SMOLNY... [ http://www.collectif-smolny.org ]
PEIRATS José ( 1908 - 1989 )
Militant et historien de la CNT
[3 avril 2016] : par sam

« Par son parcours militant et intellectuel, José Peirats (1908-1989) fut, à n’en pas douter, l’une des figures les plus marquantes de l’anarcho-syndicalisme espagnol de son temps.

Ouvrier briquetier, il se syndiqua à la Confédération nationale du travail (CNT) à l’âge de quatorze ans, s’initia à lutte sociale sous la dictature du général Primo de Rivera, fréquenta les prisons, collabora à divers titres de la presse libertaire et rejoignit, au début des années 1930, le comité de rédaction de Solidaridad Obrera, mythique quotidien de la CNT de Catalogne, dont il fut, de 1934 à 1936, le directeur en titre. Pendant la guerre civile, il s’illustra par ses opinions franchement hostiles à la collaboration des anarchistes au gouvernement de Front populaire et, au lendemain de l’offensive contre-révolutionnaire de mai 1937, il intégra la 26e Division, ex-colonne Durruti, sur les fronts d’Aragon et de Catalogne.

Après la défaite, il fut interné au camp du Vernet d’Ariège et, en décembre 1939, parvint à embarquer pour l’Amérique latine. Après des séjours mouvementés à Saint-Domingue, en Équateur et à Panama, il s’en retourna en France, en mars 1947, au moment où la CNT se scindait en deux organisations rivales : l’une, dite « collaborationniste », majoritaire en Espagne, réitérant la stratégie d’unité antifasciste adoptée pendant la guerre ; l’autre, dite « apolitique », majoritaire en exil, prônant le retour aux principes de base de l’anarcho-syndicalisme combattant. Cohérent avec lui-même, il prit partie pour la seconde, dont il fut élu secrétaire général, entre 1947 et 1950, mais aussi directeur de l’un de ses deux hebdomadaires, CNT, édité à Toulouse, ville où il résidait.

Au début des années 1950, il entreprit, sur commande de son organisation, de se lancer dans une histoire critique de la CNT durant la révolution espagnole, somme qui sera éditée en trois volumes, entre 1951 et 1953, par la CNT et qui demeure, aujourd’hui encore, un des principaux ouvrages de référence sur le sujet. Esprit rebelle aux pratiques de contrôle bureaucratique, il s’opposa aux « immobilistes » de son propre camp qui, déplacés des instances dirigeantes de la CNT en exil à la faveur de la réunification confédérale de 1961, revinrent aux affaires, deux ans plus tard, avec la ferme intention d’imprimer un nouveau cours sectaire à la CNT. Dès lors, il décida d’en démissionner - en 1965 - et de consacrer l’essentiel de ses énergies à l’histoire. Par sa richesse d’analyse et sa diversité d’inspiration, son œuvre écrite - articles et livres - le plaça au premier rang des « intellectuels » libertaires de son temps, avec la particularité que, dans son cas, l’écriture agissait toujours comme corollaire indispensable de son expérience militante. Du faire au dire, le briquetier devenu journaliste ouvrier, puis historien, changea certes de front, mais jamais de camp ... »

Source : Freddy GOMEZ, préface à Une révolution pour horizon : les anarcho-syndicalistes espagnols, disponible sur le site « A Contretemps : Bulletin de critique bibliographique »)


Bibliographie indicative :

— PEIRATS José, La CNT en la Revolución española, trois volumes, éditions Ruedo Ibérico 1971 ; Les anarchistes espagnols, Révolution de 1936 et luttes de toujours, éd. Repères-Silena 1989, traduction Philippe Cazal et Amapola Gracia ; Une Révolution pour horizon - Les anarcho-syndicalistes espagnols (1869-1939), préface Freddy Gomez, coédition Editions CNT-RP et Libertalia, 2013 ;

— EALHAM Chris, Vivir la anarquía, vivir la utopía. José Peirats y la historia del anarcosindicalismo español, Alianza Editorial (Madrid), 2016 ;

— GOMEZ Freddy, D’une Espagne rouge et noire, premier volume anthologique de la collection « À contretemps », Les Éditions libertaires, 2009 ... entretiens avec Diego Abad de Santillán, Felix Carrasquer, Juan García Oliver, et plus particulièrement José Peirats pages 178-221 ;


Sur la toile :

— THOMAS Frédéric, José Peirats, Une Révolution pour horizon. Les Anarcho-Syndicalistes espagnols, 1869-1939, Dissidences, 2004 ;

— Voir l’entretien (réalisé par Paolo Gobetti en juin 1976 - A Contretemps N°25), sorti de l’excellent site « gimelologues.org  », qui lui même l’emprunte au fastueux site « A Contretemps » ; voir aussi « La deuxième mort de José Peirats : À contretemps, n° 38, septembre 2010 » ; également, en espagnol et en anglais, une autre rencontre publiée en novembre 1989 (Anthropos, no. 102, pp. 26-35) ... puis traduite en anglais en 2013 ;


Sur notre site :

— ABAD DE SANTILLAN Diego & OLIVER Garcia Juan (Collectif) : D’une Espagne rouge et noire ... quelques extraits ;