. TROTSKY Lev Davidovitch Bronstein, dit ( 1879 - 1940 )
  294. VALLÈS Jules ( 1832 - 1885 )
  295. VAN DER LUBBE ( 1909 - 1934 )
  296. Van OVERBERGH Cyrille ( 1866 - 1959 )
  297. VARDINE Ilya, K. Mgéladze, dit ( 1890 - 1943 )
  298. VERDARO Virgilio dit MAMMONE Gatto ( 1885 - 1960 )
  299. VICTORIA Ière ( 1819 - 1901 )
  300. VOLODARSKY Moisseï Marcovitch Goldstein, dit ( 1890 - 1918 )
  301. WELS Otto ( 1873 - 1939 )
  302. WINNING August ( 1878 - 1956 )
  303. WOLFSTEIN Rose ( 1888 - 1987 )
  304. YAKOVLEVA Varvara Nikolaevna ( 1884 - 1941 ? )
  305. YARTCHOUK ou Efim ( 1886 - 1937 )
  306. ZAMIATINE Evguéni ( 1884 - 1937 )
  307. ZASSOULITCH Véra Ivanovna ( 1849 - 1919 )
  308. ZETKIN Clara ( 1857 - 1933 )
  309. ZINN Howard ( né en 1922 )
  310. ZINOVIEV, Gregori Evséiévitch Radomylsky, dit ( 1883 - 1936 )
  311. ZOUBATOV Sergueij Vasilyevitch ( 1864 - 1917 )