Accueil
Dernière mise à jour :
jeudi 12 octobre 2017
   
Auteurs ABENSOUR Miguel ADLER Georg ALBA Victor ANDRIEU Jules APPEL Jan BAROT Emmanuel BATAILLE Georges BAUER Otto BEBEL August BENBOW William BERNSTEIN Eduard BIBBI Bruno / BIANCO BIHR Alain BIPR (collectif) BORDIGA Amadeo BOUKHARINE Nicolas BOURDET Yvon BOURRINET Philippe BRECHT Bertolt BRENDEL Cajo BRETON André BROUTIN Yvonne BUICK Adam CAMUS Albert CCI (collectif) CHIRIK Marc Cours historique DARMANGEAT Christophe DARWIN Charles DEBRY Jean-Luc DÉHAN Philippe DÉJACQUE Joseph DICKMANN Julius DOMMANGET, Maurice École de Francfort EISNER Kurt ENGELS Friedrich FEIXA Thomas FREILIGRATH Ferdinand GARNIER Jean-Pierre GLAT (collectif) GRAMSCI Antonio GRANDJONC Jacques GTM (collectif) GUILLAMON Augustin HAASE Hugo HAASIS Hellmut HEERBRANT Henri / HILDEN HEINRICH Michael HELPHAND Alexandre / PARVUS HEMPEL Pierre HENNAUT Adhémar HIGONNET René HIRSCH Helmut HOBSBAWM Eric HUDIS Peter ISTRATI Panaït JANOVER Louis JANOVER Monique JAURÈS Jean JOUHAUX Léon KARS Gustave KAUTSKY Karl KORSCH Karl LAFARGUE Paul LANDAUER Gustav LASCHITZA Annelies LAURAT Lucien LÉNINE LERMONTOV Michel LEVI Paul LIEBKNECHT Karl LUXEMBURG Rosa LÖWY Michael MALAQUAIS Jean MALATESTA Errico MANALE Margaret MANDEL Ernest MARCHLEWSKI Julian MARTOV Julius MARX Karl MATTICK Paul McINNES Neil MEHRING Franz MESNIL Jacques MEYER Ernst MEYER Henry MIASNIKOV Gavril MITCHELL MORROW Felix MOSS Sam MÜHSAM Erich O’CASEY Sean OLIVIER Michel OSSINSKI Nicolas OUSTALET Joël Ouvriérisme PANNEKOEK Anton PASCAL Pierre PELOSSE Valentin PÉRET Benjamin PERRONE Ottorino / VERCESI PIECK Wilhelm PLEKHANOV Georges POSPELOV Pavel PROUVOST Léon QUENEAU Raymond RABINOWITCH Alexander RADEK Karl RIAZANOV David ROLAND-HOLST Henriette ROSMER Alfred RUBEL Maximilien SAINT JEAN Anne SCHEIDEMANN Philipp SCHMIDT Véra SEDOVA Natalia SERGE Victor SHRIVER George SIMON Henri SMIRNOV Vladimir SOEP Abraham SOREL Georges SOUVARINE Boris SPARTAKUS GRUPPE SVERDLOV Iakov SÜDEKUM Albert TESTART Alain TROELSTRA Pieter Jelles TROTSKI Léon VERDARO Virgilio / MAMMONE VOLINE WAGNER Helmut WALLACE Alfred WEIL Simone WOLFSTEIN Rose ZEITLIN Irving ZETKIN Clara
Thema Allemagne 1953 Alliances impérialistes Amériques Anarchisme Anthropologie Antifascisme Autonomie Brest-Litovsk 1918 Capital financier Capitalisme d’État Catastrophes Chartisme Cinéma Colonialisme Commune de Paris Commune primitive Communisation Condition ouvrière Conscience de classe Conseillisme Conseils ouvriers Constitution du marxisme Construction de l’organisation Contre-révolution Crise du capitalisme Crise écologique Critique de l’économie Critique de la technologie Critique de la valeur Démocratie Deuxième Internationale Dictature du prolétariat Documents contemporains Edition et diffusion Enseignement et éducation Épistémologie Espagne 1931-1936 Espagne 1936-1937 Ethique du prolétariat Fascisme Féminisme Féodalisme Front unique Fronts Populaires Gauche communiste d’Allemagne Gauche communiste d’Australie Gauche communiste d’Italie Gauche communiste de Belgique Gauche communiste de Bulgarie Gauche communiste de France Gauche communiste de Hollande Gauche communiste de Russie Gauche Communiste du Mexique Grève de masse Guerre civile Guerres mondiales Histoire de l’art Histoire de la pensée économique Histoire des sciences Histoire du capitalisme Histoire du communisme Historiographie générale Historiographie sociale Idéologie Impérialisme Individu et classe Internationalisme Irlande Italie années 70 La question du logement La question nationale La question sociale Le Capital de Marx Les intellectuels et le socialisme Ligue Spartacus Littérature et révolution Luttes de classes Mai 68 Maoïsme Matérialisme Militarisme N. E. P. Nationalisme arabe Nazisme Opposition Internationale Organisation de la bourgeoisie P. C. F. Palestine Panslavisme Parti et classe Période de transition Philosophie Politique économique Pologne Populisme et terrorisme Préhistoire Premier Mai Première Internationale (AIT) Procès de Moscou Productivité Psychanalyse Réformisme Regroupement des révolutionnaires Religion et Socialisme Repression et Prison République de Weimar Républiques des conseils Révolte des Ciompi Révolution allemande 1918-1923 Révolution française 1789-1799 Révolution hongroise 1919-1920 Révolution russe 1905 Révolution russe 1917-1921 Revolutions de 1848 Rôle de l’État Russie tsariste Second Empire Shoah Social-démocratie allemande Social-démocratie autrichienne Social-démocratie bulgare Social-démocratie polonaise Social-démocratie russe Socialisme américain Socialisme anglais Socialisme belge Socialisme français Solidarité militante Solidarité ouvrière Spéculation Stalinisme Surréalisme Syndicalisme révolutionnaire Syndicats Théâtre Théorie critique Théorie des crises Théorie révolutionnaire Troisième Internationale Troisième République Trotskisme Utopie Vidéos
Objets associés au mot-clé :
Solidarité militante
Articles associés
22 novembre 2014 par eric
BILAN 37d : Salut du groupe de la minorité de Barcelone
Novembre - Décembre 1936 / p. 1210
Le Camarade Mario De Leone a cessé de vivre. La révolution prolétarienne a perdu un de ses meilleurs militants.
Il était âgé de 47 ans et avait dédié les deux tiers de son existence à la lutte prolétarienne révolutionnaire. Encore jeune il était entré au Parti socialiste où il émergeait toujours par son activité et son esprit de sacrifice. Il occupa dans le mouvement politique et syndical des postes de responsabilité, se mettant au premier rang dans les moments les plus difficiles. Il fut à la gauche dans le parti socialiste, (...)
>> lire la suite de l'article
20 novembre 2014 par eric
BILAN 37c : Salut du groupe de Marseille
Novembre - Décembre 1936 / p. 1209 - 1210
Le Camarade Mario de Leone (Topo) est mort à Barcelone à la suite d’une attaque cardiaque. La nouvelle est tombée brusquement parmi nous qui l’avions connu dans les moments les plus difficiles de sa vie de militant communiste. Âgé, mais surtout vieilli par l’activité imposée à tous les éléments qui, se séparant de leur classe, gravissent le calvaire de l’intégration dans la classe des non-possédants, il en avait affronté la conséquence avec des sacrifices et avec un courage stoïque.
L’idéal, la famille : voilà quel fut son (...)
>> lire la suite de l'article
19 novembre 2014 par eric
BILAN 37b : Mario de Leone est mort
Novembre - Décembre 1936 / p. 1207 - 1209
Notre conversation est donc finie pour toujours ! Le souvenir est encore vif, très vif dans notre mémoire de cette journée où nous avions parlé de tous les problèmes politiques actuels et de la crise de notre organisation. La veille, les deux conceptions s’étaient heurtées dans toute leur violence et quand, le soir, le communiqué de la minorité avait été lu à la réunion du Comité Fédéral de Paris, Mario était déconcerté : il croyait qu’enfin un terrain d’entente avait pu être établi et cela non sur les questions d’organisation mais (...)
>> lire la suite de l'article
4 novembre 2014 par eric
BILAN 36c : Mario di Leone
Octobre - Novembre 1936 / p. 1179
Une douloureuse nouvelle nous est parvenue de Barcelone. Le camarade Mario di Leone est mort, frappé par une brusque attaque cardiaque. Il était parti pour l’Espagne avec enthousiasme afin de se mettre — selon son expression même — au service du prolétariat de la péninsule.
Mario di Leone était un vieux camarade du mouvement de la gauche communiste et un séjour de plusieurs années en Russie n’était pas parvenu à altérer son attachement aux principes sur lesquels s’était fondé le parti et au nom desquels agissait (...)
>> lire la suite de l'article
13 juin 2014 par eric
BRETON André & COLLECTIF (1934) : Planète sans visa
Déclaration du 24 avril 1934 du groupe surréaliste
C’est en avril 1934 que paraît ce tract qui dénonce l’expulsion de Léon Trotski :
Expulsé d’URSS quelques années auparavant, le révolutionnaire n’a pu trouver en France qu’un refuge éphémère ; les événements de février 1934 précipitent son expulsion, et il doit repartir.
 C’est au Mexique qu’il trouvera enfin asile, l’hospitalité politique du gouvernement mexicain se doublant de celle de Diego Rivera.
Un bandit particulièrement dangereux, l’auteur de plus de crimes qu’on n’en saurait énumérer et, de plus, un (...)
>> lire la suite de l'article
6 octobre 2012 par eric
LCS 08k : L’affaire Victor Serge
COLLECTIF / Avril 1933 / p. 103
Pour la deuxième fois, l’écrivain communiste Victor Serge est arrêté sans motif avoué, incarcéré sans raison avouable.
Où ? Quand ? Comment ? Pourquoi ?
L’arrestation a eu lieu à Leningrad, le 8 mars. C’est à peu près tout ce qu’on en peut savoir. Pour le reste, il faut se livrer à des conjectures.
La presse de l’État dit soviétique est muette à l’ordinaire sur de tels faits et le cas de Victor Serge n’a rien d’exceptionnel. Le gouvernement de Moscou accorde rarement quelque publicité à ses mesures de répression, (...)
>> lire la suite de l'article
5 octobre 2012 par eric
LCS 08l : Un appel
COLLECTIF / Avril 1933 / p. 104
Les soussignés ont à cœur de saisir l’opinion publique des faits suivants :
À la suite de l’arrestation non motivée de l’écrivain communiste de langue française Victor-Serge, à Leningrad, arrestation arbitraire suivie d’incarcération secrète et d’on ne sait quelle procédure mystérieuse de répression pénale, la femme de cet écrivain, Lioubov Roussakov, déjà déprimée par plusieurs années de persécution, a perdu la raison et a dû être internée. Leur enfant, âgé de douze ans, Vladimir, se trouve ainsi à l’abandon, livré aux plus cruels (...)
>> lire la suite de l'article
5 juin 2012 par eric
BILAN 44a : Lettre ouverte au Centre pour la IVe Internationale et au Parti Socialiste Révolutionnaire de Belgique
Octobre - Novembre 1937 / p. 1413 - 1415
Nous avons jugé nécessaire et urgent de vous faire connaître les faits suivants, pour autant que vous soyez encore en état de les ignorer.
Le « Groupe des Travailleurs marxistes du Mexique », a publié en mai dernier un manifeste par lequel il repousse l’idéologie de la guerre antifasciste en Espagne. Sur cette base, nous avons entamé avec ces camarades, un travail de clarification politique qui sauvegarde notre indépendance respective.
Nous avons appris depuis que le groupe en question est l’objet d’une (...)
>> lire la suite de l'article
13 mars 2012 par daf
BILAN 43k : Documentation internationale
Septembre - Octobre 1937 / pp. 1411 - 1412 et troisième de couverture
Nous publions ci-dessous un extrait d’un document que le Groupe des Travailleurs Marxistes de Mexico nous a envoyé. Nous parlerons dans notre prochain numéro du travail de ce groupe dont nous avons déjà publié un manifeste sur l’Espagne où étaient défendues des positions analogues à celles des fractions belge et italienne.
. . .
Au premier moment de la lutte en Espagne le prolétariat lutta comme force indépendante. Ainsi la lutte commença comme une guerre civile. Mais rapidement la trahison de tous les partis (...)
>> lire la suite de l'article
5 septembre 2011 par daf
BILAN 43c : Andrés Nin assassiné ?
Septembre - Octobre 1937 / pp. 1391 - 1392
Depuis le 17 juin, on est sans nouvelles d’Andrés Nin, arrêté, sur l’ordre du gouvernement républicain, par des policiers centristes . Depuis plusieurs mois, des rumeurs étranges et contradictoires circulent. Un jour, c’est un ex-ministre anarchiste qui annonce que son cadavre a été retrouvé dans les rues de Madrid ; puis la délégation de l’Indépendant Party à Valence fait savoir que Nin aurait été transmis à la police centriste de Madrid, qui le tiendrait prisonnier dans une prison privée ; enfin, c’est Prieto (...)
>> lire la suite de l'article
2 août 2011 par eric
BILAN 39d : À propos d’un anniversaire
Janvier - Février 1937 / pp. 1278 - 1281
Janvier 1919-Janvier 1937... Deux dates qui représentent le début et l’aboutissement de toute une période au cours de laquelle le prolétariat connut les plus grandes défaites et les plus grandes trahisons !
Quel douloureux spectacle pour les militants révolutionnaires que de voir les assassins des artisans de la Révolution d’Octobre, devenus alliés des assassins des Spartakistes, oser commémorer la mort des chefs prolétariens.
Non il n’ont pas le droit de parler de ROSA LUXEMBURG dont la vie fut toute (...)
>> lire la suite de l'article
1er mai 2011 par julien
LCS 02a : D. B. Riazanov
Boris SOUVARINE - n° 2 - Juillet 1931 / pp. 49 - 50
D. B. Riazanov, « le plus connu et le plus important des savants marxistes de notre époque » dit l’organe officiel de l’Internationale communiste (Correspondance Internationale, n° 26, 19 mars 1930), « le plus éminent marxologue de notre temps » (Isvestia, 10 mars 1930), « personnalité scientifique mondiale » ayant donné « plus de 40 ans de vie active à la cause de la classe ouvrière » (Pravda, 10 mars 1930), a été arrêté à Moscou en février dernier, emprisonné, puis déporté au camp de Souzdal, ensuite à Saratov pour (...)
>> lire la suite de l'article
29 avril 2011 par eric
LCS 06f : David Riazanov
Boris SOUVARINE - n° 6 - Septembre 1932 / p. 281
De divers côtés, on nous a demandé des renseignements sur le sort de D. Riazanov et de l’Institut Marx-Engels (cf. La Critique Sociale, n° 2).
La cruelle injustice dont Riazanov a été victime n’a pas manqué d’émouvoir les plus anciens membres du parti bolchevik dont l’intervention n’a pu cependant qu’atténuer les mesures de rigueur prises contre lui. Le fondateur de l’Institut Marx-Engels est déporté à Saratov. Aux dernières nouvelles, il était malade.
Quant à l’Institut, il est supprimé en fait, sous l’apparence (...)
>> lire la suite de l'article
16 mars 2011 par olivier
OUVRIER 04a : Ceux qui restent au secret dans les geôles de Staline : Les communistes ouvriers de Russie
Novembre 1929 ( n° 4 & 5 )
LETTRE OUVERTE AUX DÉLÉGUÉS OUVRIERS QUI VONT EN RUSSIE (1927)
Cher camarades,
Vous irez éventuellement voyager en Sibérie. Nous demandons à ceux d’entre vous qui irons là-bas, de se mettra à la recherche des communistes de gauche (groupes ouvriers communistes) qui y dépérissent dans les prisons, et en particulier des camarades Gabriel Miasnikov (à Tomsk), Nicolas Kouznetsov (à Barnaul) et Porestatov (à Semipalatinsk), de tenir avec eux un entretien personnel et détaillé, et de nous rendre compte aussitôt de votre (...)
>> lire la suite de l'article
20 janvier 2011 par eric
LCS 05b : V. Polonsky
Boris SOUVARINE - N°5 Mars 1932 / p. 196
Les Isvestia du 26 février ont annoncé la mort imprévue de V. Polonsky, le biographe de Bakounine, militant communiste intègre, écrivain et critique de talent.
Tous ceux qui ont connu et pu apprécier cet excellent camarade auront été douloureusement frappés de sa disparition prématurée. Comme tous les communistes doués de quelque intelligence et de caractère, épris de culture et ayant un sens moral, V. Polonsky était dans l’opposition, par conséquent tenu à l’écart et en butte aux vexations du pouvoir. Il eut la chance (...)
>> lire la suite de l'article
8 janvier 2011 par eric
BILAN 38b : Trotski pourra-t-il rester au Mexique ?
Décembre - Janvier 1937 / p. 1240
Depuis l’assassinat de vieux bolcheviks russes, la meute centriste, toute cette canaille internationale qui ne sait comment ramper pour satisfaire le capitalisme, hurle pour que l’on en finisse avec Trotski. Il faut le chasser de partout, le persécuter dans tous les domaines et par tous les moyens. Le vieux lutteur qui, aux côtés de Lénine, a édifié l’État Soviétique, ne doit pas pouvoir fustiger la trahison, les bassesses, les crimes des Staline et consorts. Ah ! si la bureaucratie soviétique avait pu (...)
>> lire la suite de l'article
6 janvier 2011 par eric
OCTOBRE 02a : Le prolétariat mondial doit riposter aux assassins de Moscou
Mars 1938 / pp. 1 - 3
La sanglante tragédie recommence. Des vieux bolcheviks comparaissent devant un Tribunal Militaire qui sait d’avance qu’il doit condamner à mort.
Tous avouent des crimes les uns plus invraisemblables que les autres et le procès se déroule comme un scénario dont un habile metteur en scène aurait réglé toutes les parties.
Boukharine reconnait avoir comploté avec Trotski la mort de Lénine en 1918 ; Rykov avoue avec un sourire (« sénile » notera un correspondant étranger) être un agent de l’Allemagne, du Japon, de (...)
>> lire la suite de l'article
27 août 2009 par eric
BILAN 30b : Le Front international de la répression capitaliste
Avril - Mai 1936 / pp. 985 - 986
En Espagne, en Pologne, en Allemagne des ouvriers viennent d’être assassinés au nom d’un ordre bourgeois que plus rien ne peut faire trembler aujourd’hui. Les fusils des gardes mobiles, des gendarmes, la hache du bourreau, voilà les armes qui ont fait comprendre aux travailleurs de ces pays qu’à la veille de la guerre impérialiste rien ne peut altérer la sérénité de l’Union Nationale.
Où donc se trouvent les fières cohortes du prolétariat mondial qui après la Révolution Russe se seraient dressées pour tendre une main (...)
>> lire la suite de l'article
18 mai 2009 par eric
BILAN 32c : Ce que fut la Conférence du Droit d’Asile de Paris
Juin - Juillet 1936 / pp. 1050 - 1051
Nous ne permettrons pas aux professionnels bourgeois de la démagogie et aux « humanistes » du monde littéraire de transformer la tragédie que vivent les émigrés politiques en une exhibition de foire où chacun lancera son petit mot charitable. Nous ne demandons ni à Daladier, ni à Herriot, ni à Romain Rolland, de compatir au destin de ceux qui payent à l’étranger la rançon de batailles révolutionnaires menées dans leur pays d’origine par le prolétariat. Que nous importe les discours, les gestes de ces Messieurs qui (...)
>> lire la suite de l'article
20 mars 2009 par flo
BILAN 27g : Petrini
Janvier - Février 1936 / p. 916
Nous avons déjà parlé du geste des autorités soviétiques remettant entre les mains de Mussolini l’anarchiste italien Petrini. Ce dernier est passé en jugement à Aquilla et momentanément il ne nous est pas encore possible d’informer nos lecteurs sur les suites de ce procès. Le petit barbier Germanetto a envoyé de Moscou une lettre aux socialistes où ce méprisable parasite accuse Petrini d’être un provocateur, un agent du fascisme. Les social-patriotes, par la plume d’un nommé Alfa, lui ont répondu vertueusement que ces (...)
>> lire la suite de l'article
9 mars 2009 par eric
BILAN 41f : Antonio Gramsci - Camillo Berneri
Mai - Juin 1937 / p. 1364
Ils ont disparu à quelques semaines de distance : l’un dans une maison de santé où il avait été hospitalisé après que de nombreuses années de captivité cellulaire et de torture avaient donné le coup de grâce à sa santé vacillante ; l’autre brutalement assassiné à Barcelone par des procédés portant le cachet fasciste : extrait de son domicile et retrouvé à la morgue, le jour après, criblé de coups.
Le capitalisme a supprimé physiquement l’un et l’autre, parce que, malgré les responsabilités de l’un dans la genèse du centrisme, malgré la (...)
>> lire la suite de l'article
7 mars 2009 par hempel
BILAN 42f : Antonio Gramsci
Juillet - Août 1937 / pp. 1380 - 1383
Antonio Gramsci, récemment décédé dans une clinique de Rome - où le fascisme l’avait fait admettre dans un état désespéré suite aux dix années de tortures physiques et morales de réclusion - vient d’être tué une seconde fois par ses apologistes. En effet, toute la presse centriste et le Front populaire, du «  Grido del Popolo » au « Nuovo Avanti » et « Giustizia e Libertà », s’est jetée sur son cadavre pour spéculer et dénaturer sa pensée et son œuvre dans un but contre-révolutionnaire. La presse centriste, qui avait depuis (...)
>> lire la suite de l'article
19 février 2009 par eric
BILAN 26b : La situation en Allemagne : L’exécution de R. Claus
Janvier 1936 / pp. 856 - 858
Le 17 décembre dernier, le centriste Claus était exécuté pour son activité au profit du Secours Rouge. Le fait lui-même caractérise la férocité de la répression contre le prolétariat dans une phase où l’impérialisme allemand retranché sur lui-même se prépare fébrilement pour la guerre alors que c’est l’Italie qui occupe l’attention internationale.
On sait qu’au procès de Neuköln, où 23 communistes ont eu à répondre de leur activité, le procureur a également exigé des têtes. D’autre part, il suffit de parcourir la presse de l’émigration allemande (...)
>> lire la suite de l'article
4 septembre 2008 par eric
1936-04-21 : Victor Serge à la rédaction de « La Révolution prolétarienne »
Libération d’URSS - Remerciements pour les soutiens - Penser à ceux qui restent
Chers amis de la R.P.,
Je suis à Bruxelles depuis trois jours.
Je ne puis vous envoyer aujourd’hui que quelques mots bien hâtifs. Je viens de vivre des années noires pendant lesquelles je n’ai eu d’autre appui moral et matériel que celui des camarades dont je savais seulement qu’ils existaient et qu’ils luttaient... Je dois la liberté, je dois tout à ceux qui m’ont défendu. J’étais voué sans eux tous à la prison et à la déportation à perpétuité. Ce que l’amitié et la solidarité ont fait pour moi est très grand et constitue, (...)
>> lire la suite de l'article
29 août 2008 par eric
BILAN 31i : Victor Serge hors des griffes du centrisme
Mai - Juin 1936 / p. 1044
C’est avec joie que notre fraction a salué la libération de Victor Serge qui, la tête haute, sans avoir capitulé devant la bureaucratie soviétique, est venu prendre place dans les rangs du prolétariat révolutionnaire des pays d’Occident. Un parmi tant de communistes de gauche qui gisent aujourd’hui dans les prisons, les lieux de déportation où ils sont meurtris par les répressions, est enfin parmi nous. Victor Serge n’a pas oublié les grandes tâches qui lui incombent du fait de sa libération. Quelques jours après son (...)
>> lire la suite de l'article
28 août 2008 par flo
BILAN 29d : Une réponse de Gatto Mammone
Mars - Avril 1936 / pp. 957 - 958
La bombe a éclaté. Nous avons une « lettre de désapprobation » de Matiottini et cela en deux versions : l’une parue dans l’organe socialiste « Le Nuovo Avanti », l’autre dans « le Cri du Peuple », l’organe centriste.
Nous pourrions mettre en doute l’authenticité de cette lettre ou, en tous cas, sa « spontanéité ». Mais nous préférons l’accepter comme véridique même dans sa version pour le « Nuovo Avanti », laquelle plus que l’autre révèle le style embrouillé et bureaucratique qui caractérise le faux policier dans (...)
>> lire la suite de l'article
26 août 2008 par flo
BILAN 29c : Au sujet du cas Mariottini
Mars - Avril 1936 / pp. 955 - 957
Le journal centriste italien « Le cri du Peuple » publie la lettre suivante signée par la camarade Mariottini :
« Déjà dans le passé, la presse adverse s’était occupée de moi en publiant que j’avais été arrêtée. La nouvelle était, par elle-même, si absurde, que je crus qu’il ne valait pas la peine de démentir puisque, allons donc, dans l’Union Soviétique on arrête seulement les mouchards, les saboteurs et les contre-révolutionnaires.
Maintenant, le « Nuovo Avanti », dans un de ses numéros de janvier, découvre le cas (...)
>> lire la suite de l'article
12 août 2008 par eric
BILAN 30d : Premier Mai ( À propos de Calligaris )
Avril - Mai 1936 / p. 988
Le camarade Calligaris me fait rappeler plusieurs des premiers Mai que nous avons passés en Italie sous le fascisme et les compare à celui qu’il vit actuellement en Russie. Autant que moi devraient s’en rappeler les vendus qui ont contribué à l’envoi de Calligaris en Sibérie. Mais se souviendront-ils que leur pusillanimité et leur délation voilée auprès de la Direction de la colonie des déportés de Ponza amenèrent des arrestations préventives contre des communistes, en majeure partie des militants de la gauche et (...)
>> lire la suite de l'article
5 août 2008 par eric
BILAN 30h : Quelques brèves nouvelles
Avril - Mai 1936 / p. 1012
Les journaux belges mènent grand tapage au sujet de la remise par le ministre socialiste de la justice, E. Soudan, de cinq émigrés allemands à la Gestapo. Un d’entre eux, Heinrich Bell, était recherché pour « haute trahison » en Allemagne. Aujourd’hui que la fait a été divulgué par les centristes et que la presse bourgeoise s’est empressée d’en faire un argument électoral contre le P.O.B., ce dernier s’est efforcé d’excuser le geste de Monsieur Soudan en prétextant d’une erreur de fonctionnaires de la Sûreté Publique. (...)
>> lire la suite de l'article
22 juillet 2008 par flo
BILAN 28c : L’impudence et les faux de M. Germanetto
Février - Mars 1936 / pp. 920 - 921
« Idea Popolare », l’organe centriste italien, publie intégralement la lettre que, de Moscou, Germanetto a envoyée au « Nuovo Avanti » (l’organe du Parti Socialiste Italien), qui avait parlé du cas de la camarade Mariottini.
Nous la reproduisons dans ses traits essentiels :
« Qu’est-ce donc que le « cas Mariottini » ?
Il s’agit d’une femme, autrefois membre de notre Parti, laquelle écrit de l’Union Soviétique où elle se trouve, à son « mari », des lettres que votre rédacteur nous assure être déchirantes, que moi (...)
>> lire la suite de l'article
20 juillet 2008 par eric
BILAN 28b : Wupperwald et Neukölln
Février - Mars 1936 / pp. 919
Après les condamnations des syndicalistes de Wupperwald, voici que le procès de Neukölln vient de se clôturer avec cinq condamnations à mort. Il s’agit des camarades Paul Zimmerman, Bruno Schoeter, Helmuth Schweers, Bruno Blank et Walter Schultz. Notre fraction est pleinement solidaire de tous ces ouvriers qui tombent aujourd’hui sous les coups du fascisme et qui payent avec leur vie la défaite subie par le prolétariat allemand.
Note smolny : À la suite d’une pertinente remarque dans le forum ci-dessous, (...)
>> lire la suite de l'article
26 mai 2008 par eric
BILAN 09e : La Campagne pour Thaelmann
Juillet 1934 / p. 328
Depuis quelques mois le centrisme mène une campagne effrénée pour la libération de Thaelmann. Partout, il n’est question que du grand chef, du bolchevik modèle qu’il fut, de la nécessité de faire pour lui ce que le prolétariat fit pour Dimitrov, c’est-à-dire obtenir sa libération.
Dernièrement s’est tenu à Paris, salle Wagram, un grang meeting pour la libération de Thaelmann et de Paula Wallisch, avec la participation de Me de Moro-Giafferi, Marcel Cachin, H. Barbusse, le socialiste Dupont. À ce propos Me de (...)
>> lire la suite de l'article
22 novembre 2007 par flo
BILAN 27b : Comment, dans la Russie des Soviets, on assassine la camarade Mariottini
Janvier - Février 1936 / pp. 888 - 892
J’ai hésité, jusqu’à ce jour, à rendre public le cas de ma compagne Emilia Mariottini, du fait de ma crainte, surtout parce-que je pensais qu’une pareille publicité aurait aggravé la situation de « l’otage » des gangsters de Moscou.
Mais si, aujourd’hui, je me suis résolu à cela, c’est parce-qu’un retard ultérieur signifierait me rendre complice de la suppression physique qui est perpétrée contre elle, que l’on frappe uniquement pour être ma compagne, c’est-à-dire la compagne d’un « contre-révolutionnaire ». (...)
>> lire la suite de l'article
25 octobre 2007 par eric
BILAN 43d : Les bourreaux soviétiques à l’oeuvre
Septembre - Octobre 1937 / pp. 1392 - 1393
On se demande avec angoisse : quand donc finira la boucherie épouvantable que le centrisme exécute en Russie ? Des centaines de militants, d’ouvriers sont frappés, assassinés dans le silence des prisons. La Sibérie a été transformée en cimetière et ce qui s’y passe est pire qu’au cours des années les plus noires de la réaction tsariste. Notre camarade Calligaris a disparu : des émigrés allemands, italiens, polonais sont dans la même situation. Ce ne sont plus que des « morts-vivant » qui un jour recevront le coup de (...)
>> lire la suite de l'article
1er octobre 2007 par eric , hempel
Correspondance Chirik - Malaquais ( 1945 - 1953 )
Marc Chirik ( 1907 - 1990 ) et Jean Malaquais ( 1908 - 1998 )
Notice :
Les lettres qui suivent de Marc Chirik et Jean Malaquais ont fait l’objet d’une première parution dans l’ouvrage de Pierre Hempel, Marc Laverne et la Gauche Communiste de France, Imprimerie spéciale, Montrouge, 1993. Elles rendent compte, au delà du caractère personnel ou anecdotique de tel ou tel passage, de la réalité de la vie politique des rares groupes prolétariens comme la GCF restés sur des positions de classe dans l’immédiat après-guerre et des difficultés individuelles de leurs militants, dans (...)
>> lire la suite de l'article
7 septembre 2007 par eric
BILAN 32b : Beiso n’a pas été acquitté
Juin - Juillet 1936 / pp. 1047 - 1049
Cinq années de bagne et vingt années d’interdiction de séjour pour Beiso.
« Cette condamnation, écrit l’organe des centristes italiens, honore le jury parisien. » Peut-être ! Mais elle marquera du sceau de l’infamie le centrisme qui n’a pas reculé devant la pire des bassesses pour étrangler un militant honnête et dévoué à la cause révolutionnaire.
Commençons par constater que si le centrisme avait adopté il y a un an l’attitude qu’il prit au procès, nous n’aurions pas eu la tragédie de Beiso et la mort de Montanari. Si (...)
>> lire la suite de l'article
6 septembre 2007 par eric
BILAN 25d : Les Centristes escomptent la condamnation de Beiso
Novembre - Décembre 1935 / p. 827
Il nous revient que les centristes ont décidé de se porter partie civile dans le procès qui va avoir lieu contre Guido Beiso, qui tua le fonctionnaire Mantanari après que ce dernier s’était refusé, soit de fournir la preuve d’une accusation de provocation parue dans la presse centriste, soit de la démentir. Blessé dans sa dignité, Beiso, emporté par l’énervement, tira sur Montanari, qui devait succomber presque aussitôt. Les centristes, dont les procédés ont conduit Beiso à commettre ce geste que nous nous sommes (...)
>> lire la suite de l'article
3 septembre 2007 par eric
BILAN 22a : L’attentat de Beiso
Août - Septembre 1935 / pp. 725 - 727
Le 29 juin, l’organe centriste italien « Azione Popolare » publiait une mise en garde contre P. Beiso, lequel était présenté comme non inscrit au parti et où l’on insinuait qu’il pourrait être un agent provocateur. Dans ce communiqué aucune preuve, aucun indice n’étaient donnés pour justifier cette accusation infamante. P. Beiso, comme il est dit dans le manifeste de notre fédération parisienne, était cependant un membre du parti, inscrit comme « activiste’ au groupe des Alpes Maritimes. Après avoir demandé à son (...)
>> lire la suite de l'article
29 août 2007 par eric
BILAN 25c : Les réfugiés italiens dans la Russie Soviétique
Novembre - Décembre 1935 / pp. 825 - 827
Nos lecteurs connaissent le cas Calligaris dont nous résumons ici les termes essentiels, en faisant un vif appel aux groupes communistes des autres pays pour qu’ils s’efforcent d’en soulever l’importance auprès des ouvriers. Après cinq années de déportation en Italie, il s’évade et aussitôt arrivé à l’étranger, il accepte la proposition qui lui est faite par les dirigeants centristes italiens de se rendre en Russie, afin de constater de visu la réalité dans ce pays et en retirer des conclusions politiques pour la (...)
>> lire la suite de l'article
24 mai 2007 par eric , olivier
CALLIGARIS Luigi ( 1894 - 1937 )
Communiste italien
Luigi Calligaris, alias « Siciliani » est né en Italie à Fogliano Redipuglia (Gorizia) le 15 juillet 1894, probablement décédé en 1937 en Sibérie à Scenkursk.
C’est une des plus belles figures du mouvement révolutionnaire italien d’après la guerre de 1914. Après 1923, il est rédacteur du journal clandestin communiste de Trieste, Il Lavoratore communista. Il est arrêté en novembre 1926 et assigné à Résidence pour 5 ans dans les îles de Ponza et Ustica. Puis, il retourne à Trieste sous surveillance spéciale. Il réussit à fuir (...)
>> lire la suite de l'article
24 mai 2007 par eric
BILAN 44g : Et Calligaris ?
Octobre - Novembre 1937 / p. 1436
Nous sommes toujours sans nouvelles et nous ignorons tout du sort qui a été fait à notre malheureux camarade. Les assassins centristes voudront-ils un jour nous répondre ? L’ont-ils tué lâchement, comme ils en ont pris l’habitude ? Leur « parti sans laisser d’adresse » ressemble étrangement à la « fuite » d’Andres Nin dont ils ont certainement fait disparaître le cadavre.
Nous demandons, encore une fois, à tous les organismes prolétariens, à tous les militants internationalistes, de nous aider afin que nous (...)
>> lire la suite de l'article
24 mai 2007 par eric
BILAN 31h : Calligaris toujours déporté en Sibérie, sauvons-le !
Mai - Juin 1936 / p. 1043
Nous sommes sans nouvelles de notre camarade. Les bourreaux centristes laisseront-ils donc un jour échapper leur proie ? Les bonzes du parti italien ont-ils l’intention de nous permettre seulement de ramener en Europe un cadavre ? Crions donc encore une fois que Calligaris est tuberculeux et à un degré très élevé. Le climat de Sibérie, les privations qu’on lui impose, le tuent aussi sûrement que la prison la plus infecte.
Le centrisme considère-t-il Calligaris comme un témoin tellement gênant de ce qui se passe en (...)
>> lire la suite de l'article
15 mai 2007 par eric
BILAN 22c : Nous, Calligaris et le Centrisme
Août - Septembre 1935 / pp. 730 - 731
Dans le dernier numéro de « Bilan », nous avons reproduit des extraits du journal centriste « La Difesa » du 13 juillet 1935 qui, rompant enfin le silence autour de Calligaris, publia une lettre attribuée à ce dernier. Nous disions : « A supposer un seul instant que cette lettre fût véridique, pourquoi l’envoyer en Sibérie, dans une région où le climat peut entraîner sa mort ? ». Les centristes prétendaient, en effet, que Calligaris avait été envoyé « volontairement », « en punition », au fond de la Sibérie.
Dans un (...)
>> lire la suite de l'article
15 mai 2007 par eric
BILAN 20d : Calligaris
Juin - Juillet 1935 / p. 677
Notre camarade est toujours en Sibérie. Il semblerait même que sa situation s’aggrave. Calligaris est malade et souffre non seulement des rigueurs du climat, mais du dénuement matériel où on l’a plongé. Le centrisme veut assassiner un militant révolutionnaire coupable de finalité au communisme internationaliste.
C’est aux ouvriers de tous les pays, aux prolétaires communistes que nous faisons appel pour défendre Calligaris, l’arracher des griffes du centrisme, des tenailles d’un Etat prolétarien qui est (...)
>> lire la suite de l'article
15 mai 2007 par alex
BILAN 19a : Calligaris en Sibérie
Mai - Juin 1935 / pp. 629 - 630
Un crime du centrisme
Nous publions ci-dessous une lettre adressée au C.E. du Parti Communiste russe et qui est restée sans réponse. Il est donc certain que Calligaris est déporté en Sibérie et condamné à trois ans par les autorités soviétiques sans que la moindre justification ait été donnée pour cette condamnation. Pour la racaille centriste le « cas Calligaris est liquidé », car elle sait que les opinions de gauche de ce révolutionnaire l’exposent au coups de la meute enragée de la contre-révolution qui va de (...)
>> lire la suite de l'article
15 mai 2007 par alex
BILAN 19b : Lettre au B.P. du Parti Communiste russe Moscou
Mai - Juin 1935 / pp. 630 - 631
Au bureau politique du Parti Communiste russe Moscou
12 avril 1935
Notre fraction a cru devoir profiter de l’occasion qui se présentait pour vous faire parvenir, d’une façon certaine, la lettre que voici et qui concerne l’émigré politique italien CALLIGARIS.
Nous tenons à préciser tout d’abord que le citoyen Marteaux ne connaît rien de ce cas et que son rôle se borne uniquement à vous remettre cette lettre et à nous faire parvenir votre réponse. En effet, les divergences profondes existantes entre le courant (...)
>> lire la suite de l'article
15 mai 2007 par eric
BILAN 19c : Teresa Reechia
Mai - Juin 1935 / p. 631
Le 19 avril, à la suite d’une longue maladie contractée au cours de son activité illégale en Italie et aggravée par les privations de l’émigration, la camarade Reechia est décédée. Cette camarade a combattu les positions de notre courant tant en Italie qu’à l’étranger, mais nous ne pouvons que nous incliner devant les privations subies au cours de sa vie militante, privations qui ont précipité son état et l’ont poussée au tombeau. Que sa famille trouve ici l’expression de notre fraternelle sympathie.
LA (...)
>> lire la suite de l'article
9 février 2007 par eric
BILAN 17g : Au sujet de Victor Serge et de Calligaris
Mars - Avril 1935 / p. 596
Depuis plusieurs mois nous sommes sans nouvelles du camarade Calligaris, que le centrisme tient en otage en Russie. Nos lecteurs connaissent Calligaris, Ils savent qu’il s’agit là, non d’un communiste de la dernière heure, mais d’un militant qui a risqué sa vie en Italie pour le communisme. Dernièrement nous sont parvenus des bruits indiquant que Calligaris aurait été emprisonné. Les raisons ? Nous les ignorons, de même que nous ne savons si ces bruits sont fondés. En tous cas, le sort de notre camarade se (...)
>> lire la suite de l'article
3 février 2007 par eric
BILAN 06i : Une tragédie de l’émigration italienne
Avril 1934 / troisième de couverture
Le 12 mars 1934 l’avocat socialiste Clerici était tué dans des circonstances assez troublantes qui ne furent éclaircies que le 17 mars à un meeting de la salle Bullier, où l’émigré politique Dans Bonfanti se tuait d’un coup de revolver. Il fut trouvé porteur de deux lettres dans lesquelles il avouait avoir tué Clerici et son intention d’abattre Cachin, Ferrucci, Chauvel, le directeur du Secours Rouge International, ainsi que « deux chiens bordiguistes ».
Aussitôt, l’ « Humanité », à grand fracas, annonça le complot (...)
>> lire la suite de l'article
31 janvier 2007 par olivier
BILAN 21a : Et voici le cas Calligaris
Juillet - Août 1935 / p. 692
Voilà le titre d’un article que la « Difesa », organe des centristes italiens, réserve au camarade Calligaris. Ces gens qui n’en sont pas à un mensonge près, ces professionnels de la délation, de l’escroquerie politique, publient une lettre datée du 30 mars que Calligaris aurait envoyée à un bonze centriste de passage à Moscou. Voici quelques extraits de ce curieux document :
« J’ai été frappé à cause de mon attitude contre-révolutionnaire. La condamnation ne m’aurait pas touché si elle était venue de la part de mon (...)
>> lire la suite de l'article
27 janvier 2007 par olivier
BILAN 07a : Pour le retour de Trotsky en Russie
Mai 1934 / seconde de couverture
La Bourgeoisie française veut reléguer le camarade Trotsky sur l’île d’Aix. Il s’agit tout bonnement de le mettre dans l’impossibilité de suivre le mouvement révolutionnaire, de lui donner une prison assez « démocratique » où ses moindres gestes pourraient être surveillés. La bourgeoisie est pleinement justifiée dans son action : Trotsky symbolise la révolution russe de 1917, c’est elle qu’elle voudrait frapper en lui. Les communistes comprennent ce sens de classe qui anime le capitalisme français ; ils savent que (...)
>> lire la suite de l'article
25 janvier 2007 par olivier
BILAN 05a : Quatre jeunes camarades du S.A.P. sont arrêtés...
Mars 1934 / seconde de couverture
... par la police hollandaise et remis aux mains des nazis.
Le 24 février, la police hollandaise faisait irruption à la Conférence internationale des Jeunesses Révolutionnaires (SAP, OSP, Bolcheviks-Léninstes, PUP, etc., etc.) qui se tenait à Laren et arrêtait 20 étrangers dépourvus de permis de séjour. 4 camarades allemands : Kurt Lieberman, Franz Bobzien, Heinz Hose et Hans Golstein, furent directement transmis à la police hitlérienne. Nous joignons notre protestation véhemente à celle des organisations prolétariennes (...)
>> lire la suite de l'article
24 janvier 2007 par eric
BILAN 05g : Le cas Calligaris
Mars 1934 / troisième de couverture
« Ce même Calligaris ne veut pas se décider à quitter l’U.R.S.S. Il effectue des gestes objectivement provocateurs, mais ne réussit pas à trouver le chemin d’où il vint ». (Communiqué du C.C. Du Parti Communiste Italien)
Calligaris - nous l’avons déjà écrit -, n’est ni un journaliste allemand, ni un ingénieur anglais, ni un pasteur américain. S’il appartenait à ces catégories sociales et capitalistes, il saurait effectuer des gestes consciemment provocateurs et retrouver le chemin par lequel il serait arrivé en Russie. (...)
>> lire la suite de l'article
22 janvier 2007 par eric
BILAN 04f : Le cas Calligaris
Février 1934 / pp. 147 - 148
La C.E. De la fraction de gauche du P.C.I. A publié dans « Prometeo » (n°99 du 4-2-1934) un communiqué dont nous reproduisons les passages suivants : « Les centristes écrivent deux affirmations diamétralement opposées, dans le même paragraphe d’un communiqué contenant la décision d’exclusion du parti du camarade Calligaris. Ils disent : “Ce même Calligaris ne veut pas se décider à quitter l’U.R.S.S. Il effectue des gestes objectivement provocateurs, mais ne réussit pas à trouver le chemin pour retourner d’où il (...)
>> lire la suite de l'article
22 janvier 2007 par eric
BILAN 03g : Le cas Calligaris
Janvier 1934 / p. 112
Calligaris est un des fondateurs du parti communiste italien, dans lequel il a occupé des postes de confiance dans la lutte terrible contre le fascisme. Notamment, c’est lui qui assura la rédaction du dernier journal du parti, le « Lavoratore » de Trieste, en face des pires dangers : le fascisme ayant déjà conquis le pouvoir. Les lois d’exception proclamées en Italie, ce révolutionnaire est condamné à la déportation où il continuer fermement à militer pour le communisme. Évadé d’Italie, il se refuse au premier (...)
>> lire la suite de l'article
12 novembre 2006 par alex
BILAN 06b : La bourgeoisie française expulse Léon Trotsky
Avril 1934 / p. 187
La racaille journalistique de la France démocratique a mené, ces derniers jours, une campagne de presse effrénée et d’une bassesse répugnante contre le camarade Trotsky. Le gouvernement d’Union Nationale, de Marquet à Tardieu, a compris par là que pour la bourgeoisie Française la présence de celui qui fut un des artisans de la révolution russe était indésirable : elle vient de l’expulser.
Depuis son expulsion de Russie par le centrisme, celui qui fut le compagnon de lutte de Lénine a été en butte aux persécutions (...)
>> lire la suite de l'article
6 octobre 2006 par daniele
BILAN 02b : Six communistes décapités dans les prisons de Cologne
Décembre 1933 / pp. 41 - 44
Dessau, 28 novembre : « Dix condamnations à mort ont été prononcées par le Tribunal de Dessau contre les communistes accusés d’avoir tué un milicien hitlérien ».
Une simple information de presse, un fait divers, voilà comment le prolétariat mondial a connu la condamnation à mort de dix communistes, ainsi que la décapitation de six d’entre eux en Allemagne.
La sanglante répression qui s’abat sur le prolétariat allemand et les conditions dans lesquelles se trouvent les prolétariats dans les autres pays, sont les (...)
>> lire la suite de l'article