SMOLNY... [ http://www.collectif-smolny.org ]
Hegel : Révolution et Terreur
Vendredi 11 mai 2012 - 20h30 - Maison de la Philosophie - Toulouse
[11 mai 2012] : par collectif
Conférence par Mohamed Fayçal Touati,
chargé de cours au département de philosophie de l’UTM

Dans le cadre du « Forum des savoirs », l’association Aldéran - Maison de la Philosophie de Toulouse, propose ce vendredi 12 mai d’assister à une conférence qui prend place dans le passionnant cycle de relecture et de réappropriation critique de l’œuvre et de la pensée de Hegel par Mohamed Fayçal Touati :

Hegel : Révolution et Terreur
Vendredi 12 mai 2012 / 20h30

Association ALDÉRAN
29 rue de la digue, 31300 Toulouse


Présentation :

Souvent présentée, du point de vue du système - notamment en sa dimension politique, comme conservatrice, voire profondément réactionnaire, la pensée hégélienne est également qualifiée, du moins quant à sa méthode - la dialectique, de révolutionnaire. C’est là l’opposition classique, formulée par Engels en 1888, du système conservateur et de la méthode révolutionnaire, faisant fond notamment sur la question des accommodements de Hegel avec le pouvoir, lesquels feraient de lui - la formule est employée, en 1857, par Haym - le philosophe de l’État prussien et de la Restauration.

Contre ces lectures (très loin d’être équivalentes et de recouvrir les mêmes visées et les mêmes enjeux, et notamment pas lorsqu’il s’agit de Haym et d’Engels), il s’agira pour moi de proposer une compréhension renouvelée de la pensée politique de Hegel (instruite des travaux de Marcuse, Weil et d’Hondt) en re-situant cette tension au cœur des Principes de la philosophie du droit et en la ressaisissant intérieurement comme tension entre Révolution et Terreur.

Il s’agira de montrer que les éléments conservateurs (en un sens qu’il faudra préciser) du système hégélien sont au service de la préservation de ce qu’il comprend comme les acquis de la Révolution française et de ce possible, historiquement effectif, dont elle est intérieurement porteuse : la Terreur (mais il faudra préciser ce que Hegel place sous ce terme). Dans cette compréhension dialectique de la Révolution et de la Terreur, les Principes font alors œuvres de contre-révolution préventive dirigée contre la Terreur comprise par Hegel comme un devenir possible, le travaillant donc de l’intérieur, du procès révolutionnaire, la Terreur n’étant en cela ni une manifestation contingente (différence stricte entre Révolution et Terreur : celle-ci n’a fondamentalement aucun lien avec celle-là), ni une manifestation nécessaire (identité stricte entre Révolution et Terreur : celle-ci n’est que le prolongement naturel de celle-là). Il s’agira enfin d’identifier et d’interroger ces procédés contre-révolutionnaires (quels sont-ils ? que visent-ils ? à quoi aboutissent-ils ?), de lire à partir d’eux l’analyse hégélienne de la « question sociale » (la formation de ce que Hegel appelle la « populace » et « l’esprit de révolte ») et de les articuler à la conclusion du dernier texte de Hegel (À propos du « Reformbill »), en considérant qu’une entreprise de réactualisation de la philosophie du droit de Hegel ne peut en faire l’économie (autrement dit, qu’elle ne peut se situer sur le seul terrain de la société civile, mais doit nécessairement inclure celui de l’État), pas plus qu’elle ne peut faire l’économie de sa critique par Marx et de ce que celle-ci peut aussi bien épingler que rater.


Informations complémentaires :

Les conférences commencent à 20h30 précise. La Maison de la philosophie est ouverte dès 20h, pensez à arriver suffisamment à l’avance. Participation : 4€, adhérents : gratuit. - Tel : 05.61.42.14.40


Sur la toile :

— Association ALDÉRAN