SMOLNY... [ http://www.collectif-smolny.org ]
1952-04-15 : Marc Chirik à Jean Malaquais
Obtention du visa pour le Vénézuela
[13 septembre 2007] : par hempel

15 avril 1952

Mes très chers,

Et voilà : le visa en poche, je sors du Consulat. Je peux donc m’embarquer. Par contre, hélas, le Consulat U.S. n’a nullement l’air de vouloir m’accorder le transit. Il ne refuse pas, mais il m’a remis des nouveaux questionnaires et nouvelles requêtes, en me laissant peu d’espoir d’ailleurs. Inutile d’insister, d’ici ils ne m’accorderont jamais le passage. J’y renonce.

Les compagnies maritimes auxquelles je me suis adressé, m’ont d’ailleurs prévenu qu’il n’y a pas une chance sur cent pour que j’obtienne le transit. (...) Me voilà courant les agences de transport. D’après les renseignements recommandés à ce jour, c’est encore la compagnie transatlantique qui offre les meilleures conditions. Prix : 300 dollars. Pour le même prix, je prendrais plutôt un cargo de la même compagnie que le paquebot. D’abord la durée de la traversée est moins longue, 15 à 17 jours, ensuite meilleur confort, cabine à 3 avec douches. Meilleure nourriture également, et 12 passagers au lieu des centaines sur le paquebot.

Je compte partir fin mars, début juin, si je me décide à ne pas attendre Clara. J’hésite encore à présent. Ce qui me décidera, c’est de savoir s’il vaut vraiment mieux que j’arrive en pionnier pour préparer les conditions (logement) pour Clara et le petit. C’est S. qui serait le mieux placé pour me conseiller et décider. Qu’en pensez-vous ? Voudras-tu Jean le lui demander ? Je l’aurais bien fait moi-même, mais je crains de lui forcer la main, de lui imposer et de m’imposer à lui. J’aimerais Jean que tu me dises son état d’esprit. Est-il toujours le même brave type qu’il était autrefois ? (...)

Peux-tu me dire, toi qui connaît le climat de là-bas, ce que je devrais emporter et laisser ici : vêtements et autre chose. Pour mes livres et archives, quoique cela me fasse bien mal au coeur, je crois qu’il vaut mieux pour l’instant ne pas les emporter avec moi. Y a-t-il une surveillance policière en entrant ? Quel est le régime exactement au Vénézuela ? J’ignore tout de ce pays, sauf qu’il y a là-bas du pétrole. (...)

Fraternellement à vous deux.

Votre Marc.