SMOLNY... [ http://www.collectif-smolny.org ]
1918-11-18 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
Parution du premier numéro de « Die Rote Fahne »
[29 novembre 2008] : par eric

À Clara Zetkin

18.XI.1918

Mon adresse : Berlin, hôtel Moltke.

Ma très chère, deux lignes seulement, en toute hâte. Depuis que je suis descendue du train, je n’ai pas encore mis le pied dans mon appartement. Pendant tout le temps jusqu’à hier, on a fait la chasse au journal Die rote Fahne. Paraîtrait-il, ne paraîtrait-il pas ? Du matin au soir la bataille tournait autour de ce point. Enfin il sort.

Il faut que tu fasses preuve d’indulgence envers lui. Techniquement, il n’est pas encore à la hauteur. Tout ça viendra peu à peu. Mais, surtout, je veux connaître ton jugement sur le contenu du journal. J’ai le sentiment que nous allons suivre tout à fait la même ligne et cela me rend heureuse. Toutes mes pensées et mon cœur sont près de toi. Ah ! si je pouvais venir te voir, pour un jour ! Mais cela ne sera possible que lorsque les trains fonctionneront de nouveau. D’ici là, écris-moi par lettre exprès. J’attend ton article avec une grande impatience : très court ! Ne te donne pas beaucoup de travail. C’est ton nom que nous voulons avoir tout de suite. Ecris quelque chose sur les femmes, par exemple ; c’est si important actuellement et ici aucun de nous n’y entend grand-chose.

Ma très chère, en toute hâte, mille amitiés.

Je t’embrasse mille fois.

Ta R.


Source :

— LUXEMBURG Rosa, J’étais, je suis, je serai ! Correspondance 1914-1919, Textes réunis, traduits et annotés sous la direction de Georges Haupt par Gilbert Badia, Irène Petit, Claudie Weill, Paris, Éditions François Maspero, Bibliothèque Socialiste n°34, Paris, 1977, pp. 359-360 ;