SMOLNY... [ http://www.collectif-smolny.org ]
1952-05-20 : Marc Chirik à Jean Malaquais
Doutes avant le départ pour le Vénézuela
[15 septembre 2007] : par hempel

20 mai 1952

Mes très chers,

Reçu votre lettre et j’en avais bien besoin de cette lettre. Je passe, pour vous dire la vérité, par des états d’âme qui vont jusqu’au froid glacial. Je réalise que je suis en train de mettre un point à 28 années de ma vie. 28 années, c’est toute une vie. Et quelle vie ! Quand j’ai débarqué à Marseille en 1924, j’avais 17 ans et le coeur plein d’espoir. J’allais prendre ma place dans ce grand combat de l’histoire. Foi. Certitude. Enthousiasme. Que m’importaient les difficultés ? La victoire était certaine et on affrontait la vie la tête haute et le coeur en joie. 28 années de lutte en reculant.

J’en ai vu surtout beaucoup d’effondrements : mouvements, idées, hommes. Parfois je me prends à penser et à me demander le sens et l’intérêt de mon départ. Que vais-je sauver en sauvant ma peau ? Saurais-je encore pouvoir être utile à quelque chose ?

Mon départ a suscité bien des controverses ici parmi les amis. Les uns considèrent mon départ comme une désertion, d’autres comme une faiblesse, d’autres encore comme une erreur. Très peu sont ceux qui comprennent et partagent les raisons.

Enfin... Depuis 15 jours, c’est chaque jour et chaque soir, réunions, rencontres, discussions, et un peu de beuveries. Je ne me savais pas avoir tant d’amis, et à qui mon départ produit un pincement au coeur.

Je pars le 30 mai et arriverai le 12 juin. J’ai reçu deux lettres de S. Lettres très gentilles, mais je sens qu’il appréhende la responsabilité, ce qui est très normal. Il me dit par exemple de ne pas me faire trop d’illusions, que j’aurai du mal les premiers temps pour m’installer, et me loger, que la vie est chère, etc., etc. Surtout il insiste pour que je ne crois pas que Clara et le petit puissent me rejoindre trop rapidement.

Je lui ai écrit, l’ai remercié, et tout en comptant sur son aide, j’ai tenu à le dégager de sentiment de responsabilité à mon égard. Et maintenant en avant. (...)

Votre Marc.