SMOLNY... [ http://www.collectif-smolny.org ]
SZAMUELY Tibor ( 1890 - 1919 )
Communiste hongrois
[25 septembre 2008] : par jo

Journaliste socialiste possédant plusieurs langues, prisonnier de guerre en Russie, il devint l’un des dirigeants du Groupe communiste hongrois et le commissaire politique du Bataillon internationaliste de Moscou en 1918.

A ce titre, il participe début juillet à l’étouffement du soulèvement des socialistes-révolutionnaires de gauche, auxquels il enlève le bâtiment de la Poste [1].

Il part en mission en Allemagne avec Radek et assiste au premier congrès des Conseils ouvriers allemands à Berlin ainsi qu’à la formation du KPD. Il y est encore en janvier au moment de l’insurrection dite « spartakiste » [2] : « Tibor Szamuely réussit à s’échapper de Berlin en flammes : on n’aurait pas donné cher de sa peau s’il était tombé aux mains des Corps francs. Quelle était sa mission ? Quel rôle a-t-il joué ? On sait seulement qu’il était partisan de prendre le pouvoir et qu’il reprocha à Liebknecht, non de s’être avancé, mais de ne pas s’être avancé plus loin et plus vite. » (Broué, p. 74)

Pendant la République hongroise des Conseils, il est en charge de la répression contre-révolutionnaire : « Mais avant leur échec, ces deux [Bela Kun et Tibor Szamuely] intransigeants déchaînèrent sur les campagnes des bandes « d’éducateurs anti-obscurantistes » qui pillèrent les églises, firent brûler statues et tableaux sur les parvis et ne reculèrent pas devant les exécutions qui dressèrent les paysans contre le régime qui leur donnait la terre. » (Desanti, p. 22)

Fin mai 1919, Szamuely effectue un vol jusqu’à Moscou afin de faire campagne en faveur de la révolution mondiale avec Lénine.

Après avoir réprimé un soulèvement paysan dans l’ouest du pays, il fut envoyé en juin au front comme commissaire politique de l’armée rouge hongroise qui combattait alors les troupes roumaines soutenues par le général français Franchet d’Esperey.

Lors de la débâcle, il est tué à la frontière ou se suicide, selon les versions.


Œuvres :

— SZAMUELY Tibor, Alarm. Ausgewählte Reden und Aufsätze, Mit einem Vorwort von Bela Kun, Aus dem Ungarischen, Berlin/ Budapest, Dietz Verlag/ Corvina. 1959 ;


Sources :

— BROUE Pierre, Histoire de l’Internationale Communiste, Fayard, 1997 - cf. pp. 48, 54-55 (sur le « Groupe communiste hongrois »), 74, 93, 99-110 (« Les 143 jours de la Commune hongroise ») ;

— BROUE Pierre, Rakovsky, Fayard, 1996 ;

— DESANTI Dominique, L’Internationale communiste, Bibliothèque de culture historique, 1969 - cf. pp. 21-23 ;

— LOWY Michael (collectif), Révolutions, Hazan, 2000 - cf. pages 163-199 ;

[1] On peut consulter à ce sujet les pages 313-315 du livre de V. Serge, L’An 1 de la révolution russe ; Les SR de gauche dans la Révolution russe, chez Spartacus 1983 ; « Souvenirs » de Peters, n° 10 de la Révolution prolétarienne ; Œuvres de Trotsky, tome XVII, 1° volume ...

[2] L’insurrection qui engage la lutte contre le gouvernement Ebert en janvier 1919 et que beaucoup de spartakistes jugeaient prématurée est surtout le fait des Revolutionäre Obleute (RO).