SMOLNY... [ http://www.collectif-smolny.org ]
Quantité et qualité chez Hegel et Lénine
Samedi 19 mai - 9h30-12h30 - Université Toulouse II -Le Mirail
[15 mai 2012] : par collectif
Pour une relecture des « Cahiers sur la Science de la Logique »

Dans le cadre du Collège International de Philosophie, et son programme « Sciences et dialectiques » Second semestre 2011-2012, seconde session du séminaire d’Emmanuel Barot « La stratégie dialectique contre l’histoire II », organisé avec le soutien du département de philosophie de l’Université Toulouse II-Le Mirail, et en collaboration avec Mohamed Fayçal Touati.


Quantité et qualité chez Hegel et Lénine.
Pour une relecture des « Cahiers sur la Science de la Logique »

Mohamed Fayçal Touati (Université du Mirail, Toulouse)

Argument :

Il s’agira de poursuivre le travail inauguré dans la séance précédente en opérant un détour par Lénine et sa lecture de la Science de la logique. L’objectif sera double : 1. Après avoir étudié la période 1798-1807 et la fonction de la Philosophie de l’esprit de 1805, je m’attacherai à l’étude de la période 1807-1817 ; 2. J’aborderai cette nouvelle période à partir des notes de Lénine sur la Science de la logique et, plus particulièrement, sur la Doctrine de l’être, en en dégageant les apports et en les réinvestissant dans la lecture de Hegel. Autrement dit, il s’agira de s’intéresser à ce que Hegel permet à Lénine et, du même geste, à ce que Lénine permet de comprendre chez Hegel : le « saut qualitatif » tel qu’il est mis à l’oeuvre dans la préface de la Phénoménologie de l’esprit et théorisé à la fin de la Doctrine de l’être. Croiser ici Hegel et Lénine permettra donc de mettre en évidence le dispositif théorico-pratique dont la préface de la Phénoménologie est le lieu de naissance - le « saut qualitatif » - et d’en tirer toutes les leçons pour la question qui nous occupe - celle du rapport de Hegel à la Révolution - en montrant - c’est l’apport de Lénine - sa dimension indissociablement théorique et pratique dans la Phénoménologie et la Logique et en ressaisissant à partir de lui le coeur dialectique du procès historique et ses implications politiques. L’image d’un Hegel se résignant à partir de la Phénoménologie et abdiquant dans la Logique en sortira légèrement écornée ; nous serons alors en mesure d’interroger les textes de 1815/1817.


Samedi 19 mai / 9h30-12h30

Bâtiment de l’Arche, salle AR 305
Université Toulouse II -Le Mirail
5 allées Antonio Machado

métro ligne A, dir. Basso-Cambo, station « Mirail-université »